Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13.09.2017

Valeurs chrétiennes : ni défense, ni abandon : incarnation !

Visuel Défenses Valeurs Eric Lemaître.JPG
À l’ère des étonnantes mutations technologiques, de l’incroyable révolution numérique, des remises en cause anthropologiques, des manipulations génétiques, nous prenons conscience au sein de nos sociétés d’une transformation radicale et accélérée de certains choix éthiques, de la fragilisation des socles civilisationnels, du basculement des valeurs morales.

Les transformations éthiques de nos sociétés se sont opérées avec les bouleversements liés à la mondialisation. Les transformations morales se sont adossées aux turbulences sociales résultant du multiculturalisme, transformations renforcées également par la fragilisation de nos modes de vie du fait de la mondialisation.

Tous ces facteurs ont une incidence profonde sur nos relations aux autres, sur la libre conscience, l’orientation morale de chacun. Nous prenons conscience dès lors de ces tumultes. Tumultes qui résultent de l’émergence d’une culture fondée sur le relativisme, une culture qui nous inscrit dans la nouveauté sociale y compris sociétale qui devient peu à peu la nouvelle norme morale. Une norme humaniste avec ses nouvelles lois factices et artificielles fondées sur la liberté pour tous, l’égalité pour tous, la fraternité pour tous.

  • - Libertés pour tous : Jamais la norme ne s’est autant imposée, entravant la dimension de la responsabilité et de la libre conscience. La loi sur l’entrave numérique en est, hélas, la parfaite illustration.
  • - L’égalité pour tous : La crise économique et celles qui nous attendent vont conduire à des mesures drastiques augmentant de nouvelles précarités et de grandes injustices sociales. L’égalité est devenue une revendication sociétale conduisant demain à l’émergence d’une société eugéniste et purement consumériste avec ces nouvelles normes autorisant la gestation pour autrui et la procréation médicalement assistée, créant forcément de nouvelles injustices en catégorisant les êtres humains entre eux.
  • - La fraternité pour tous : La vraie fraternité est celle qui nous conduit au respect de l’autre et à la main tendue, et non à l’encouragement des communautarismes qui excluent l’autre. Nous vantons le multiculturalisme et nous oublions de dénoncer ses dérives culturelles quand ces dernières sont ouvertement antisémites, anti chrétiennes et discriminant la femme.

Le monde nous impose ainsi de nous ouvrir aux nouveautés technologiques et transhumanistes, mais également culturelles et morales. Peu à peu, nous sommes sommés de nous habituer, de nous conformer à l’esprit de ce monde post chrétien. Nous entrons dans une forme de totalitarisme humaniste qui fixe ses normes et ses règles, un moment ouvert à toutes les doctrines et à toutes les confusions. Si dans ces contextes de bouleversements, nous évoquons également nos propres références (qu’à tort sans doute nous assimilons à des valeurs), nous sommes sommés de rentrer dans le rang.

 Notons qu’une frange du christianisme est aussi gagnée par un certain conformisme, le relativisme, l’esprit de ce monde, par cette culture de la tolérance, que ce christianisme mou confond avec la grâce. Aussi, il nous semblait important d’apporter un éclairage sur les débats qui visent parfois à culpabiliser ceux parmi les chrétiens attachés à ses "valeurs" en les jugeant trop radicaux, focalisés sur la seule dimension anthropologique et insuffisamment ancrés dans la dimension sociale.

Dans l’ensemble des milieux chrétiens, la notion de valeurs fait aujourd’hui débat.

Avant de rentrer précisément dans ce débat qui agite les milieux chrétiens, il importe de rappeler le sens étymologique du mot valeur. En effet, le mot valeur vient du latin valor, dérivé de valere, ce qui signifie la force, la puissance, la vigueur ou bien la bravoure. Nous prenons ainsi conscience, en premier lieu, que le terme valeur va évoluer au cours de l’histoire épousant des sens divers qui se sont distanciés de cette notion de vigueur, de robustesse, qui était le sens premier et étymologique du mot "valeur".

Or, à ce jour, nous entendons au sujet de ce mot "valeur" de nombreuses polémiques, chacun glosant, commentant, interprétant un terme qui n’a pas le même sens pour tous.

Ainsi, plusieurs font valoir que par "valeur", il faut entendre les valeurs sociales, celles qui relèvent de la dignité humaine, de l’émancipation humaine, ou celles qui s’inscrivent dans la dimension d’un projet social. Ou bien celles, plus identitaires, qui visent à défendre des convictions morales face à une menace sociale ou sociétale.

Ainsi, lors de l’Assemblée plénière du Conseil National des Évangéliques Français (Le CNEF), Étienne Lhermenault, son président, s’était inquiété des dérives dans le discours de certains évangéliques, et a rappelé que le christianisme ne prône pas la défense de "valeur".

Pour beaucoup cette explication apparaissait comme insuffisamment argumentée, puisque, de façon laconique, elle était relayée sur les réseaux sociaux sans autre développement. Pourtant, la citation d’Étienne Lhermenault a été écrite dans un contexte, celui d’un discours adressé aux milieux évangéliques pour prévenir tout discours radical où ce dernier déplorait « une focalisation sur les questions de sexualité au détriment des questions sociales ». Étienne Omnès, avec beaucoup d’humour, dans un récent article évoquait cette opposition valeurs sociales / valeurs identitaires, en parlant de l’opposition entre « les évangéliques à braguettes et les évangéliques à gamelles ». Le ton de ce billet d’humeur était bien entendu bienveillant et humoristique. Ce billet avait le mérite de nous réinterroger sur nos engagements, nos convictions, notre morale et la manière également d’appréhender la notion de valeur.

Récemment, sur une antenne de Radio France, Jean-Luc Marion, philosophe et membre de l’Académie française faisait valoir que  « La foi n’est pas une valeur, c’est une manière », selon lui, « de se comporter qui vous rend plus solide ». Il ajoutait que d’un point de vue théologique la notion de valeur ne pouvait faire sens puisque c’est un terme économique. Il ajoutait que défendre la valeur est une forme de nihilisme pur et simple, une forme contre-productive d’appréhender la dimension de la foi, qui va bien au-delà de la valeur qui est tout au plus une forme d’ersatz remplaçant la dimension de la loi morale.

Mais il importe, selon nous, de revenir au sens des mots puis de dévoiler ce que cachent, finalement, ces débats qui s’expriment et qui visent, finalement, à marginaliser les voix qui, sans doute maladroitement, s’expriment et souhaitent faire entendre le cri d’un monde judéo-chrétien. Ce monde au fil des siècles, et surtout des dernières décennies, se laisse engloutir dans ce monde néo libéral, libertaire, hédoniste et individualiste qui promeut une conception progressiste, humaniste et post-chrétienne.

Or, trop de chrétiens dans nos milieux craignent, appréhendent d’être marginalisés, ont, de fait, quelques scrupules d’être perçus comme radicaux et s’en tiennent à des discours convenus, empreints de bonne volonté mal guidée. Or, à force de s’en tenir à un message apaisé et extrêmement bienveillant, nous pouvons diluer la qualité du message évangélique. Certes, ce message est ancré fondamentalement dans la grâce et s’adresse en premier lieu à un monde déchu, à des hommes et des femmes perdus qui ont besoin de retrouver le chemin, la vie et la vérité. Or, pour retrouver ce chemin, il importe que nous soyons sel et lumière et que notre propre vie soit un authentique témoignage rendu à la vérité. Nous sommes en effet appelés à agir comme témoins de l’Évangile. Ce témoignage est ancré dans la transmission de la parole faite chair. Nous sommes dès lors appelés à témoigner en vérité, en paroles et en actes sans se conformer à l’esprit de ce siècle.

Nous, chrétiens, partout où nous sommes amenés à vivre, nous sommes tenus de manifester par l’exemplarité de notre vie l’homme nouveau dont nous avons été revêtus par la foi en Jésus-Christ, et ce, afin de toucher les cœurs, de les gagner à Christ.

Les sens du mot valeur

Le philosophe Emmanuel Kant, disait qu’en ce qui concerne l’homme, il ne faut pas penser en termes de valeurs, il est en quelque sorte rejoint par l’académicien Jean-Luc Marion, « car les choses ont un prix mais l’homme a une dignité », affirmait le philosophe Kant, puis le philosophe ajouta « Fixer le prix d’un être, c’est le considérer comme un moyen et non comme une fin en soi ».

Nonobstant nous aurons tendance plutôt à raisonner à propos de la valeur en notion d’effets, de résultats ou de fruits. Si nous nous en tenons aux textes de l’Évangile, se rapportant à ce propos de Jésus, lu dans l’Évangile de Matthieu 7. 15-17 :

« Gardez-vous des faux prophètes. Ils viennent à vous en vêtements de brebis, mais au dedans ce sont des loups ravisseurs.  Vous les reconnaîtrez à leurs fruits. Cueille-t-on des raisins sur des épines, ou des figues sur des chardons ? Tout bon arbre porte de bons fruits, mais le mauvais arbre porte de mauvais fruits ».

L’Évangile parle finalement de fruits, de résultats que produisent les bons ou les mauvais arbres. La dimension de valeurs est dès le départ, corrélativement, liée à la pratique de sa foi et de son obéissance aux écritures, comme le mentionnent par ailleurs les écritures rapportant la prospérité des rois d’Israël ou inversement la confusion qu’ils semèrent en désobéissant, en transgressant les commandements de Dieu.

Pour revenir à la notion même de valeurs, nous devons reconnaître que le terme "valeur" a en effet plusieurs sens et au moins deux principaux :

  •         - Un sens économique
  •         - Un sens moral

La valeur au sens économique

De nombreux économistes au-delà des notions de travail, d’usage et d’échanges ont déduit que la valeur est en soi une production collective qui permet la vie en commun. Elle a la nature même, selon eux, d’une institution. La valeur est en soi ce qui caractérise fondamentalement la possibilité de répondre à des désirs comblant des besoins réels ou suggérés par la société.

Dans le monde marchand qui caractérise la société d’aujourd’hui le mot "valeur" symbolise, le pouvoir ou la puissance de l’argent. La valeur revêt également une dimension purement consumériste que résume la définition marketing qui en est donnée : les valeurs sont ainsi, selon cette définition, l’expression d’un positionnement donné au produit et le rapport entre une dépense escomptée et le bénéfice que j’en tire en faisant usage des fonctions du produit. Dans cette dimension de valeur c’est l’esprit de consommation qui s’infiltre y compris dans l’ensemble de nos représentations, jusque dans nos rapports à la famille et à la religion.

Nous sommes entrés dans une ère d’hyper marchandisation, ou tout s’achète et tout se vend, y compris l’embryon humain, le sperme humain. Avec ce monde de la consommation numérisée on joue à se maquiller, à se travestir, à jouer un statut, un personnage, à masquer la réalité de ce que l’on est. Nous sommes dans l’ère de la mutation anthropologique, l’ère du néo consommateur avec ses nouvelles valeurs virtuelles, apparaître plutôt qu’être.  Nous faisons usage d’une liberté factice ou nous pensons que le divertissement est devenu la valeur cardinale de la société, mais nous oublions de penser et de donner du sens. L’hyper consommation nous a offert la jouissance de l’irresponsabilité et pire. Pour citer Bossuet, nous déplorons les effets après en avoir chéri les causes. Nous plaidons ainsi la nécessité d’inverser le climat sans changer les causes :

  • - notre vaine manière de vivre,
  • - nos futiles valeurs de consommation pour être à la mode, à la page.
  • - notre goût pour une consommation sans conscience, cette consommation du jetable qui méprise l’épargne et le durable.

La valeur au sens moral

Dans le mythe de la caverne, le philosophe Platon prétendait qu’il existait un monde des idées pures, intangibles et universelles, qu’il fallait s’employer à les chercher. Pour d’autres, à l’inverse, dans une approche plus relativiste, les valeurs sont l’expression de nos désirs collectifs.  Les valeurs n’ont pas de caractère immuable, elles s’inscrivent comme le reflet de nos engagements transformant les valeurs dominantes du moment.

L’Évangile, en revanche, est imperméable aux changements de ce monde contrairement à ce que certains théologiens prétendent. Dieu ne change pas de discours à l’égard du monde. Certes, la Bible témoigne de regrets concernant l’homme qui se détourne de son créateur, mais jamais les écritures ne reflètent une volonté de modifier la substance même des lois divines. Celles-ci, invariablement et de manière intemporelle, s’imposent à l’homme. Les dix commandements expriment à la fois cette universalité morale et sa dimension intemporelle.

Nous voyons bien que le sens donné aux valeurs économiques et morales peut, en effet, être antinomique. Les valeurs économiques et morales se percutent, semblent se contredire en apparence, mais si l’on considère que la valeur est un résultat elle l’est aussi d’un point de vue moral ou spirituel. Ainsi, une nation qui s’écarte des lois divines, les transgresse, finit par périr ou s’appauvrir… L’immoralité peut ainsi se traduire par un gain ou une perte, l’enrichissement au sens spirituel ou la pauvreté au sens moral.

Ainsi, il ne s’agit pas de défendre des valeurs (lois morales) sans en comprendre la source, les fondements les racines spirituelles.

La valeur est dès lors plutôt le fruit amer, ou le fruit qui est un bienfait participant à la vraie croissance morale d’une cité. Aussi nous appartient-il de proclamer la vérité (les lois universelles et morales) ce que Jésus fit :

  • - dénonçant ainsi le légalisme (la norme imposée qui annihile la conscience responsable),
  • - fustigeant l’amour de l’argent  et sa puissance corruptible,
  • - rappelant également les lois infaillibles concernant la dimension anthropologique de l’altérité, comme l’ombre des choses à venir, l’épouse et l’époux.
  • - soulignant le respect sans conditions du plus faible, la nécessité d’en prendre soin.
  • - le pardon et l’invitation à changer d’attitude pour plaire à Dieu.

La vraie question est de savoir si nous voulons défendre des valeurs sociales, identitaires, humaines ou proclamer la vérité…

L’Écriture dans sa totalité, nous introduit dans la dimension d’une « loi morale universelle et révélée » en évoquant la nature de l’homme pécheur. Les écritures parlent de l’homme racheté qui peut naître de nouveau, revêtu d’une nouvelle identité. Si l’homme est incapable en soi de faire le bien, sa nouvelle nature en Christ le conduit à rechercher le bien.

Aussi nous n’avons pas, en effet, à défendre des valeurs morales si elles ne nous habitent pas. Nous sommes appelés plutôt à incarner les fruits (les valeurs ou les lois morales) de cette vérité puis à rendre témoignage à la vérité par les actes que nous posons.

Il nous semble dès lors préférable de proclamer la vérité, d’incarner en soi la dimension des fruits (valeurs) que je vis. Pour autant, balayer la défense des lois divines, autrement dit les "valeurs spirituelles", au point de dire que celles-ci ne font pas sens sur le plan théologique est, selon moi, relativement inexact.

Derrière l’annonce il y a en effet  la grâce de Jésus-Christ, la dimension de son amour. Or l’amour de Christ est total, radical et ne relève pas d’un évangile conformiste, tiède et de confort, sans vagues ni bruits. L’amour absolu de la vie contre une conception mortifère (eugéniste) ou meurtrière qui tue et ne soulage pas (euthanasie).

L’amour radical, notre amour radical, relève du domaine de la protection. L’amour c’est en effet protéger ! Or nous sommes bien appelés à annoncer pour secourir le plus pauvre, prendre soin de la mère et l’enfant, accueillir l’étranger, soutenir l’exclu, protéger sa famille, dénoncer l’immoralité qui blesse, qui meurtrit.

Il s’agit bien, de fait, de fruits moraux ou de valeurs spirituelles, non ? Celles que défendait également Martin Luther King quand il dénonçait les discriminations, les exclusions… Mais quand il s’agit de Martin Luther King tout le monde est d’accord et personne ne discute cette dimension sociale de l’annonce. 0r, les valeurs que nous annonçons et défendons s’étendent aussi à la dimension anthropologique, la famille et à sa protection ! Nous revendiquons ainsi une éthique chrétienne intégrale tant sur le plan de la consommation, de la vie sociale, que sa dimension anthropologique. Nous ne posons pas ici de hiérarchie sur la dimension de ces valeurs, nous indiquons que l’absolue interdépendance  de toutes ces dimensions interagissent avec une même loi spirituelle fondée sur l’amour, sans équivoque, de son prochain.

 

Plus que défendre les valeurs, les Incarner est une priorité, bien plus, une nécessité

Dès lors, la famille serait-elle, par exemple, moins importante et secondaire alors qu’elle constitue l’essence et le fondement même de toute société, de toute vie sociale ? Les enfants restent à jamais marqués par leur vie familiale, ils peuvent en être meurtris, blessés, d’où la nécessité de prendre soin de la famille, de son épouse de ses enfants…

Ainsi, le témoignage s’incarne au sein de la famille se vit en son sein ; pilier essentiel d’une vie d’église…

Or, qu’est-ce qui fragilise une vie de famille, que nous dénonçons ?

Il s’agit bien, de fait, de fruits moraux ou de valeurs spirituelles, non ? Celles que défendait également Martin Luther King quand il dénonçait les discriminations, les exclusions… Mais quand il s’agit de Martin Luther King tout le monde est d’accord et personne ne discute cette dimension sociale de l’annonce. 0r, les valeurs que nous annonçons et défendons s’étendent aussi à la dimension anthropologique, la famille et à sa protection ! Nous revendiquons ainsi une éthique chrétienne intégrale tant sur le plan de la consommation, de la vie sociale, que sa dimension anthropologique. Nous ne posons pas ici de hiérarchie sur la dimension de ces valeurs, nous indiquons que l’absolue interdépendance  de toutes ces dimensions interagissent avec une même loi spirituelle fondée sur l’amour, sans équivoque, de son prochain.

Derrière l’annonce il y a en effet  la grâce de Jésus-Christ, la dimension de son amour. Or l’amour de Christ est total, radical et ne relève pas d’un évangile conformiste, tiède et de confort, sans vagues ni bruits. L’amour absolu de la vie contre une conception mortifère (eugéniste) ou meurtrière qui tue et ne soulage pas (euthanasie).

Aussi nous n’avons pas, en effet, à défendre des valeurs morales si elles ne nous habitent pas. Nous sommes appelés plutôt à incarner les fruits (les valeurs ou les lois morales) de cette vérité puis à rendre témoignage à la vérité par les actes que nous posons.

La vraie question est de savoir si nous voulons défendre des valeurs sociales, identitaires, humaines ou proclamer la vérité…

  • - L’amour de l’argent, la tentation de vivre à crédit ?
  • - La perte d’un emploi résultant aujourd’hui de la casse sociale qui demain viendra d’un monde numérique et d’une mécanisation totale de la société ?
  • - Le sexe…. les dégâts de la pornographie, de l’adultère, et d’une déconstruction, sans doute, demain, de l’image de soi dans ce qui fait l’altérité, dévisageant la singularité sexuée de l’être humain ?

Si un Chrétien ne défend pas ses lois morales (ou valeurs spirituelles)  il ne témoigne pas en réalité, il se conforme à l’esprit et à la norme de ce siècle. Le psalmiste disait : Que fera le juste si la terre chancelle ?

Annoncer n’est dès lors pas antinomique du souhait aussi de savoir dénoncer ce qui abîme l’homme, le blesse, nuit à sa vie.

Quand nous nous exprimons également sur l’écologie, que faisons-nous ? Nous nous exprimons bien sur les valeurs, sur la nécessité de prendre soin et d’être attentif à ne pas adopter des comportements consuméristes qui dégradent notre planète. Nous parlons donc tous de fruits spirituels, incarnés dans nos existences, et cela n’est absolument pas secondaire dans le témoignage que nous avons à rendre. C’est en nous regardant vivre que nous donnons du sel à la terre, ce sont bien ces valeurs-là, qui touchent les cœurs.

Nous annonçons et témoignons à partir d’un message. Ce message est incarné et il s’incarne autour de valeurs non théologiques mais de valeurs substantielles comme l’amour du prochain, le secours, l’accueil, l’écoute… Ce sont bien des fruits (valeurs) d’une vie spirituelle.

Il est grand temps d’avoir des chrétiens matures, intelligents, exemplaires, et qui arrêtent de donner des leçons en permanence aux autres en prétendant incarner la voix de la raison et de la sagesse. Leur sagesse est lissée et polie mais elle ne secoue pas, n’a pas de valeur prophétique, elle se confond avec celle du monde, en réalité.

Je mentionnerai également ce point : il y a un juste équilibre à trouver, entre témoigner et annoncer, dénoncer et prophétiser, mais ne jamais  moraliser les autres. Le monde, ce monde a surtout besoin d’exemples et nous avons sans doute péché nous chrétiens par le manque d’exemples… !

Enfin m’adressant à tous, l’important est de se positionner dans une dimension de cohérence. Si j’annonce sans incarner les valeurs que j’annonce, je ne suis qu’un airain qui résonne sans aucune dimension, sans sel, sans saveur, sans lumière…

Je pense ainsi à cette figure du Monde évangélique, David Wilkerson, qui reçut une vision de l’état futur du monde en 1958. Or, force est de reconnaître parfois le silence des chrétiens. De nos jours, sous prétexte que nous n’avons pas à défendre des valeurs, sommes sommés de nous taire sur les causes d’un immense désastre humain qui se prépare dans le monde, du fait de l’endettement des sociétés néo-libérales, d’une confiance quasi aveugle dans une technicité sauvage qui déconstruit et dévisage l’être humain, des idéologies malthusiennes et celles du genre qui prônent la liberté du corps, mais sont en passe de fabriquer des bébés OGM et d’orienter le monde sur une société parfaitement eugéniste.

Enfin, comment ne pas conclure en faisant référence à cette voix prophétique qui continue de résonner dans un siècle devenu liquide, s’adressant en particulier à la mollesse, à la tiédeur, au conformisme des chrétiens, face au déluge de la corruption morale qui envahit toutes les sphères de la société ?

Nous invitons pour conclure tous nos lecteurs, à lire ce texte de David WILKERSON qui sonne comme un véritable avertissement prophétique, rappelons que ce texte date de 1958. 


Éric Lemaître

Phileosophia LOGO.JPG

Texte précédemment publié sur le blog Phileosophia :
https://phileosophiablog.wordpress.com/2017/07/24/valeurs...

 

18.09.2014

Les professionnels de l'enfance veillent…

Portrait Enfant Jérôme Brunet.jpg

Jérôme Brunet veille…

J’ai travaillé, comme animateur, dans les quartiers dits « sensibles » à Dreux dans les années 80. J’y ai vu combien le manque de repères, l’absence des parents plongeaient les enfants et les jeunes adolescents dans des comportements marqués par la violence, la peur, les phénomènes de bandes… j’ai vu comment, pour se protéger des autres, ils devaient s’endurcir, se montrer agressif, faire peur à l’autre. J’ai vu cette violence qui naît de l’absence de sécurité psychique.

Malik, je pense à toi qui as pu montrer, parce que nous avions pu construire la confiance, que derrière l’épaisse carapace de piquants, il y avait un cœur merveilleux, simple. Un cœur d’enfant.

En formation, à l’école normale des instituteurs, j’ai entendu ces idéologues niant la place de l’inné dans la personne, nous dire que les enfants étaient tous égaux en capacité, dès la naissance. Que tout était une question de pédagogie, de façon de s’y prendre.

Ceux-là même qui vantaient la méthode globale, méprisaient l’apprentissage par cœur des tables de multiplication, promouvaient la grammaire structuraliste (à laquelle nombre d’enseignants ne comprenaient pas grand-chose…).

J’ai vu les regards perdus de l’enfant qui n’apprend pas, qui ne comprend pas, parce qu’on ne prend pas en compte sa capacité, sa forme d’intelligence…

Christophe, Anthony et vous, les jumeaux, je pense à vous. A cette souffrance qu’a été la classe pour vous.

Instituteur, j’ai découvert la dépression de l’enfant dont les parents se séparent, ou se disputent et à qui on demandait de continuer à être performant à l’école. J’ai frappé au mur de l’indifférence des adultes qui niaient le problème : il ne fallait pas dire que les enfants souffraient du divorce de leurs parents, car cela pouvait être interprété comme un jugement négatif. A l’époque, beaucoup de psychologues n’osaient pas s’exprimer sur cette question ou niaient le problème.

Je pense à toi, Ariane, qui était pleine de vie et pétillante dans cette classe de grande section. Et qui du jour au lendemain est devenue éteinte… pleurait et me confiait que tes parents se séparaient. Je revois ta maman qui me disait qu’elle t’avait tout expliqué, et que tu allais bien.

Directeur d’école, j’ai accompagné ces enfants qui perturbaient la classe. J’ai vu leur immense angoisse, leur détresse de ne pas comprendre les repères de la vie avec les autres, parce qu’on ne les leur avait pas appris.

J’ai vu ces enfants rois, qui devenaient tyrans… ceux que l’on appelle maintenant les pervers narcissiques…

J’ai accompagné cette angoisse – qu’un adulte ne supporterait pas – qui naît de l’absence des repères structurants, qui posent les limites de la liberté pour la faire naître et qui sécurisent dans un monde de relations si complexes.

J’ai vu le fruit blette, empoisonné, mortel d’ « il est interdit d’interdire ».

J’ai entendu ce psychologue qui me confiait son désarroi parce qu’il devait poser des diagnostics de psychopathe pour des enfants de 12 ans.

Je pense à toi Thomas, qui a réussi à te construire parce que nous avons su baliser un chemin pour t’accompagner. Je pense à toi, Olivier que nous n’avons pu sortir de ta souffrance.

J’ai vu la détresse de ces parents qui avaient peur de leurs enfants et n’osaient pas dire non et tenir bon face à la contradiction par peur de leur faire du mal.

J’ai vu aussi des couples exploser à cause de la confusion des rôles.

Et j’ai vu que le suicide des jeunes devenait une préoccupation de plus en plus grave. Que la violence gratuite entre jeunes apparaissait et se développait. Que la drogue, l’alcool deviennent des fléaux. Que la pornographie circule dans les cours d’école et de collège.

J’ai vu que la plupart du temps, l’enfant souffre en silence.

Et j’ai entendu tous ceux-là qui disent que les enfants s’adaptent aux nouvelles situations familiales, que la famille recomposée, c’est formidable, qu’il n’y a aucun problème à avoir deux papas ou deux mamans, à naître par GPA, ou PMA avec donneur anonyme, à être privé d’une partie de sa filiation biologique, puisqu’il « suffit d’expliquer aux enfants pour qu’ils comprennent ».

Depuis plusieurs années, avec d’autres, j’ai décidé de ne plus me taire et de redire qu’un enfant a droit à une éducation qui le prépare à la vie d’adulte, qui n’est pas un long fleuve tranquille.

Qu’il a droit à la sécurité physique et psychologique, aux soins, à l’amour de ses parents, à la construction de sa personnalité dans toutes les dimensions de la personne : physique, intellectuelle, psychique.

Bien sûr, la vie, avec ses accidents ne s’écrit jamais avec des lignes droites, les règles ont toujours des exceptions. C’est la vie.

Mais l’exception ne doit pas devenir la règle.
Je suis devenu un veilleur.
Alors, je veille.

 

JÉRÔME BRUNET
Président de l’Appel des Professionnels de l’Enfance
Porte-parole de la Manif pour tous

Article initialement publié sur
APPEL DES PROFESSIONNELS DE L’ENFANCE

 

 

Des femmes « vaillantes », à toutes les époques…

foi,ludovine de la rochère,la vaillante,politique,christianisme,égalité,théorie du genre(La Vaillante dédie cet article à Ludovine de la Rochère, rencontrée le 17 septembre 2014 à Saint-Mandé, à l’issue de la conférence-débat qu’elle donna avec Esther Pivet, intitulé « Gender à l’école : mythe ou réalité ».)

 

LE DON DE L’ÉPOUSE 

         Le Concile Vatican II a renouvelé dans l’Église la conscience de l’universalité du sacerdoce. Dans la Nouvelle Alliance, il n’y a qu’un seul sacrifice et un seul prêtre, le Christ. Tous les baptisés, les hommes comme les femmes, participent à ce sacerdoce unique, car ils doivent « s’offrir en victimes vivantes, saintes, agréables à Dieu (cf. Rm 12, 1), porter témoignage du Christ sur toute la surface de la terre, et rendre raison, sur toute requête, de l’espérance qui est en eux d’une vie éternelle (cf. 1 P 3, 15) ».[i] La participation universelle au service du Christ, par lequel le Rédempteur a offert au Père le monde entier et en particulier l’humanité, fait de tous les membres de l’Église « un royaume de prêtres » (Ap 5, 10 ; 1 P 2, 9), c’est-à-dire qu’ils participent non seulement à la mission sacerdotale, mais encore à la mission prophétique et royale du Christ-Messie. Cette participation entraîne en outre l’union organique de l’Église, comme Peuple de Dieu, avec le Christ. Le « grand mystère » de la Lettre aux Éphésiens s’y exprime en même temps : l’Épouse unie à son Époux, unie parce qu’elle vit de sa vie ; unie parce qu’elle participe de sa triple mission (tria munera Christi) ; unie de manière à répondre par un « don désintéressé » de soi au don ineffable de l’amour de l’Époux, le Rédempteur du monde. Cela concerne toute l’Église, les femmes comme les hommes, et évidemment cela concerne aussi ceux qui participent au « sacerdoce ministériel » [ii] qui est par nature en service. Dans le cadre du « grand mystère » du Christ et de l’Église, tous sont appelés à répondre — comme une épouse — par le don de leur vie au don ineffable de l’amour du Christ qui est seul, come Rédempteur du monde, l’Époux de l’Église. Dans le « sacerdoce royal », qui est universel, s’exprime en même temps le don de l’Épouse.

         Cela revêt une importance fondamentale pour comprendre l’Église dans son essence même, en évitant de reprendre pour l’Église — même en sa qualité d’institution composée d’êtres humains et inscrite dans l’histoire — des critères d’interprétation et de jugement qui sont sans rapport avec sa nature. Même si l’Église possède une structure « hiérarchique »,[iii] cette structure est cependant ordonnée à la sainteté des membres du Christ. Et la sainteté s’apprécie en fonction du « grand mystère » dans lequel l’Épouse répond par le don de l’amour au don de l’Époux, le faisant « dans l’Esprit Saint » parce que « l’amour de Dieu a été répandu dans nos cœurs par l’Esprit Saint qui nous a été donné » (Rm 5, 5). Le Concile Vatican II, en confirmant l’enseignement de toute la tradition, a rappelé que, dans la hiérarchie de la sainteté, c’est justement la « femme », Marie de Nazareth, qui est « figure » de l’Église. Elle nous « précède » tous sur la voie de la sainteté ; en sa personne « l’Église atteint déjà à la perfection qui la fait sans tache ni ride (cf. Ep 5, 27) ».[iv] En ce sens on peut dire que l’Église est « mariale » en même temps qu’ « apostolique » et « pétrinienne ».[v]

         Dans l’Histoire de l’Église, dès les premiers temps, il y avait aux côtés des hommes de nombreuses femmes pour qui la réponse de l’Épouse à l’amour rédempteur de l’Époux prenait toute sa force expressive. Nous voyons tout d’abord celles qui avaient personnellement rencontré le Christ, qui l’avait suivi et qui, après son départ, « étaient assidues à la prière » avec les Apôtres au Cénacle de Jérusalem jusqu’au jour de la Pentecôte. Ce jour-là, l’Esprit Saint parla par « des fils et des filles » du Peuple de Dieu, accomplissant ce qu’avait annoncé le prophète Joël (cf. Ac 2, 17). Ces femmes, et d’autres encore par la suite, eurent un rôle actif et important dans la vie de l’Église primitive, dans la construction, depuis ses fondements, de la première communauté chrétienne — et des communautés ultérieures — grâce à leurs charismes et à leurs multiples manières de servir. Les écrits apostoliques retiennent leurs noms, ainsi Phébée, « diaconesse de l’Église de Cenchrées » (cf. Rm 16, 1), Priscille avec son mari Aquila (cf. 2 Tm 4, 19), Évodie et Syntyché (cf. Ph 4, 2), Marie, Tryphène, Persis, Tryphose (cf. Rm 16, 6. 12). L’Apôtre parle de leurs « fatigues » pour le Christ : celles-ci montrent les divers domaines du service apostolique dans l’Église, en commençant par « l’Église domestique ». En effet, la « foi sans détour » y passe de la mère aux enfants et aux petits-enfants, comme cela eu lieu dans la maison de Timothée (cf. 2 Tm 1, 5).

         La même chose se renouvelle au cours des siècles, de génération en génération, comme le montre l’histoire de l’Église. L’Église, en effet, en défendant la dignité de la femme et sa vocation, a manifesté de la gratitude à celles qui, fidèles à l’Évangile, ont participé en tout temps à la mission apostolique de tout le Peuple de Dieu, et elle les a honorées. Il s’agit de saintes martyres, de vierges, de mères de familles qui ont témoigné de leur foi avec courage et qui, par l’éducation de leurs enfants dans l’esprit de l’Évangile, ont transmis la foi et la tradition de l’Église.

foi,ludovine de la rochère,la vaillante,politique,christianisme,égalité,théorie du genre         À toutes les époques et dans tous les pays, nous trouvons de nombreuses femmes « vaillantes » (cf. Pr 31, 10) qui, malgré les persécutions, les difficultés et les discriminations, ont participé à la mission de l’Église. Il suffira de mentionner ici Monique, la mère d’Augustin, Macrine, Olga de Kiev, Mathilde de Toscane, Edwige de Silésie et Edwige de Cracovie, Élisabeth de Thuringe, Brigitte de Suède, Jeanne d’Arc, Rose de Lima, Elisabeth Seton et Mary Ward.

         Le témoignage et l’action des femmes chrétiennes ont eu une influence significative dans la vie de l’Église, comme aussi dans la vie de la société. Même face à de graves discriminations sociales, les saintes femmes ont agi « librement », rendues fortes par leur union avec le Christ. Cette union et cette liberté fondées en Dieu expliquent par exemple l’action importante de sainte Catherine de Sienne dans la vie de l’Église et de sainte Thérèse de Jésus dans la vie monastique.

         De nos jours, l’Église ne cesse de s’enrichir grâce au témoignage de nombreuses femmes qui épanouissent leur vocation à la sainteté. Les saintes femmes sont une incarnation de l’idéal féminin ; mais elles sont aussi un modèle de « sequela Christi », un exemple de la manière dont l’Épouse doit répondre avec amour à l’amour de l’Époux.

  

foi,ludovine de la rochère,la vaillante,politique,christianisme,égalité,théorie du genre

 

 

 

Article 27 de
LA DIGNITÉ ET LA VOCATION DE LA FEMME
Lettre apostolique Mulieris dignitatem
15 août 1988
Saint Jean-Paul II

        



[i] Cf. CONC.ŒCUM. VAT.II, Const. Dogm. Sur l’Église Lumen gentium, n.10.

[ii]Cf. ibid. n.10.

[iii]Cf. ibid. nn. 18-29.

[iv]Cf. ibid. n. 65 ; cf. Encycl. Redemptoris Mater, nn. 2-6 : lc., pp. 362-367.

[v]« Ce profil marial est aussi fondamental et caractéristique de l’Église — sinon davantage — que le profil apostolique et pétrinien, auquel il est profondément uni. […] la dimension mariale de l’Église précède la dimension pétrinienne, tout en lui étant étroitement unie et complémentaire. Marie, l’Immaculée, précède tout autre personne et, bien sûr, Pierre lui-même et les Apôtres. Non seulement parce que Pierre et les Apôtres, issus de la masse du genre humain qui naît sous le péché, font partie de l’Église ”sancta ex peccatoribus”, mais aussi parce que leur triple munus ne tend à rien d’autre qu’à former l’Église dans cet idéal de sainteté qui est déjà préformé et préfiguré en Marie. Comme l’a si bien dit un théologien contemporain, ”Marie est ‘la Reine des Apôtres’, sans revendiquer pour elle les pouvoir apostoliques. Elle a autre chose et beaucoup plus” (H.U. VON BALTHASAR, Neue Klarstellungen) » : Allocution aux Cardinaux et aux Prélats de la Curie romaine (22 décembre 1987) : L’Osservatore Romano, 23 décembre 1987. 

 


Photos : Oratoire Jean-Paul II
église Saint-Pierre du Gros Caillou
Paris 7ème

 

08.09.2014

L'égalité entre homme et femme selon F-X. Bellamy

FX Bellamy LES DÉSHÉRITÉS.jpg

François-Xavier Bellamy, auteur de « Les déshérités - ou l’urgence de transmettre » répond à Sylvie Braibant et à Mohamed Kaci (Émission « 64’ Le monde en français », rubrique « Grand angle », TV5Monde, du 2 septembre 2014).

 

 

 

                      S.B. : C’est une question un peu sous forme d’interpellation, puisque, François-Xavier Bellamy, vous vous présentez comme un défenseur irréductible entre les sexes et vous soutenez que, pour parvenir à cette égalité, c’est la transmission du savoir qu’il faut faire.

         Je voudrais vous soumettre des chiffres. En France, 71% des filles réussissent au baccalauréat. 61% seulement pour les garçons. Et malgré cette supériorité, les filles se dirigent majoritairement vers les filières littéraires ou médico-sociales, tandis que les garçons se précipitent, eux, dans les secteurs d’excellence tels les sciences dures et les hautes technologies. Cette orientation naturelle ne date pas d’hier, comme le montre cette « Fabrique des filles » qui retrace la pédagogie mise en place depuis Jules Ferry pour inciter les élèves elles-mêmes à se diriger vers des filières où elles pourraient appliquer leurs qualités ”féminines”. Et c’est un travers, d’ailleurs, qui n’existe pas seulement en France, mais dans toute l’Europe, sauf en Suède. Peut-être parce que dans ce pays on a mis en place depuis des décennies ces « ABCD de l’égalité » que vous aimez tant détester.

         Alors, je vous repose la question : Croyez-vous donc toujours que c’est seulement par la transmission du savoir que l’on parviendra à surmonter l’inégalité entre les ”genres” ?

 

FX Bellamy Photo.jpg         F-X.B. : Merci beaucoup pour votre question et merci pour la formulation de votre question. Vous avez dit quelque chose qui me paraît très symptomatique. Vous avez dit que « les filles ne se dirigeaient pas vers les filières d’excellence mais qu’elles se dirigeaient vers les filières plutôt littéraires. » Moi qui ai fait une filière littéraire et qui suis un professeur, un métier extraordinairement féminisé, je suis absolument en désaccord avec vous sur la formulation même de votre question. Je crois que les filières littéraires sont des filières d’excellence et je ne suis absolument pas jaloux de mes camarades qui ont fait des carrières d’ingénieurs ou de financiers. Je crois que l’enseignement de la philosophie…

 

          M.K. : … Les débouchés ne sont pas les mêmes, quand même…

 

françois-xavier bellamy,égalité,transmission,éducation,france,théorie du genre

         F-X.B. : À quelle aune les évalue-t-on ? Si on les évalue en terme strictement financiers oui, c’est vrai que je gagne peut-être moins qu’un ou une de mes ami(e)s qui serait entré(e) dans la banque ou dans la finance. Mais je ne suis pas moins heureux pour autant et même je peux vous garantir le contraire. C’est un métier dans lequel on peut trouver un épanouissement extraordinaire.

         Je crois qu’il faut éviter de plaquer des modèles de réussite exclusifs. Vous voyez, c’est très paradoxal : les métiers vers lesquels les hommes se dirigent majoritairement vous les décrivez comme des métiers d’excellence. En réalité, n’est-ce pas là précisément faire peser une forme d’aliénation sur les femmes qui, parce qu’elles sont attirées par d’autres métiers, se voient déniée la possibilité d’incarner une forme d’excellence dans ces métiers-là ? Moi qui suis enseignant, je crois que c’est un métier qui suppose des compétences extrêmement complexes, variées et dans lesquelles on peut exprimer une excellence particulière. Je ne vois pas pourquoi on serait plus excellent parce qu’on a choisi d’aller compiler des tableaux Excel dans une tour de La Défense.

 

        M.K. : Alors, comment remettre la transmission au cœur du système éducatif français ? Quelles sont les pistes que vous proposez et que vous évoquez dans ce livre ?

 

FX Bellamy Photo.jpg

         F-X.B. : Pour assurer l’égalité à tous les élèves, l’égalité entre les sexes mais aussi l’égalité entre les origines, les milieux sociaux… je crois précisément qu’il faut que l’école redevienne une école de la transmission qui offre à tous la possibilité d’accéder aux mêmes savoirs. C’est-à-dire au meilleur de ce que notre culture a à transmettre parce que – et c’est l’idée que j’essaie de défendre au cœur de ce livre – au fond, le propre de notre expérience humaine est que nous ne sommes pas nous-mêmes par nature, nous avons besoin de la rencontre avec l’autre, avec ce patrimoine qui nous est transmis pour devenir nous-mêmes et conquérir notre propre personnalité. Garçons comme filles, issus de milieux sociaux divers, nous avons besoin de cette culture que nous recevons. Je crois que la meilleure chose que nous puissions faire est, au lieu de se focaliser sur la volonté de produire des uniformités qui ne répondent à rien, d’obliger les filles à s’intéresser à des métiers d’ingénieur parce que nous avons l’impression que c’est cela l’excellence… Donnons à chacun la même possibilité d’accès au savoir. Les filles qui voudront être ingénieurs seront ingénieurs, les filles qui voudront enseigner la philosophie enseigneront la philosophie. Et de la même façon pour les garçons. C’est la meilleure façon par laquelle nous pourrons servir une égalité réelle et aussi - et c’est très important - une liberté réelle de chacun, l’accès de chacun à sa propre singularité que de transmettre vraiment le meilleur de notre culture, de notre langue, de notre capacité d’écriture et de parole à chacun des enfants de France.  

 

 

Retrouvez François-Xavier Bellamy avec « La critique du nihilisme contemporain serait très maladroite si elle s’appuyait sur le lexique des valeurs »

 

02.09.2014

Théorie du genre : autres éclaicissements

ThéorieGenre.jpg                  Les semaines écoulées ont mis en lumière, avec des débats houleux et des affrontements à la fois idéologiques et politiques, la question du genre. D’un côté, de vives critiques parfois simplistes et caricaturales et, du côté des défenseurs, se présentant avec une garantie ou un vernis scientifique, une posture consistant à disqualifier le contradicteur lui collant l’étiquette de rétrograde, conservateur irrationnel accroché à des valeurs (religieuses notamment) dépassées.

Les enjeux du débat sont à la fois scientifiques, culturels, idéologiques et politiques et c’est pour cela qu’il est indispensable d’éclaircir les notions, de délimiter les contours de la question afin que le débat soit constructif et que chacun puisse se faire une opinion fondée.

 

Théories, théorie et études de genre

StéréoTypesGenres.jpg                  Une des polémiques a porté sur le nom ou le qualificatif attaché à ce courant et à ces études : théorie ? théories ? ou études de genre ? 

Interrogation très secondaire semblable à celle qui consiste à vouloir connaître le sexe des anges ! Il s’agit bien d’un ensemble d’études portant sur le genre, le tout reposant sur un certain nombre d’hypothèses, ce qui constitue bien une théorie (soumise à la notion de réfutabilité), à moins de décréter qu’il s’agit d’une vérité définitive. Il existe de nombreuses études remontant à l’anthropologie culturaliste du début du XXème siècle mais cela ne permet pas de parler de théories (donc au pluriel).

 

Qu’est-ce que la théorie du genre ?

Théo du Genre.jpg                  La théorie du genre est un courant, une branche des sciences humaines, essentiellement sociologique et anthropologique, qui cherche à expliquer les différences et la répartition des rôles et fonctions masculins et féminins non par les éléments biologiques mais par la culture. Alors que le sexe est biologique, le genre est culturel et construit. À partir de la différence biologique, les cultures humaines ont établi une répartition et un ensemble de représentations de ce qui est de l’ordre du masculin et ce qui est de l’ordre du féminin. Alors qu’il existe des différences biologiques donc naturelles, il n’existerait nullement de fonctions naturelles spécifiques aux hommes et d’autres aux femmes. 

Précisons une première chose, il est évident qu’aucun sociologue ou penseur ne peut remettre en cause la différence sexuelle, personne ne peut nier qu’il existe des hommes et des femmes ; donc l’argument consistant à prétendre que la critique de la théorie du genre est caricaturale est mal venue de ce point de vue. La critique porte sur la construction du genre : la différence de genre, le masculin et le féminin, se fonde-t-elle exclusivement sur des éléments culturels ou peut-elle reposer sur des éléments biologiques ? Bon nombre de sociologues et anthropologues estiment qu’il n’y a aucun déterminisme biologique. Voilà un premier postulat qui peut être critiqué. 

Le deuxième postulat est que les différences produisent systématiquement des inégalités, inégalités qui soumettent les femmes à des fonctions subalternes. 

Maintenant que le décor est planté, les interrogations liées à cette théorie et ses enjeux peuvent être abordés de manière rationnelle et sereine.

 

La théorie du genre au service de l’égalité et contre les discriminations

ThoG HomFemCervex.jpg                  Les sociologues et les anthropologues spécialistes du genre ont très souvent, dans leurs études, démontré qu’il existait une discrimination et des inégalités entre hommes et femmes reposant sur une prétendue différenciation naturelle, prétexte à une véritable domination des hommes sur les femmes. Ce qui irait parfois de soi cache une réelle domination masculine : emplois réservés aux hommes, relégation dans la sphère privée pour les femmes prédisposées à prendre soin de la famille, incapacités de ces dernières à remplir certaines fonctions (dirigeantes politiques, cadres dirigeants d’entreprises...), etc. 

Si la théorie permet de déconstruire la réalité sociale de manière à permettre une plus grande égalité effective, cela ne peut être qu’une bonne chose, puisque ce principe est à la base de l’idéal démocratique. Si, en revanche, il s’agit de nier l’altérité homme-femme, et de prétendre que la définition de l’identité sexuelle peut être librement choisie, sans influence sociale et culturelle aucune, nous franchissons le pas consistant à passer de la science à l’idéologie. De même, lorsqu’on prétend servir la science en affirmant, comme si cela était une vérité, qu’il n’existe pas de différences entre les hommes et les femmes à l’exception des organes génitaux.

 

De la différence, de l’inégalité et de la domination

Pas leur Genre.jpg                  Une des hypothèses de base de nombreux chercheurs sur la théorie du genre est de considérer qu’à l’origine des inégalités il existe la (prétendue) différence entre les hommes et les femmes ; nulle complémentarité entre les sexes, toute différence ne peut conduire qu’à des discriminations. 

Ce paradigme de lecture, d’inspiration marxiste souvent, place les relations sociales sous l’angle de la domination, qu’il s’agisse de la stratification sociale ou des relations entre les hommes et les femmes. C’est à la lumière de cette hypothèse que, par exemple, Pierre Bourdieu a analysé la société kabyle et les inégalités de genre à travers la « domination masculine ». Or ce postulat de départ semble contestable et certainement empreint d’une certaine idéologie ; le primat de l’individu (depuis les philosophes des Lumières) et la passion de l’égalité (Tocqueville) conduisant à l’interchangeabilité des individus. 

L’égalité doit-elle passer par l’indifférenciation ? Les rôles et les fonctions spécifiques à chacun des deux sexes sont-ils voués à disparaître ? Cette interchangeabilité est-elle garante d’une plus grande égalité et d’une réduction des discriminations ? 

En réalité, cette vision n’a rien de scientifique au niveau tant biologique que sociologique et humaniste, il s’agit tout bonnement d’un arbitraire, d’un paradigme, d’une idéologie qui veut se hasarder à remplacer une répartition des rôles certes parfois injuste mais qui érige la différence sexuelle comme norme sociale et culturelle universelle. Cette universalité est déjà un argument en faveur de la différenciation des sexes tant au niveau biologique qu’au niveau de certaines aptitudes qui peuvent en découler. 

En conclusion, tout n’est pas biologique, loin de là ; mais tout n’est pas construit non plus. Par hypothèse, on peut dire que ce qui est partagé par l’ensemble de l’humanité dépasse le simple cadre de la culture et relève par conséquent du naturel. C’est aux défenseurs du tout culturel d’apporter la preuve contraire.

 

Théorie du genre, idéologie et politique

ThéoGenreDécryptageFJL.jpg                  La polémique autour de la théorie du genre a pris de l’ampleur à partir du moment où la question de l’identité sexuelle s’est posée. 

L’identité de genre et, par voie de conséquence, l’identité sexuelle sont-elles l’objet d’un libre arbitre et jusqu’à quel point ? Autrement dit, peut-on être de sexe masculin ou féminin et se vivre et se définir autrement que par son sexe biologique ? La théorie du genre ouvre une brèche dans laquelle certains vont s’engouffrer, afin de remettre en cause non seulement la répartition des fonctions mais aussi l’hétérosexualité comme norme sociale et modèle de référence. 

La théorie du genre est non plus simplement un cadre théorique, mais un instrument politique et idéologique permettant de défendre des thèses féministes, homosexuelles et transgenres. Il suffit pour s’en convaincre de vérifier l’engagement et les combats politiques de certains chefs de file de la théorie du genre. Il en est ainsi, par exemple, des travaux précurseurs de Margaret Mead (1901-1978), féministe hostile aux valeurs conservatrices américaines du début du siècle, dont les conclusions ont été critiquées parce que parfois caricaturales, simplistes et orientées. 

Il est donc indéniable que l’utilisation de la théorie du genre sert autant une cause (la reconnaissance sociale et juridique de toutes les identités et orientations sexuelles) qu’une politique (volonté des progressistes d’opérer une révolution des mentalités, en rééduquant les enfants dès le plus jeune âge). Remarquons que, sous prétexte de défendre une certaine vision de l’égalité, nos hommes et femmes politiques recourent à de « subtils » arguments : favoriser l’augmentation du nombre de maçonnes et de femmes éboueurs (voir les ”ABCD de l’égalité”) ! Drôle de manière de faire la promotion de l’égalité et de lutter contre les discriminations. 

Pour notre ministre de l’Éducation, cela permettra d’occuper des emplois disponibles par des femmes qui s’interdisent certains métiers. En conséquence, cela signifie modeler les hommes et les femmes pour se mettre au service de l’économie ! Pour un homme de gauche, c’est une totale hérésie. Cela dénote tout bonnement les incohérences des idéologues et les impasses auxquelles peuvent nous mener certaines lectures de la théorie du genre

Les études de genre ont une grande utilité au niveau tant scientifique que sociétal, permettant le dévoilement des soubassements de la réalité sociale et notamment les inégalités dans les relations sociales dont sont souvent victimes les femmes. Cette branche des sciences humaines soulève davantage de questionnements qu’elle n’apporte de réponses et c’est certainement cela le plus salutaire. 

Comme tout savoir, elle éveille les consciences, nous éclaire sur notre système social et sur les comportements individuels en faisant des individus des sujets plus libres. Il serait dommageable et condamnable que des idéologues exploitent ces études de manière à soutenir des thèses et un projet de société rejetés par une majorité. 


10341837_10203582114250871_5270500298182912699_n.jpgDJILALI ELABED
Enseignant en sciences économiques et sociales, Lyon

Article publié dans saphirnews.com, le 6 mars 2014

 

 

 

01.09.2014

Le genre à l'école (Ludovine de la Rochère #5oct14)

Chers compatriotes,

 

ABC égalité.jpg         Benoît Hamon (que Najat Vallaud-Belkacem remplace) prend les français pour des crétins. Pourquoi ? Parce que ”ABCD de l’égalité”, ”plan égalité”, c’est bonnet blanc et blanc bonnet. C’est même encore pire. Pourquoi ? Parce que Benoît Hamon et Mme Najat Vallaud-Belkacem ont dit qu’ils allaient étendre ce plan à tous les niveaux scolaires, de la maternelle au baccalauréat, et à toutes les disciplines, puisque les programmes scolaires sont en cours de refonte. On va en fait beaucoup plus loin.

         Alors quel est le problème ? L’égalité, c’est formidable, on est tous pour, bien entendu. La question qui nous préoccupe est le contenu réel de ce ”plan égalité”.

ThéoGenreDécryptageFJL.jpg         Premier point : quand on se plonge dans ce contenu, on découvre que tout ce qui est féminin est dévalorisé. Tout ce qui est féminin est considéré comme moins bien. Quel est l’objectif ? L’objectif est que la femme soit un homme comme les autres. Exemple : il est dit, notamment, que ”quand on joue au ballon” on peut mesurer, évaluer la force et la réussite de ce que l’on fait. Et ”quand on joue à la poupée” rien n’est en jeu. Vous voyez tout simplement que ce qui est féminin est déconsidéré. C’est parfaitement anti féministe.

Pas leur Genre.jpg

         Deuxième point : il est demandé aux enseignants de considérer leurs élèves comme des êtres neutres, absolument neutres. Et eux-mêmes, de manière neutre. Par exemple, dans la grille d’auto-évaluation de l’académie de Créteil, il est demandé à l’enseignant de s’interroger lui-même : « Fais-je référence à mon appartenance sexuelle ? À celle des élèves ? ». Ainsi, l’enseignant doit faire comme s’il avait devant lui ni garçon ni fille, comme si lui-même n’était ni homme ni femme. Il ne doit même pas l’évoquer. On est dans le déni de la réalité humaine.

         Troisième point : ”Déconstruire les stéréotypes de genre”. Une expression difficile à comprendre, et par-là, on enfume les français. Alors moi je vais la décrypter : déconstruire, cela veut dire démolir. Peut-on démolir, alors que nous avons tous à nous construire nous-mêmes, à commencer par les enfants, bien sûr, et à construire notre société et son avenir ?

StéréoTypesGenres.jpg         ”Les stéréotypes de genre” : voilà une expression des gender studies (études de genre). L’identité de genre est une identité floue, ambiguë. L’identité de genre est ce que je ressens, est ce que je me sens être, c’est subjectif. On ne peut pas se fonder là-dessus pour se comprendre.

         Je vais parler des ”stéréotypes sexués”, une notion plus objective. Les ”stéréotypes sexués” sont toutes les manifestations, les signes de notre féminité et de notre masculinité. C’est ainsi que nous savons qui est notre interlocuteur, c’est ainsi aussi que nous sommes nous-mêmes compris par notre interlocuteur. Autrement dit, ce sont des repères fondamentaux dans les relations humaines pour vivre ensemble et pour vivre avec soi-même. Donc, déconstruire les stéréotypes c’est catastrophique.

         Il est vrai qu’il y a quelques stéréotypes sexistes et il faut les combattre. Mais de manière générale, vouloir déconstruire les stéréotypes de genre - comme ils disent - c’est très grave. Surtout auprès des jeunes enfants.

          Je vous invite donc à continuer à signer la consultation nationale de La Manif Pour Tous. Vous la trouverez sur le site internet www.lamanifpourtous.fr.

         Je renouvelle aussi mon invitation à réserver votre week-end du 4-5 octobre prochain. Cochez dans votre agenda. Nous allons vous appeler à descendre massivement dans la rue. Nous devons obtenir le retrait de toute intrusion de l’idéologie du genre à l’école. Le genre n’a rien à faire à l’école : ni à la maternelle, ni au collège, ni au lycée.

         Je vous remercie. Rappellez-vous : on ne lâche rien, jamais.

           LUDOVINE DE LA ROCHÈRE

Vidéo du Décryptage du « Plan égalité » : Esther Pivert – Coordinatrice de VIGIGENDER.        

 

 

     

          

07.04.2013

Le credo de la secte "LGBT" prétend imposer sa conception du monde au nom de "l'égalité"

« "Marier" entre elles deux personnes de même sexe revient à ériger en religion d'État l'idéologie selon laquelle l'identité sexuelle de la personne humaine dépend de données subjectives et évolutives comme sa volonté et ses attirances physiques et affectives davantage que de son sexe biologique, donnée objective et immuable (du moins génétiquement). L'Humanité serait ainsi constituée "d'homosexuels" et "d'hétérosexuels" davantage que d'hommes et de femmes. C'est de cette confusion entre désir et identité que découlent celle entre désir et droit et donc une revendication d'un droit à se "marier" avec une personne de son propre sexe. Le tout au nom d'un culte voué à une indifférenciation totale entre l'homme et la femme.

 

Tel est le credo de la secte "LGBT", qui prétend imposer cette conception du monde en détournant vulgairement le principe juridique "d'égalité".

Il s'agit là de traiter de manière strictement égale des situations qui sont pourtant objectivement différentes dans le monde réel. En effet, si la stérilité biologique d'un couple constitué d'un homme et d'une femme relève du cas particulier, celle de personnes de même sexe est absolue.


Le fait d'avoir un désir homosexuel n'a jamais privé qui que ce soit d'aucun droit, celui de se marier pas plus qu'un autre. Ça n'est évidemment pas à raison d'une quelconque légitimation morale d'un désir par rapport à d'autres que le mariage ne peut unir que deux personnes de sexe opposé. Il ne s'agit que de la réponse rationnelle au principe qui garantit à l'enfant une filiation crédible et vraisemblable selon lequel celui-ci ne peut avoir à la fois qu'un seul père et qu'une seule mère (cf. Article 320 du code civil), quelles que soient les qualités personnelles de ceux-là.


Des personnes de même sexe, fussent-elles quatre ou cinq en effet, ne peuvent "avoir" un enfant autrement qu'en recourant aux services d'un tiers de l'autre sexe dont la prestation consiste à abandonner l'enfant dont il concourt à la conception (ou pour un homme à directement fournir sa semence) afin de priver cet enfant de père ou de mère.


C'est précisément ce marché de sperme et d'enfants que cette loi organise, en validant purement et simplement le processus qui consiste à "fabriquer" un enfant adoptable (pour l'instant à l'étranger), c'est-à-dire à priver volontairement un enfant de père ou de mère afin de le rendre adoptable par un deuxième homme ou une deuxième femme. Car si les enfants directement concernés par cette loi aujourd'hui n'ont qu'un seul parent légal et ont leur deuxième branche filiative vacante, c'est bien parce que le père ou la mère qui leur manque les a abandonnés ou/et leur a été délibérément volé.


Du seul fait de cette loi, l'État français se fait ouvertement le "proxénète" de donneurs de sperme belges et de mères porteuses indiennes en attendant que le législateur ne soit contraint de résoudre cette incohérence flagrante en droit interne.
On imagine d'ailleurs mal comment un juge condamnerait encore le délit de provocation à l'abandon commis sur le sol français alors même que la loi encourage à y recourir à l'étranger.

Enfin et surtout, cela revient pour TOUS les futurs parents et TOUS les enfants à confondre totalement "parenté" et "parentalité", c'est-à-dire à réduire la parenté à un simple rapport d'éducation et d'affection, lien purement social entre l'adulte et l'enfant, dépendant uniquement du désir de l'adulte indifféremment de toute référence à la biologie. La présomption de paternité est ainsi réduite "au mieux" à une présomption d'intention parentale, le recours à la preuve biologique n'étant plus envisageable dans aucun cas de conflit.
En effet, pourquoi le mari de la mère d'un enfant devrait-il prouver qu'il n'en est pas le père biologique pour se décharger d'une paternité non désirée alors que s'il était une femme il n'aurait qu'à prouver son absence d'investissement dans le projet parental ?

Cette "parenté intentionnelle" laissera ainsi des enfants pour compte sans parent parce qu'ils n'auront pas été désirés et, à l'inverse, en placera d'autres au cœur d'inextricables conflits positifs entre les différents candidats à la "parenté intentionnelle", ce qui amènera finalement à allonger la liste des "parents" au-delà de deux comme c'est déjà le cas au Canada ou aux Pays-Bas.

En outre et contrairement à ce que prétendent les partisans de cette filiation désexuée, les termes "père" et "mère" ne pourront pas subsister à terme sur les actes de naissance ni sur les divers documents administratifs relatifs à l'enfant et seront remplacés par des mentions comme "parent 1" et "parent 2" en attendant les "parents" 3 et 4.


La "parenté" devient un droit de propriété sur l'enfant : un lien juridique ne dépendant que de la seule volonté des adultes, indifféremment de leur sexe ou de leur nombre.


Article 1 de la DDHC : "les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits";


Article 4 de la DDHC : "la liberté consiste à faire tout ce qui ne nuit pas à autrui";


Article 7 de la Convention internationale relative aux droits de l'enfant, de 1989 : "L’enfant a le droit à un nom dès la naissance. Il a également le droit d’acquérir une nationalité et, dans la mesure du possible, de connaître ses parents et d’être élevé par eux";

L’article 3-1 de la Convention internationale des droits de l'enfant dispose que "l’intérêt supérieur de l’enfant doit être une considération primordiale";


L'intérêt supérieur de l'enfant, c'est assurer dans la mesure du possible et de manière générale que tous les enfants puissent avoir deux parents (un homme et une femme, qui seuls sont à même de l'avoir engendré, fût-ce de manière présumée ou symbolique).
Ça n'est pas instituer légalement, en validant ces procédés a posteriori, le marché d'enfants auquel ont recouru les personnes qui aujourd'hui réclament de faire adopter par un deuxième adulte de même sexe leur enfant ainsi privé de père ou de mère.


Il y a toujours eu et il y aura toujours des enfants auxquels il manque un père ou une mère, car la loi ne peut pas empêcher les gens de décéder ni toujours d'abandonner un enfant. Mais la loi les protège déjà au mieux (partage de l'autorité parentale, tutelle testamentaire...) et n'a pas à encourager ces situations pour satisfaire des désirs d'adultes au prétexte du fait accompli de ceux qui refusent d'assumer la situation dans laquelle ils se sont délibérément mis (le plus souvent en fraude à la loi) et qui n'est autre que celle de toute famille monoparentale.


Oui, il est heureusement possible d'être épanoui et bien élevé tout en étant privé d'un père ou d'une mère par tel ou tel aléa de la vie. Nul besoin "d'études" pour le démontrer.


Mais cela ne justifie certainement pas de la loi qu'elle encourage les gens à provoquer volontairement ces situations, ni qu'elle déconstruise le droit de la filiation en y substituant ainsi la volonté à la responsabilité.


Faussement déguisée en lutte pour "l'égalité des droits" et sous couvert de bons sentiments, cette loi institue une véritable dictature idéologique et un retour à l'esclavage. Il est impératif d'y renoncer. »

 

Victor Rességuier 

Étudiant en Droit environnemental, Université Paris Sud 11

 

08.03.2013

Le Visage de la République s'avance sur les Champs-Élysées

TousAuxChamps24MarsPage1.jpg

Tract officiel de "La Manif pour Tous" du 24 mars prochain, Rect°

 

La loi Taubira "mariage pour tous" a été votée à l'Assemblée Nationale le mardi 12 février à 329 voix pour, 229 voix contre et 10 abstentions. Seulement 100 voix d'écart. 

En avril prochain le Sénat procédera au vote de cette même loi.

 

694428PétitionsCEse.jpg

 

Dorénavant, les 700 milles voix (696 428), les voies de chacune des pétitions du CESE se rassemblent et forment le visage de notre démocratie menacée de dé-composition. Sursaut de Marianne, recomposition de son visage. Ces voies redonnent chair au visage de notre République en danger. Garant du Code Civil, le visage de la République s'avance sur les Champs-Élysées.

Le million de manifestants du 13 janvier reviendra le 24 mars accompagné d'un autre million.

Le Président de tous les français restera-t-il sourd et aveugle devant ce nouveau cri de la République ?

 

TousAuxChamps24MarsPage2.jpg

Tract officiel de "La Manif pour Tous" du 24 mars prochain, Vers°

 

18.02.2013

N’acceptons pas un État qui aurait pour seul but de combler les désirs de chaque catégorie de la population au détriment des plus faibles et de l’ensemble de la société

 Jean-Marc Veyron
Maire de Chasselas
Discours du 2 février 2013
à Chalons-sur-Saône

 

« Bonjour,

Je suis homosexuel, et aussi maire de ma commune en Saône-et-Loire. Et je suis ici pour vous dire mon opposition à ce projet de loi du "Mariage pour tous" et je voulais vous faire partager quelques réflexions :

- Je ne me reconnais pas dans les revendications du lobby interLGBT, qui par ailleurs n’a jamais été élu et n’est pas représentatif de l’ensemble des homosexuels, qui ne forment pas une communauté : y- a- t-il d'ailleurs une communauté hétérosexuelle ?

- Ces associations ont toute leur légitimité – elles ont beaucoup fait pour nous rendre la vie plus douce, ont beaucoup fait aussi pour les malades du sida et il reste évidemment un travail énorme à faire, par exemple quand on sait que l’homosexualité reste un crime ou un délit dans plus de 80 pays ; MAIS cela ne leur donne pas pour autant une représentativité.

- Des voix comme la mienne se lèvent – notamment avec le collectif homovox.com pour faire entendre un autre discours, plus ajusté, plus respectueux fondamentalement des personnes homosexuelles, des institutions qui structurent notre société et bien évidemment des enfants !

- On nous parle d’égalité : je ne suis pas égal, je suis différent, ni mieux, ni pire, et à ce titre je réclame un traitement différent ; il est d’ailleurs curieux que ceux qui vilipendent depuis des années le mariage soient maintenant les mêmes à vouloir nous l’offrir : voudraient-ils nous faire un cadeau empoisonné ?

- Chacun a ses limites. Ainsi mon manque d’enfant, mon désir d’enfant ne me donne pas le droit de priver un enfant de l’affection d’une mère : c'est simple, mais cela suffit à justifier le retrait de ce projet de loi qui finalement n'est que la conséquence logique d’une société individualiste, où chacun veut que l’Etat (ou la science) comble ses désirs, fut-ce au détriment de l’autre ou de la collectivité !

- On nous rétorque que les enfants dans ces familles ont des destins équivalents aux autres : aucune étude sérieuse n’est venu l’étayer ; on a interrogé des enfants dans ce type de famille en concluant que tout allait bien... Vont-ils devant un micro reprocher à celui ou celle qui les éduque, qui les aime et qu’ils aiment, de les avoir coupé de leur père ou mère biologique, alors même qu’ils n’ont pas le recul suffisant sur leur enfance et adolescence ? Moi je n’ai compris mon enfance, comme beaucoup, qu’après l’âge de 30 ans... l’État doit proposer et favoriser avant tout aux futurs adultes ce qu’il y a de meilleur : l’altérité d'un couple homme femme.

- Le discours ambiant sous-tend même parfois que les couples homosexuels seraient plus harmonieux : je vous rassure : ils ont les mêmes problèmes que vous, à cette nuance près, rarement évoquée car très sensible, et que je constate autour de moi : la non-altérité de leur relation me semble souvent être un terreau moins favorable à une complétude de la relation, et donc souvent à sa durabilité (voir chiffres de pacsage Insee/Ined, homo vs hétéro) ; cette souffrance est souvent niée en bloc car insupportable ; est-ce une raison pour modifier le sens du mariage ? je ne le crois pas. La semaine dernière, Mme Caroline Mecary, avocate influente, a demandé la suppression de la notion de fidélité dans le mariage… Je vous laisse seul juge…

Ne modifions pas le sens du mariage, mais préférons offrir à ces couples et à ces enfants dans des situations qui existent un cadre législatif protecteur : il y a déjà de nombreux outils ; améliorons-les et faisons les connaître !

Pour finir, je veux souligner que malgré mon opposition, il faut savoir être très nuancé dans ses propos car ce débat touche à l’intime de chacun, à sa vie affective avec sa fécondité, ses blessures, ses hauts et ses bas, et chacun sait combien cela n’est pas toujours facile !

Ne jugeons personne, respectons chacun, mais n’acceptons pas un État qui aurait pour seul but de combler les désirs – fussent-ils légitimes et sincères - de chaque catégorie de la population au détriment des plus faibles et de l’ensemble de la société ! »

Jean-Marc Veyron - Maire de Chasselas (Saône-et-Loire)

 

15.02.2013

I – La logique du projet - Quelques réflexions sur le projet de loi « mariage pour tous »

On pourrait croire que le projet de loi « mariage pour tous » n'a pas de conséquence pour la majorité. On entend dire : « Je ne suis ni pour ni contre, pour moi ça ne change rien. Alors, s'ils le veulent... » Outre que ce raisonnement d'indifférence est par lui-même dangereux, le « ils » ici pose un problème, car de nombreux homosexuels ne réclament nullement ce droit, voire s'y opposent farouchement. Seule une minorité le revendique vraiment, et la question divise autant que dans le reste de la société. Il y a donc d'autres raisons à ce projet que de répondre à une revendication de ces personnes, nous verrons plus précisément lesquelles. Par ailleurs, on peut comprendre que des individus éprouvent le désir d'accéder au symbole du mariage avec une personne du même sexe, mais cela reste impossible par le seul fait qu'il est défini autrement. À moins qu'on décide que le désir crée le droit, il faut examiner les conséquences d'un tel projet, la première étant précisément de changer la nature du mariage.

 

Une étrange logique libérale semble dire : « Le mariage existe, donc j'y ai droit, quitte à en changer les règles. Les enfants existent, je veux donc en avoir, même si je ne peux pas en faire. Les femmes existent, je veux donc avoir le droit d'en louer une pour me fabriquer cet enfant. » Cette logique du droit de tous à tout est en elle-même pernicieuse, car elle n'a pas de fin. Elle conduit aux abus. Elle défait les protections des plus faibles. Elle fragmente la société. Au nom de quoi refuser la polygamie à ceux qui la réclament, si c'est leur désir ou leur tradition ? Au nom de quoi refuser des unions incestueuses, puisqu'elles existent ? Et si la science le permet, au nom de quoi refuser à certains hommes de se greffer un utérus pour porter un enfant ? Accepter ce projet, c'est d'abord consentir à cette logique de l'extension illimitée des droits qu'on qualifie d'ailleurs, dans un vocabulaire plutôt de gauche, d'ultra-libérale.

 

Ce projet a d'abord pour effet d'institutionnaliser l'idée que l'homosexualité est une catégorie ou un statut qui donne accès à des droits. Cela peut conduire à d'autres revendications ; par exemple, réclamer des quotas dans la représentation nationale, certains l'ont proposé. Cela n'a aucun sens, mais quand une logique se met en place, elle a toujours tendance à se poursuivre. En s'en tenant à la définition la plus incontestable, l'homosexualité reste une tendance ou une pratique sexuelle, non pas une appartenance ou une catégorie. Une pratique sexuelle définit-elle les individus ? À part celui de vivre libre et en sécurité, y a-t-il une raison d'accorder quelque droit que ce soit à des individus ou à des groupes au nom de leur pratique sexuelle ? Cela signifierait que les homosexuels doivent être considérés en tant qu'homosexuels comme les autres en tant qu'homme et femme. Ce raisonnement fort dangereux pourrait se retourner contre eux, alors que la plupart n'ont rien demandé. Il y a mille façons d'être homosexuel. Il n'y a pas d'être-homosexuel bien défini, et heureusement. Il en existe au moins deux grandes catégories que personne n'oserait confondre, à savoir l'homosexualité des hommes, et celle des femmes. La différence sexuelle, on ne la déloge pas si facilement...

 

Lucien Fornello pour La Vaillante

 

 

 

II – Qu'est-ce que le mariage ? : Quelques réflexions sur le projet de loi « mariage pour tous »

Le mariage, union d'un homme et d'une femme, a deux fondements, l'un naturel, l'autre social et symbolique. La part biologique plonge dans une profondeur et un mystère qu'il ne nous est pas donné d'élucider : c'est la différence sexuelle, c'est la sexualité elle-même. Qu'il existe dans le règne animal des formes marginales d'homosexualité n'élimine en rien la règle fondamentale de cette séparation et réunion procréative entre les sexes : elle est l'un des moyens de la vie de se renouveler, le moyen qu'a choisi précisément cette branche dont nous faisons partie, les mammifères, et longtemps avant nous les animaux les plus primitifs. Cette distinction est le signe d'une différence plus universelle qui est la condition même pour qu'il y ait monde. Dans les récits de création comme la Genèse, les Métamorphoses ou de traditions plus éloignées, le monde apparaît par la séparation des éléments. Sans différence, il n'y a pas de monde. Or, le mariage est une expression humaine, sociale et symbolique de cette différence essentielle.

 

La part biologique reste irréductible et fondatrice du mariage, c'en est comme l'enracinement et la chair. C'est cependant la culture qui le constitue et le structure. De par le monde, il a existé et il existe plusieurs formes de mariage, mais celui instituant l'union entre personnes de même sexe, très récent, n'a pas de fondement culturel, pas plus qu'il n'en a de naturel. On parle de rites initiatiques masculins incluant une sexualité entre maître et disciple, mais cela n'a rien à voir. On dit que certains empereurs l'ont fait, que quelques rares tribus le pratiquaient pour leurs guerriers, mais jamais cela ne fut un fondement durable pour une grande civilisation, ni une nouvelle « parentalité ». Socialement, le mariage est d'abord un moyen d'éviter ou d'abolir des rivalités. Il institue ensuite la double filiation père-mère. Il est enfin le moyen de stabiliser une union devenue parentale, afin de donner à l'enfant une protection durable. L'héritage chrétien donne à cette union son caractère indissoluble, ce qui induit un principe de réalité parfois difficile à tenir, mais fondateur de la structure familiale que nous connaissons, le modèle père-mère-enfants.

 

L'infidélité a toujours existé et aujourd'hui ce modèle se fissure ; est-ce un argument en faveur des unions homosexuelles ? Le modèle père-mère-enfants a ses propres complexes, ses difficultés ; est-ce un argument pour en créer un nouveau, qui d'ailleurs l'imite plus ou moins, mais en oblitérant la différence sexuelle et la procréation naturelle ? On nous parle de « l'évolution des mœurs », de « progrès social », mais ce nouveau « mariage » a pourtant des caractères fort archaïques. L'éclatement de la famille, les parents seuls, est-ce l'unique façon de concevoir la modernité ? La liberté, l'égalité, la modération de l'autorité, l'abandon de certaines croyances, le progrès technique et scientifique, une certaine clarification de l'esprit et la pacification des mœurs, voilà ce qu'on appelle idéalement modernité ou, peut-être, civilisation. Attention à ce modernisme qui ne favorise que les tendances de liberté et d'égalité au point de les diviniser et d'abolir toute distinction comme toute contrainte. Peut-être reste-t-il du sacré dans le fait de procréer et de porter la vie. Peut-être y a-t-il dans la différence sexuelle quelque chose aussi de sacré, c'est-à-dire au sens propre qu'on ne doit pas toucher. L'homme a-t-il changé de nature ? Le modèle père-mère-enfants est-il dépassé ? Notre société, ne se fondant plus que sur une unique valeur, la liberté individuelle, est en passe d'en faire un culte nihiliste. Cette religion paradoxale engendre un monde qui, loin de créer des personnes libres, les fragilise considérablement.

 

La part biologique, la part symbolique, la part sociale anéanties au profit de l'individu tout-puissant, il ne reste du mariage, dans l'union entre personnes du même sexe, que le chiffre 2. Encore celui-ci semble incertain, on ne voit pas pourquoi il résisterait à la force de dissolution d'une idéologie qui se présente comme le sens inéluctable de l'Histoire. Le mariage, institution la moins discriminatoire qui soit, ne floue aucunement les homosexuels, à moins qu'on considère que la Nature – ou Dieu – les a discriminés en ne leur accordant pas de procréer. Ils en sont écartés parce que leur union ne répond pas à sa définition enracinée dans la biologie autant que dans le symbolique. C'est bien là l'un des enjeux : les défenseurs du mariage homosexuel veulent déconnecter la procréation de son acte naturel mais aussi détruire les bases d'une humanité fondée sur l'altérité sexuelle. Ils passent par la question homosexuelle pour faire voter des lois touchant à la bioéthique et à la filiation.

 

On nous fait croire qu'il y a inégalité. En vérité, tout le monde a le droit de se marier. On oublie toujours de dire qu'il existe des degrés dans l'homosexualité, que quelqu'un a pu éprouver de telles tendances et les avoir dépassées, enfin que l'homosexuel est souvent un bisexuel, attiré par l'un et l'autre sexes. Un homme peut donc avoir connu l'homosexualité et se marier avec une femme, sans que cela constitue autre chose qu'une évolution personnelle. On nous fait croire qu'il y a des situations difficiles qui seraient arrangées par le mariage homosexuel. En vérité, les délégations d'autorité dans les familles dites « homoparentales » posent peu de problèmes, puisqu'elles sont selon la loi « implicites » pour les actes quotidiens. L'héritage, lui, ne nécessite qu'une déclaration écrite. Les mêmes qui disent que 50% des enfants naissent hors-mariage pour montrer que « les mœurs ont évolué » font mine de s'effrayer que les familles « homoparentales » se trouvent hors-mariage. Si un père de famille seul élève ses enfants en habitant avec sa mère, sa sœur ou son compagnon, cela change peu de choses au regard de la loi, et on ne voit pas comment de telles situations engendreraient soudain un droit au mariage. Il peut exister des contrats entre deux personnes concernant la cohabitation, la protection ou l'héritage, sans qu'il y ait à préciser la nature de leur relation.

 

Historiquement, le mariage protège le plus faible, le couple mère-enfant, en instituant la présomption de paternité. Il oblige les personnes à certaines contraintes en vue de consolider le couple et la famille, ce qui a une influence stabilisatrice sur la société. Il ne s'agit donc pas de la reconnaissance publique d'un amour ou d'une union. Comme dit l'adage, s'embrasser n'est pas se marier... Proposer le mariage aux unions homosexuelles ne repose donc pas sur une telle reconnaissance, ni sur leur capacité procréative qui est inexistante, mais sur les droits qu'il implique, à commencer par l'adoption. C'est donc d'abord sur ce point qu'il faudra examiner un tel projet.

 

Lucien Fornello pour La Vaillante

III – La question de l'égalité - Quelques réflexions sur le projet de loi « mariage pour tous »

Il y a discrimination quand à partir d'une situation objectivement identique on détermine un choix sur une différence qui n'est pas de l'ordre de la compétence ou du droit, mais de l'être. On ne fait aucune discrimination aux homosexuels au sujet du mariage : nul ne refuse à une personne, si elle le désire, de se marier avec une personne du sexe opposé. En revanche, on ne marie pas deux personnes du même sexe. Pourquoi ? Les personnes sont parfaitement égales devant la loi, mais pas les types de relation. Le mariage, par définition, inclut l'altérité sexuelle. Changer cette définition ne peut reposer sur la question de l'équité, puisque un couple homme-femme et une union homosexuelle ne sont pas à traiter sur le même plan, à moins qu'on considère ces deux situations comme identiques en niant la différence sexuelle et la procréation sexuée, ce qui relèverait d'un étrange puritanisme. Le mariage homosexuel n'ouvre donc pas le mariage à des personnes qui en étaient injustement exclues, il change la nature du mariage, ce qui est fort différent. Ce raisonnement est imparable sur le plan logique, mais entrons plus avant dans les réalités qu'un tel changement engage.

 

La capacité d'élever les enfants est donnée largement à tout adulte. Une personne homosexuelle en elle-même doit posséder cette capacité technique, intellectuelle et affective. Pourtant, nous pressentons bien que, dans la réalité, élever un enfant ne repose pas uniquement sur une question de compétence. Il y a une part ontologique irréductible dans la notion de parentalité. Ce n'est pas seulement un savoir-faire mais ce qu'on est qui fait de nous des parents. Et encore, ce n'est même pas ce qu'on est en tant qu'individu, mais ce qu'on est en tant que père ou que mère, ce qu'on devient dans l'exercice d'une relation, à savoir pour un homme avec une femme, et pour une femme avec un homme. L'altérité sexuelle qui institue biologiquement la famille est aussi celle qui la constitue sur le plan symbolique. Le célibat ou l'union homosexuelle qui excluent une moitié de l'humanité biologique et symbolique ne sont pas généralement considérés comme un cadre favorable à l'enfant, non pas que des compétences manqueraient à ces adultes, ou qu'on les rejetterait pour ce qu'ils sont, mais plus fondamentalement parce que la différence sexuelle y est absente.

 

Cette différence, on le sait, produit aussi des difficultés qui paraissent parfois insurmontables. L'homme a besoin de ses « copains », la femme de ses « copines », pour retrouver une logique qui les rassure. Mais s'ils reviennent l'un à l'autre, si le couple dénoue ses crises, c'est pour ouvrir au sein des personnes une dimension essentielle, faite d'humilité, de responsabilité, de compréhension de l'autre. Dans une union homosexuelle, ce mouvement d'ouverture, même s'il existe, sera voilé par la ressemblance masculine ou féminine. Si l'homme et la femme sont amenés à élever des enfants, c'est que leur relation elle-même est une école de la réalité humaine la plus complète.

 

En cas d'adoption, le couple homme-femme reste donc le modèle, dans le but explicite de donner à l'enfant un équivalent de la situation biologique et symbolique incluant cette altérité, pour lui permettre de grandir sur la base de l'identification à une humanité complète. Le fait qu'on accorde le droit d'adoption aux célibataires n'est qu'une exception peu exercée, sur laquelle on pourrait d'ailleurs revenir, puisque ce dispositif visait à donner aux orphelins un parent à une époque où il en manquait, alors qu'aujourd'hui il ne manque pas de couples candidats à l'adoption. Le fait qu'il y ait des familles monoparentales n'est pas non plus un argument, puisque ces situations ne sont pas créées volontairement, en tout cas la loi ne les reconnaît pas comme telles, et peu d'entre nous contesteront qu'elles sont attachées à des difficultés tant matérielles que psychologiques. Le fait que toute famille ait ses problèmes n'est pas non plus un argument. La complexité du réel ne peut empêcher de voir qu'ici se posent des questions de structure pour l'avenir de la société.

 

La situation, qui reste exceptionnelle, des familles dites « homoparentales », doit-elle donner lieu à un mariage et être instituée comme un modèle équivalent à la structure père-mère-enfants ? Doit-on ouvrir l'adoption et la procréation à ces unions ? N'est-il pas, aujourd'hui comme hier, toujours préférable d'accueillir un nouveau-né dans une famille stable, fondée sur la différence et la complémentarité homme-femme ? On nous présente le projet de loi « mariage pour tous » comme un progrès dans l'égalité entre les êtres, mais, en décidant que certains enfants, au nom du désir des adultes, n'auront pas de père ou de mère, il crée au contraire une formidable inégalité entre les êtres. Un enfant n'a-t-il pas le droit naturel de bénéficier d'une filiation symbolique fondée sur l'altérité père-mère ? N'a-t-il pas le droit de connaître sa filiation ? Loin de réparer une injustice, ce projet en produit d'insoutenables, comme nous allons le voir plus en détail.

 

Lucien Fornello pour La Vaillante

IV – Les conséquences sur la filiation et la procréation - Quelques réflexions sur le projet de loi « mariage pour tous »

Rappelons le principe fondamental de l'adoption : il s'agit de donner une famille à un enfant, non pas un enfant à une famille. Il y a plusieurs types d'adoption : l'adoption simple ne rompt pas le lien avec le parent d'origine, tandis que par l'adoption plénière on devient intégralement et exclusivement parent. Dans les familles dites homoparentales qui existent, les enfants viennent pour la plupart d'un premier lit, d'une union homme-femme. On accorderait alors au nouvel époux une adoption simple. Or, il existe déjà des moyens de déléguer l'autorité légale sur un enfant et ces dispositifs peuvent être facilités ou étendus. Le mariage ne constituerait donc pas pour ces familles une avancée si importante. Il est faux de dire que ces personnes souffrent d'un vide juridique abyssal dans lequel leur existence même n'est pas reconnue, et que leur vie en est rendue affreusement compliquée. De nombreuses personnes jouent le rôle de parent de substitution dans une famille recomposée sans s'être marié avec leur conjoint. Ce n'est donc pas là que ce projet présente un changement majeur. Le mariage homosexuel, plutôt que de donner des droits à des familles, apporte en vérité essentiellement ceci : donner des enfants à des personnes qui n'en ont pas.

 

Il y a environ 3000 enfants en instance d'adoption, 1000 enfants pupilles de l’État, 2000 à l'international, pour 24 000 couples éligibles à l'adoption. Attribuer à de nouvelles unions un tel droit ne permettrait donc pas, comme on l'entend souvent, de donner des parents à des enfants qui n'en ont pas, cela ajouterait simplement un peu de concurrence. L'effet serait d'ailleurs contraire, en empêchant nos familles d'accueillir de tels enfants, parce qu'un grand nombre de pays refuseraient d'envoyer leurs orphelins en France, précisément à cause de cette loi. Les gouvernements qui ont modifié la nature du mariage ont pu le vérifier. Il n'y a donc qu'une logique dans l'instauration du mariage homosexuel, ce n'est pas de régler des situations familiales, ni de confier des orphelins à des adultes, c'est la fabrication d'enfants pour ces unions, qu'on nous présente sous la locution technique et presque altruiste de « procréation assistée ».

 

Pour les unions de femmes, une insémination artificielle d'une conjointe serait suivie par l'adoption plénière de l'autre conjointe, et l'enfant se retrouverait avec deux mères de plein droit. Cependant, il y a forcément ce qu'on appelle un donneur, qui devra rester anonyme et sera évacué de la filiation. On fabrique donc un être qu'on va priver volontairement, et non pas à cause des aléas de la vie, de sa filiation naturelle avec un père qui pourtant existe. On le prive doublement : sur le plan de la filiation biologique, ce qui n'est pas si indifférent que certains le prétendent, mais plus gravement encore sur le plan de la filiation symbolique, en supprimant tout bonnement la place du père. Un père, ça n'est donc rien ?

 

Pour les hommes, il y a aussi nécessité d'un tiers, qu'on appellera cette fois mère porteuse. C'est-à-dire qu'en échange d'une compensation financière, une femme recevra un embryon conçu en laboratoire à partir d'un des deux hommes et d'une donneuse. On oublie souvent qu'il y a encore une autre mère : en effet, la donneuse de l'ovule étant souvent distincte de la mère porteuse, cela fait quatre personnes impliquées dans la filiation biologique ou symbolique de cet enfant. Deux mères fantomatiques, et deux pères symboliques dont l'un seul est biologique ! Voilà un enfant dont l'origine est scindée entre deux mères qu'il ne peut, dans la vie concrète, qu'imaginer. A-t-on mesurer le trouble que cela produit ? Quand la donneuse aura donné son ovule, la mère porteuse prêtera son ventre – et neuf mois de sa vie – pour accomplir la grossesse et l'accouchement d'un être qui deviendra pour elle un étranger. Outre le problème éthique évident que pose une telle transaction, là encore ce tiers est évincé de la filiation, en l'occurrence une mère qui pourtant existe et qui, elle, a eu le temps d'une première relation utérine avec l'enfant. Devant rester anonyme, ces deux mères seront également supprimées de la filiation, sur le double plan biologique et symbolique. L'enfant aura deux pères. La place de la mère : vide. Une mère, ça n'est donc rien ?

 

La pratique de la mère porteuse n'est rien d'autre que la location du ventre maternel en vue de fabriquer un être humain. C'est donc la chosification de deux personnes, l'enfant et la mère, ainsi qu'un double drame humain. En effet, la mère vivrait les difficultés, les douleurs, les conséquences de la grossesse et de l'enfantement en même temps que le deuil de voir aussitôt sa progéniture partir sans trace. On oublie d'ailleurs toujours, dans notre tendance à l'individualisme, de se représenter cette personne avec son entourage : si elle est déjà mère, ses enfants comprendront-ils ce qu'elle fait ; son compagnon, ses proches, ne seront-ils pas eux aussi affectés par ce « travail » ? Quant à l'enfant ainsi conçu, il ne connaîtrait pas son origine et ne pourrait qu'imaginer cette mère qui, peut-être par pauvreté, peut-être pour d'autres raisons, a accompli ce « service » sans être, d'ailleurs, sa mère biologique. Quelle confusion ! Que ce soit pour des couples homme-femme ou pour des unions homosexuelles, cette pratique devrait révolter tout cœur humain.

 

Et l'enfant conçu artificiellement, quand lui découvrira-t-on son origine ? Comprendra-t-il la logique de sa venue au monde ? Sera-t-il hanté par ce « donneur » ou cette « porteuse » qu'il lui sera selon la loi interdit de connaître ? Ces enfants seront donc uniquement conçus par la volonté et le désir d'adultes prêts à le priver d'un père, d'une mère, et de la nature même, puisqu'ils ne seront pas le fruit d'un accouplement, mais d'une manipulation de laboratoire ? Ces questions dépassent largement l'homosexualité. Elles touchent à la bioéthique dans sa partie la plus sensible : la conception de l'être humain. Voulons-nous vraiment déconnecter complètement notre venue au monde de la voie naturelle ? Voulons-nous condamner des enfants à être, dès leur conception, privés d'un père ou d'une mère ? N'y a-t-il pas ici l'utilisation de la question homosexuelle pour faire passer quelque chose qui en est fort éloigné, c'est-à-dire l'extension des exploitations de l'ingénierie biologique ? Et les personnes homosexuelles qui y sont légitimement opposées, pourront-elles supporter ce poids, que de telles lois furent faites en leur nom ?

 

La filiation dans la loi française reconnaît deux branches qui, sans être toujours accolées à une réalité biologique, en reproduisent toutefois le schéma homme-femme. Jusqu'à présent, il y a deux branches distinctes, maternelle et paternelle, et si l'une manque, elle est simplement « vide ». On ne peut avoir deux branches « maternelles » ni deux « paternelles ». Avec la loi proposée, cette obligation disparaîtrait forcément, la filiation deviendrait indifférenciée. Deux branches toutefois, comme pour garder un dernier contact avec la réalité biologique, mais pourquoi ne pas étendre à trois, voire à quatre branches ? Le modèle juridique de filiation explose donc au profit de nouveaux critères flottants dans lesquels on ne voit plus de limite, puisque la nature en est proscrite, même en tant que référence.

 

L'argument souvent exprimé pour soutenir une telle évolution est la mise en avant de la volonté. On deviendrait parent du fait de la volonté, ce qui a tendance à justifier toute forme de procréation assistée. On appelle « parent d'intention » celui qui ainsi exprime et réalise sa volonté d'être parent. Le donneur anonyme ou la mère porteuse ne sont donc pas parents mais techniquement géniteurs. L'enfant ainsi fabriqué, destiné à des personnes de même sexe, sera privé de sa filiation naturelle de façon volontaire. Qui peut croire que cela n'a aucune conséquence psychologique sur le sujet concerné et sur la société ? Et si on est parent par volonté, dès lors, peut-on cesser de l'être aussi par volonté ? En effet, si seule la volonté compte, un « droit à l'abandon » en est une conséquence assez logique.

 

L'éducation, l'autorité, la responsabilité – sécurité, santé, moralité – appartiennent au père et à la mère. En cas de séparation, il existe une concurrence parfois malsaine mais bien compréhensible entre les deux parents pour obtenir la garde, et parfois avec les nouveaux conjoints en ce qui concerne certaines décisions. La loi est claire : à moins d'événements graves, le père et la mère de l'enfant gardent leur autorité et leur capacité de décision. Avec cette nouvelle loi, l'élimination du schéma père-mère biologique pourrait conduire à plus de concurrence et de complexité, d'autant que les homosexuels sont plus volages. Au risque de ballotter l'enfant entre les adultes, sans oublier que planeront les « fantômes vivants » des donneurs et des porteuses.

 

Par ailleurs, avec les progrès de la médecine, il n'est pas exclu que le matériel génétique des deux hommes ou des deux femmes soient utilisés pour concevoir cet enfant en laboratoire et même, pourquoi pas, au train où vont les choses, que soit donnée la possibilité à un homme de porter l'enfant. L'humanité est à un tournant. S'il est possible, à très long terme, que nous allions vers une procréation plus assistée et extérieure, il est en revanche extrêmement dangereux de vouloir devancer ce processus en l'accélérant et en permettant l'accès à toutes les techniques dès qu'elles sont au point. Le risque d'eugénisme, de trafic, de commerce, de chosification de l'être humain est contenu d'une manière extrêmement dense dans la problématique du mariage homosexuel, même si on fait mine de séparer la question bioéthique de la question du mariage lui-même. En vérité, comme nous l'avons vu, l'un ne va pas sans l'autre. Par conséquent, pour en revenir à la procréation et à la science, ce n'est pas parce qu'une chose est possible, qu'il faut nécessairement l'intégrer dans le droit et il faut veiller, autant pour l'union homosexuelle que pour le couple homme-femme, à éviter la fabrication d'êtres humains.

 

Lucien Fornello pour La Vaillante

14.02.2013

V – La différence éclate au grand jour - Quelques réflexions sur le projet de loi « mariage pour tous »

On peut admettre que des hommes se sentent femmes ; des femmes, hommes ; ou encore ni l'un ni l'autre ; mais de là à imposer ce modèle en nous envoyant le signal que nous sommes tous des êtres flottants, comme certains veulent l'introduire dans les programmes scolaires dès le plus jeune âge, il y a là une manipulation et un abus de pouvoir manifestes. La théorie du genre est actuellement introduite avec force non seulement en France, mais dans le monde entier, puisque cette idéologie est soutenue par les instances internationales. C'est une théorie désincarnée qui va, dans sa version la plus radicale (celle qu'on a retenue) jusqu'à nier la biologie dans la constitution des personnalités. Tout serait culturel, et l'homosexualité serait depuis les origines opprimée par le modèle dominant. Cette vision qui nie la réalité la plus évidente ne tient pas un instant à l'analyse. C'est pourtant elle qui nous amène au débat d'aujourd'hui.

 

Le mot « hétérosexuel » forgé en opposition au terme « homosexuel », nous n'en avions auparavant nullement besoin pour désigner l'union homme-femme, qui n'est pas une sexualité parmi d'autres, mais qui reflète la réalité humaine en son altérité essentielle. On oppose l'un et l'autre comme s'il s'agissait de deux modèles concurrents, c'est faux. L'homosexualité ne peut être considérée sur le même plan. De plus, elle n'a pas de contour précis : homosexuel, on peut l'avoir été et ne plus l'être, l'être un peu ou beaucoup, exclusivement ou pas du tout. Ce n'est donc ni une essence, ni un comportement fixe, mais une réalité psychique, intime, qui a toujours existé, qui existera toujours et qui, probablement, gardera toujours sa part de mystère et de complexité. Peut-être certaines personnes sont-elles intrinsèquement disposées, dès leur naissance, à l'homosexualité, mais il est plus vraisemblable que cette tendance naisse de l'histoire de l'individu et de sa construction. La « théorie du genre » voudrait nous faire croire le contraire : être homme ou femme serait « une construction » tandis que l'homosexualité, elle, serait de l'ordre de l'essence. On renverse les choses ! C'est précisément de l'ordre de l'ontologie que d'être homme ou femme, tandis que l'homosexualité est plus « construite ». Cette idéologie inverse les données les plus fondamentales et les plus évidentes au nom de la toute-puissance de l'individu. Le mariage homosexuel est l'expression, la concrétisation d'une philosophie de l'indifférenciation et du constructivisme qui nie le réel en prétendant qu'il n'y a pas vraiment de sexe et qu'on choisit son « genre ». Le mariage homosexuel institutionnalise la négation de la différence homme-femme jusque dans leur fonction de père et mère. Du coup, l'union et la « parentalité » homosexuelles seraient reconnues comme un modèle équivalent à celui du mariage homme-femme. Qui peut croire à cette escroquerie ?

 

Nul ne croit, ni les personnes concernées, ni celles qui les connaissent, que les tendances homosexuelles amènent au bonheur et soient à promouvoir. On nous parle du taux de suicide chez des jeunes homosexuels en attribuant cela à « l'homophobie », ce qui permet de culpabiliser, de méduser les personnes qui voudraient s'opposer au projet. On ne peut nier que des phénomènes de rejet existent, mais ces suicides sont peut-être aussi dus à la difficulté de vivre l'homosexualité elle-même, qui constitue pour le sujet une contradiction dans son propre corps. Par ailleurs, il est notoire et confirmé par des études que les unions homosexuelles sont beaucoup plus instables que les couples homme-femme. Beaucoup d'homosexuels le disent. Veut-on vraiment ériger ce type d'union et de parentalité artificielle au rang de modèle social ? N'imaginons pas que cette loi serait sans conséquence anthropologique : elle troublerait les plus faibles sur leur propre orientation, elle agirait sur les psychismes des enfants, elle augmenterait considérablement le relativisme et créerait des phénomènes de mimétisme. Le mariage homosexuel agirait donc comme un signal fort déplaçant les repères existants, et c'est bien ce que recherchent ses promoteurs, mais dans quel but ?

 

Parlant de différence, on me dira que les homosexuels justement sont différents. C'est vrai, et il faut les accepter comme tels. Ils ont une place, qui n'est pas celle des parents. Ils sont féconds autrement. Ils l'ont toujours été, à la mesure de leurs talents particuliers. Il n'y a pas de haine contre l'homosexualité, encore moins contre les personnes homosexuelles, dans un refus argumenté de ce projet, car au contraire, je crois presque évident qu'une telle loi non seulement embrouille la notion de parent mais qu'elle détruit la singularité et pour tout dire la beauté d'une union homosexuelle, à savoir qu'elle est une « amitié particulière », non familiale, unique. Cette loi laide est pleine de ce furieux conformisme de la modernité qui nous veut « tous pareils ». Laissons-nous donc la liberté de dire une fois pour toutes, avant que ce ne soit frappé d'interdit par le nouveau puritanisme planétaire, qu'un couple homme-femme et une union homosexuelle, non, ce n'est pas la même chose ! Notre époque a des formes de négation du réel qui lui sont propres, cette idée du mariage homosexuel en est un exemple beaucoup plus puissant qu'il n'y paraît.

 

Aimer, c'est autre chose qu'être amoureux. Cela commence précisément par le désenchantement. Comme la pensée, l'amour est la prise en compte du réel, il brise notre toute-puissance pour nous mettre au monde. « Diminuer pour grandir » est le principe qu'on apprend à l'enfant pour l'aider à quitter sa toute-puissance infantile, mais l'adulte doit conserver un tel principe s'il veut avancer dans la vie. En terme spirituel, on appelle cela l'humilité... Comme le clament les partis politiques et les courants philosophiques qui le défendent, ce projet de loi brandit une liberté « affranchie de Dieu comme de la Nature », c'est-à-dire, en fait, de toute métaphysique et de toute réalité pour laisser place à la toute-puissance de la volonté. Ce prométhéisme, loin de tenir ses promesses de liberté, tend à modifier la notion même d'humanité. Si, comme l'affirme Hannah Arendt, l'un des buts et des moyens de la société totalitaire est la négation de la différence, l'idéologie du genre et ses applications dans l'éducation, la procréation et la filiation portent de très graves dangers ; pour tout dire, elle contient des ferments totalitaires.

 

On pourrait croire que le projet de loi « mariage pour tous » n'a pas de conséquence pour la majorité. En fait, il y va de notre humanité. Outre que toute la société en serait touchée dans ses fondements, les bouleversements bioéthiques que cette loi entraînerait sont incalculables. Nous changerions non seulement de modèle familial, mais de moyen même de procréation, car la disjonction entre l'acte sexuel et la procréation serait consommée. Nous ne le mesurerions pas aussitôt, car cela se passerait à long terme, mais il y a bien un projet anthropologique dissimulé dans ce « mariage ». La France a une tradition éthique qu'elle est en train d'abandonner sous la pression de groupes qui ne représentent absolument pas les personnes. Le mouvement qui se lève contre le projet « mariage pour tous » pourrait sonner l'heure du réveil.

 

 

Conclusion

 

L'homme et la femme constituent l'humanité. Même s'il y a des ressemblances, une part de construction culturelle, cette différence essentielle, qui n'est pas que physique, sensible ou psychologique, mais ontologique et mystérieuse, plonge dans nos origines et ne peut être relativisée au-delà d'une certaine limite. L'homme et la femme sont différents, complémentaires, appelés à l'union et à la fécondité. Le projet de mariage homosexuel contient des logiques et des conséquences d'une grave portée. Aucun avantage, aucun intérêt social majeurs n'y sont contenus. Tout y est au contraire contestable, de ses intentions à ses finalités, jusqu'en ses applications concrètes. À moins de croire l'homme et la femme, au-delà de leur égalité de droit, rigoureusement identiques sur tous les plans, et qu'un père et une mère sont exactement la même réalité pour un enfant, il n'y a aucune raison de soutenir un tel projet.

 

Nous avons, au contraire, quelques raisons fondamentales de nous y opposer de toutes nos forces.

 

Notes :

 

I – La logique du projet

Le projet « mariage pour tous » est d'essence libérale sur deux plans : sa façon de donner à l'individu l'extension maximum de droit, combat souvent attribué à la gauche ; mais aussi la libéralisation économique que cela entraîne, à savoir l'extension illimitée du marché jusqu'à faire des corps et des personnes un objet de commerce ou de négociation, tendance plutôt attribuée à une partie de la droite, dite justement « libérale ». On voit avec ce projet, voulu autant par la gauche gouvernementale que par l'extrême-gauche et une partie de la droite, que, loin de combattre le libéralisme, la gauche sociétale en est à la pointe en éliminant toutes les structures qui modèrent l'idéologie individualiste. « Tout est à nous » fut ainsi la devise d'un rassemblement d'extrême gauche. Parmi leurs revendications, on voit des avancées aussi intéressantes que l''avortement à 24 semaines (soit 6 mois) ; l'euthanasie ; dans un autre domaine, le droit des élèves à partir de la 5ème de choisir leur programme ; la majorité à 16 ans ; sans oublier, bien sûr, d'ouvrir les sols et tous les droits de façon illimitée ; en bref, d'éliminer toutes les frontières symboliques ou réelles. On imagine combien le « Grand Capital » tremble devant de telles revendications, qui sont justement les siennes. Marx lui-même avait prévu cette stratégie révolutionnaire du Capitalisme. Sur les liens historiques de la gauche avec le libéralisme et sur « l'extrême-gauche ultra-libérale », les livres de Jean-Claude Michéa, notamment L'impasse Adam Smith ou L'empire du moindre mal publiés en poche dans la collection Champs-Flammarion, sont renseignés et convaincants. Qui a voulu le projet de loi « mariage pour tous » ? Le groupe de pression LGBT composé d'environ 2000 personnes doit avoir un pouvoir considérable puisqu'il est le seul à avoir milité en sa faveur, en l'absence presque totale de soutien de la part des personnes prétendument concernées, à savoir les homosexuels. En vérité, il y a grande apparence, et elle ne s'en cache pas, que la loge maçonnique du Grand Orient de France, branche humaniste inspirée des « Lumières », de sensibilité de gauche, dont la philosophie peut se résumer à l'idée que l'homme doit déterminer et construire son destin sans aucune considération de la nature ou de la métaphysique, que cette loge, donc, a sinon inspiré, du moins fortement soutenu ce projet, qui est également voulu par des pouvoirs économiques et financiers, comme on le voit à travers l'unanimité des médias en sa faveur ou, plus concrètement, par la prise de position de certaines entreprises dans la publicité ou les dispositions sociales anticipant le projet (par exemple, SFR). Pour finir, on pourrait résumer le phénomène général de ces « évolutions de société » par une dualité étrange mais fort efficace : la toute-puissance de l'individu d'une part, et une force implacable et inéluctable qui serait le sens de l'Histoire d'autre part. Le refus de ce projet est donc aussi un sursaut de la conscience à la fois personnelle et collective contre l'image d'un monde indifférencié et atomisé où n'existent plus que l'individu et la masse aveugle, mais aucun « bien commun », et où il est interdit de contester des « évolutions » qui seraient en somme implacablement naturelles alors même qu'elles reposent sur une négation de toute définition naturelle. Si nous n'y prenons garde, on nous présentera un jour la possibilité d'éliminer les nouveaux-nés comme une avancée des droits et un progrès social.

II – Qu'est-ce que le mariage ?

Bien sûr, je ne fais que brosser à gros traits les contours du mariage que nous connaissons. Il existe différents types d'union et d'exercice de l'autorité des adultes envers les enfants ; des formes polygames, tribales, claniques, etc. Il faut lire les anthropologues et les historiens pour avoir une idée de ces divers modèles à travers l'espace et le temps. On dit que Néron, entre deux massacres, se mariait avec un « mignon ». On dit que des catégories de guerriers, dans une tribu insulaire, se mariaient entre eux, peut-être pour éviter des rivalités et contrôler les naissances. Je ne suis pas sûr que ces exemples favorisent la propagande pour le prétendu « mariage pour tous »...

III – La question de l'égalité

Il y a deux types d'égalité : celle du droit, à laquelle la plupart d'entre nous sont attachés, et celle de l'indifférenciation. Si tout est égal, il n'y a plus d'être et de distinction. Jusqu'à présent, notre vision repose sur une métaphysique typiquement chrétienne que la tradition républicaine a reprise pour une large part : l'égalité ontologique dans la distinction. Nous sommes à la fois égaux en dignité et uniques. On voit que ces deux principes d'égalité peuvent entrer en conflit. Dans les cas concrets, la plupart des familles qui nous sont présentées comme « homoparentales » viennent d'une séparation. Par exemple, on lit sur le site M6.fr, qu'un homme avait quitté sa femme en lui révélant son homosexualité juste après l'accouchement et s'était aussitôt installé avec son compagnon. Dans ce cas précis, il avait obtenu la garde de l'enfant les jours de semaine, tandis que sa mère le gardait les week-ends. Ces personnes, présentées comme un modèle de famille homoparentale « sans problème », n'obtiendraient pas grand-chose par le nouveau mariage, puisque des délégations parentales sont déjà prévues dans la loi et que pour un certain nombre de questions la mère, bien entendu, reste décisionnaire. Le nombre de ces familles est difficile à évaluer mais, contrairement à ce qu'on dit, le nombre total de personnes concernées, incluant enfants et adultes, ne doit pas dépasser quelques milliers. Il y a donc eu clairement une manipulation répétée dans les médias en nous faisant croire que l'existence de ces familles créait la nécessité d'une nouvelle loi. Cette législation en vérité n'a qu'une seule logique : l'accès pour les unions homosexuelles à la « procréation médicalement assistée » dont la très coûteuse technique (15 000 euros en moyenne) serait bien sûr prise en charge par la Sécurité Sociale. 

IV – Les conséquences sur la filiation et la procréation 

On me reprochera d'avoir mêlé la question du projet « mariage pour tous » avec les lois de bioéthique qui seront votées après. Mais c'est une stratégie mensongère que d'avoir dissocié les deux alors qu'elles étaient réunies au départ. La conséquence immédiate et logique du « mariage pour tous » est le projet anthropologique de libéralisation complète des questions de filiation et de procréation. Cela signifie que nous ne devons pas nous contenter de nous mobiliser contre ce projet qui rassemble facilement à cause du symbole du mariage, nous devons rester vigilants sur ces questions bioéthiques, que ce soit d'ailleurs au sujet des homosexuels, des célibataires, ou des couples homme-femme. Il est incontestable que le projet du gouvernement est de faire passer ces nouveautés. Il n'est qu'à entendre sa porte-parole, Mme Najat-Vallaud-Belkacem, qui milite pour la Gestation Pour Autrui (notez l'expression altruiste pour qualifier la pratique de la mère porteuse) et qui veut dissocier complètement filiation et procréation. Pierre Bergé, ex-compagnon de Christian Dior, milliardaire propriétaire du Monde et du magazine Têtu, emblème de la gauche libérale, a quant à lui déclaré : « Je suis pour la liberté complète sur cette question. Je ne vois pas de différence entre louer ses bras dans une usine et louer son ventre ». On dit que certains militent déjà pour une libéralisation complète des techniques de procréation à toute personne qui le désire, célibataire, femme qui refuse de porter elle-même son enfant même si elle est féconde et en couple, etc. Je rappelle que jusqu'à présent ne peut bénéficier d'une insémination artificielle qu'une femme en couple dont la stérilité est médicalement avérée. Il est à noter que, grâce aux progrès scientifiques, l'embryon qui a pour l'instant besoin d'une donneuse pourrait bientôt provenir génétiquement de deux hommes, et peut-être de deux femmes, ce qui ouvre encore une perspective inquiétante pour notre humanité. Parmi les souffrances attachées à l'homosexualité, la première est évidente, c'est l'absence de l'autre sexe ; la seconde, qui en découle, est l'absence de procréation. Or, le mariage homosexuel pourrait entraîner des familles unisexes, comme il en existe déjà, puisque beaucoup de femmes auront tendance à choisir des filles et les hommes des garçons, comme cela se voit déjà. Un reportage montrait une famille de quatre personnes formées de deux mères et de deux filles. L'une des mères, regardant la télévision avec une fille et se plaignant qu'il n'y avait que « des hétéros », se connecta sur une chaîne spécialisée où elles purent voir leurs « semblables »... Nul doute que les personnes homosexuelles ont des qualités, qu'elles seraient en elles-mêmes potentiellement de bons pères ou de bonnes mères, mais comment croire qu'elles pourraient l'être en restant dans le schéma d'une union homosexuelle, qui les prive de la relation fondamentale qui nous rend parent sur le plan biologique mais aussi symbolique ? Sous prétexte d'abolir une discrimination qui n'existe pas à l'égard des homosexuels, on en produit une très grave à l'égard de certains enfants, privés d'une moitié de l'humanité.

V – La différence éclate au grand jour

L'homosexualité, même s'il est important de rappeler qu'elle est pour l'essentiel involontaire, constitue une certaine forme de clôture par rapport à l'altérité. Ce n'est pas là un jugement, c'est un fait. La promotion de l'homosexualité au rang de modèle n'est pas secondaire dans ce débat. De peur de blesser les personnes, on refuse de penser l'homosexualité elle-même, devenue intouchable. Au nom de la lutte contre toutes les discriminations, on méduse les gens : ils sont racistes, homophobes, etc, dès qu'ils prononcent un avis contraire à la pensée unique. Or, penser, c'est toujours discriminer, c'est toujours faire une différence. On doit lutter contre les injustices, les inégalités, protéger les gens de l'intolérance et promouvoir une société pacifiée, mais attention à la guimauve qui cache des intentions féroces, attention à ne pas absolutiser le concept de « lutte contre toutes les discriminations » en arme de destruction massive de la pensée ! Si l'on cherche vraiment à comprendre pourquoi on prépare dans l'opinion et on met en œuvre un tel projet, je crois qu'il faut d'abord prendre conscience de sa dimension mondiale : il correspond exactement dans la sphère intime la plus essentielle à la volonté de déraciner, de désincarner toutes les formes d'identité et d'appartenance, nationale, religieuse, culturelle, pour les fondre dans le socle commun du mondialisme. En attaquant la différence sexuelle, on fait un pas de plus vers l'individualisme total. La mondialisation nous oblige à une certaine convergence et à l'effort de paix, mais le mondialisme, lui, est la négation de toutes les différences en vue d'établir un empire idéologique et matérialiste basé sur l'individu, l'argent et la masse. Il y a là un combat dont le « mariage homosexuel » n'est qu'une petite partie...

Bon vent ! Belles rencontres ! Et vivent nos différences !

 

Lucien Fornello pour La Vaillante

12.02.2013

Synthèse argumentative sur le projet de loi Taubira « mariage pour tous »

« Le mariage homosexuel est un progrès, il montre que la société a évolué et reconnaît l'amour de tous ». Faux. La société n'a pas à reconnaître les tendances sexuelles ni les sentiments, où cela s'arrêterait-il ? Le mariage n'a pas pour but de reconnaître un amour ou une union, qui sont de l'ordre de la sphère privée, il institue la parentalité, ce qui est fort différent.

 

« Ça ne change rien si les homosexuels veulent se marier ». Faux. Cela produit de nombreux bouleversements dans la filiation et la procréation artificielle en libéralisant ces domaines. Par ailleurs, il est également faux de dire que les homosexuels veulent se marier. Seuls quelques uns, et encore ultra-minoritaires, le désirent. Il n'est qu'à voir les statistiques du Pacs, presque exclusivement utilisés par des couples homme-femme. Il faut donc chercher les raisons d'un tel projet ailleurs, justement dans cette « bombe libérale » qu'il constitue dans le droit. Les branches paternelle et maternelle de la filiation seraient de fait éliminées et remplacées par deux branches indifférenciées. Seul subsisterait du modèle ancien le chiffre « 2 », mais on peut très bien imaginer qu'on n'en reste pas là et que la filiation soit encore plus libéralisée, vers la polygamie par exemple.

 

« Le projet de loi ''mariage pour tous'' est une question d'égalité ». Faux. Dans la République française, les personnes sont considérées comme rigoureusement égales, non pas les types de relations, les groupes ou les situations. Un couple homme-femme ne représente pas la même situation qu'une union homosexuelle. Ils doivent donc être traités de manière différente, notamment du fait que l'un constitue une union procréative qui contient l'altérité sexuelle, alors que l'autre, non.

 

« Le projet de loi donne le mariage à des personnes qui en étaient exclues ». Faux. Nul n'est exclu du mariage. Seulement, il prend en compte la procréation et la filiation sur le plan biologique, ainsi que la paternité et la maternité sur le plan symbolique. Il inclut l'altérité sexuelle par définition. Le projet n'élargit pas le mariage, il en change la nature.

 

« On peut être pour le ''mariage pour tous'' sans être pour l'adoption et la procréation assistée ». Faux. Le mariage conduit automatiquement à l'adoption. De plus, la procréation assistée a été dissociée in-extremis du projet mais est contenue dans sa logique. Comme on le voit dans les dernières avancées de Mme Taubira, la pratique de la mère porteuse sera reconnue implicitement : quelle différence morale y a-t-il entre l'accepter en France et l'accepter pour les femmes étrangères à travers l'adoption ? De toute façon, la revendication est là et viendra tôt ou tard comme une nouvelle « avancée » au nom de l'égalité.

 

« Les homosexuels peuvent très bien élever des enfants ». Certes. Nul ne dit qu'ils sont incapables d'élever des enfants, mais la constitution d'une famille ne répond pas qu'à des critères de compétence. Devenir parent, c'est d'abord entrer dans la relation d'altérité entre homme et femme. C'est ainsi qu'est établie la nature, mais c'est aussi le socle de notre construction symbolique en tant qu'humanité. Le mariage homosexuel instituerait le modèle unisexe comme équivalent et égal au modèle père-mère-enfant(s). Est-on bien sûr d'en mesurer la portée ?

 

« Refuser ce projet, c'est être homophobe ». Faux. Beaucoup d'homosexuels sont contre. On peut le refuser pour des raisons éthiques, pour éviter une souffrance à des êtres dont l'origine serait artificielle (conçus en laboratoire) et éclatée (ils auraient jusqu'à deux mères naturelles qu'ils n'auraient pas le droit de connaître, deux pères dont l'un seulement serait biologique, c'est le cas pour un enfant de mère porteuse : quatre parents, dont deux mères interdites). On peut aussi craindre la marchandisation du corps des femmes et des enfants fabriqués.

 

« Je suis pour ce projet parce que je suis de gauche ». Ah bon ? Donc nier la différence homme-femme, libéraliser la fabrication des enfants, faire des utérus un commerce, exploser la filiation et accréditer des catégories sexuelles comme des ayants-droit, ce sont des idées de gauche ? Ce projet est ultra-libéral. On a le droit de le défendre, encore faut-il savoir ce qu'on défend ainsi...

 

Lucien Fornello pour La Vaillante

 

31.01.2013

Une supercherie linguistique doublée d’un mensonge

« Le mariage pour tous »

Une supercherie linguistique doublée d’un mensonge

Dans le concert des arguments développés par les « pour » et les « anti » mariage gay, il est une voix qu’on n’a jamais entendue : celle de la langue française.

Au cours de mes 40 années d’enseignement (collège et lycée) en qualité de professeur de Lettres Classiques, j’ai toujours attaché une grande importance à la valeur des mots. Choisir le mot exact, le « polir sans cesse » comme disait Boileau, c’est à la fois s’assurer qu’il exprime parfaitement ce que l’on veut dire mais c’est aussi s’assurer que l’on sera bien compris de son auditoire. 

La polémique que suscite le projet de loi sur le mariage gay offre un bel exemple de cette dilution de la pensée dans le brouillard d’une terminologie approximative. A force de triturer les mots dans tous les sens, les mots n’ont plus de sens et l’opinion déboussolée y perd son latin. Les slogans réducteurs répercutés par les médias ne font qu’entretenir la confusion au point qu’on a parfois l’impression d’avoir perdu le sens commun.

Prenons quelques exemples :

 

Premier exemple : La notion de « couple » homosexuel est-elle adaptée ?

La réponse est non.

Si l’on se réfère à la terminologie du « Bon Usage », l’assemblage de deux éléments de même nature ne constitue pas un « couple » mais une « paire ». Ainsi, on dira une paire de ciseaux, une paire de lunettes et non un couple de ciseaux ou un couple de lunettes. Il en est de même pour les êtres vivants. Deux bœufs assemblés sous le même joug forment une paire de bœufs et non un couple de bœufs. Deux jumeaux de même sexe  constituent une paire de jumeaux et non un couple de jumeaux. On pourrait multiplier les exemples.

La langue française nous indique clairement que la notion de « couple » repose sur un principe de différenciation et d’altérité. Le couple, c’est « un homme et une femme unis par des relations affectives, physiques » (Robert 2012). La prise en compte de la fin de la définition ne doit pas faire oublier le début. La distorsion sémantique à laquelle on s’adonne chaque fois qu’on évoque  un « couple » homosexuel crée une confusion dommageable que rien ne peut justifier, pas même une évolution des mœurs. Il s’agit bien ici d’appeler un chat « un chat ».

 

2ème exemple : qu’est-ce qu’un parent ?

La reconnaissance officielle du « couple » homosexuel entraîne nécessairement – tout le monde le  sait - une modification du Code Civil. La disparition des mots « père » et « mère » au profit de la notion de « parent 1 » et « parent 2 » n’est en fait qu’une supercherie linguistique doublée d’un mensonge puisque le mot désigne étymologiquement les deux personnes (père et mère) qui conjointement sont à l’origine de toute naissance. En latin, le verbe parere veut dire « engendrer » pour le père, et « enfanter » pour la mère. Comment peut-on expliquer à un enfant que ce mot de « parent » (quel que soit son numéro) s’applique à une personne qui est totalement étrangère à sa naissance, un clandestin en quelque sorte ? La loi peut-elle cautionner ce mensonge ?

Ces deux exemples suffisent à démontrer que la terminologie avancée par les partisans de la loi n’est qu’un écran de fumée destiné à masquer une stratégie plus sournoise que les récentes manifestations viennent d’ailleurs de confirmer. Il semble en effet que les partisans du « mariage pour tous » se soient déjà engouffrés dans une brèche : l’incohérence du projet de loi : 

 

Une incohérence interne à la loi 

Un « couple » homosexuel est par définition stérile. Il est donc logique que les homosexuels aient recours à des artifices s’ils veulent avoir des enfants. C’est le sens de leur revendication première : le droit à l’adoption, baptisé outrageusement « droit à l’enfant ». Le projet de loi prévoit cette disposition mais interdit la PMA (procréation médicalement assistée pour les femmes) et la GPA (gestation pour autrui pour les hommes c’est-à-dire le recours possible à une mère porteuse). Comment justifier cette contradiction alors que la loi du « mariage pour tous » est présentée comme une extension des droits ? Les récentes manifestations des partisans du mariage ont clairement démontré que les homosexuels entendaient s’appuyer sur cette contradiction pour pousser plus loin leurs exigences. Sur cette question, on note les premiers signes d’un fléchissement de la part des promoteurs de la loi. Le recours à la PMA, exclue dans un premier temps, pourrait faire l’objet d’un amendement présenté par les députés de la majorité. Cette concession, logique en ellemême, met à nu la vraie nature du débat. Le « mariage pour tous », présenté au départ comme l’objectif essentiel, apparaît de plus en plus clairement comme un simple point de passage, une étape transitoire pour obtenir « in fine » une égalité de droit pleine et entière avec les couples hétérosexuels stériles. 

Comme le droit à l’adoption ne changera pas grand-chose à la situation des homosexuels, vu les réticences de la plupart des états à confier des enfants à des homosexuels, c’est bien sur la PMA et la GPA que se concentre toute la pression. Une fois  acquis le droit à la PMA pour les femmes homosexuelles, comment interdire aux hommes, au nom de ce même principe d’égalité, d’avoir recours à la GPA ? Si c’était le cas, il y aurait là une discrimination incompréhensible, voire une injustice, tout à fait contraire à l’esprit même du projet de loi.

 

Le piège des slogans

Il est une autre supercherie linguistique qu’il convient de dénoncer et qui tient au discours même des homosexuels. Pendant longtemps, leur combat a été placé sous le signe du « droit à la différence », droit qui leur a été reconnu par l’ensemble de la communauté nationale avec la création du PACS. Aujourd’hui, le thème du « droit à la différence » a totalement disparu du glossaire homosexuel. Bizarre ! Ce virage à 180 degrés a quelque chose de surprenant et pourtant personne ne s’en étonne. 

Il est vrai que le slogan « le mariage pour tous » est plus rassurant et plus rassembleur que « le droit à la différence » jugé sans doute trop « clivant » pour employer un terme à la mode, un concept dépassé en tout cas que l’on range sans complexe au rayon des accessoires. Au contraire, « le mariage pour tous » sonne comme un appel à la fête, à la fusion universelle de toute l’humanité, un remake d’ « Embrassons-nous, Folleville », en somme une préfiguration du « paradis pour tous ». Qui peut résister à un tel programme ?

Malheureusement, cette vision édénique du mariage est en décalage complet avec la réalité des faits. Il est d’abord étrange que le PACS ait eu si peu de succès auprès de la communauté homosexuelle alors que cet aménagement de la législation était notamment prévu pour elle. Et si le mariage présente tant d’attraits, comment expliquer que tant d’hommes et de femmes, de la base jusqu’au sommet de l’Etat, choisissent l’union libre c’est-à-dire le non-mariage ?

Il est notable également que nombre d’homosexuels vivent leur vie le plus naturellement du monde sans réclamer nécessairement le passage devant Monsieur le Maire. Certains même s’étonnent de ce déchaînement médiatique sur une question qui leur est totalement étrangère.

Alors, au bout du compte, que penser de tout ce tapage, de tout ce galimatias ?

Pas grand chose, sinon que derrière ces acrobaties sémantiques ou stylistiques, il y a la volonté de nier une évidence.

 

La négation d’une évidence

Quel que soit le mode de procréation choisi, la naissance d’un enfant est nécessairement le résultat de la rencontre de deux cellules, masculine et féminine. La différenciation sexuelle est constitutive de l’être humain, même si les choix de vie peuvent ensuite amener certains individus à la vivre différemment. De ce fait, on ne peut admettre qu’une simple évolution des mœurs  soit un argument suffisant pour modifier le statut du couple et celui de la famille, tels qu’ils nous ont été transmis depuis les origines de notre civilisation. Les Romains eux-mêmes, qui pratiquaient librement et indifféremment  les deux formes de sexualité, n’ont jamais songé à remettre en question ce mode d’organisation de la famille pour une raison très simple mais essentielle : cette structure de la cellule familiale est la seule à garantir la filiation. Grands législateurs (ne pas oublier au passage que notre Code Civil découle directement du Droit Romain), ils ont toujours tenu à préserver ce socle de l’organisation sociale. Quant à l’adoption, très courante à Rome, elle a toujours été soigneusement encadrée par tout un arsenal juridique de manière à préserver l’intégrité des liens du sang. De ce fait, l’adoption n’était juridiquement admise que dans le cadre d’une famille déjà constituée et sur le modèle du couple hétérosexuel.

 

Jamais deux sans trois

Mais il y a plus grave : la stérilité naturelle du « couple homosexuel » induit nécessairement l’intervention d’un tiers de l’autre sexe pour le rendre fécond. Dès lors, l’accès à la PMA ou à la GPA (quelle que soit la procédure adoptée, c’est-à-dire avec ou sans rapport sexuel) conduit à s’interroger sur la nature de ce prétendu « couple » qui ne peut assurer à lui seul  son désir d’enfant. Ce qui revient à dire que le contrat de mariage que signeraient deux personnes de même sexe inclut nécessairement l’intervention prévisible d’une troisième personne. Il ne s’agit donc plus d’un « couple » mais d’une « triade », une forme d’adultère biologique accepté et reconnu par la loi. Sans parler des inévitables dérives financières qu’entraînera nécessairement la recherche effrénée de donneurs et de mères porteuses. Dans certains pays, on assiste déjà à des combinaisons multiples où les homosexuels s’adjoignent - pour un temps ou pour longtemps et moyennant finances – le concours d’une ou plusieurs personnes pour mener à bien leur projet. Nous sommes là devant le risque majeur d’une marchandisation de l’enfant et par extension de la vie humaine. L’embryon devient un objet de convoitise assimilable à n’importe quel produit de consommation. Dans un proche avenir, on peut même  imaginer l’achat en pharmacie de paillettes de sperme ou d’ovules congelées qu’on pourrait se procurer aussi facilement que la pilule contraceptive ou le Viagra, le tout remboursé par la Sécurité Sociale, au nom de ce « droit à l’enfant » brandi comme un dogme par les partisans de la loi.

Au terme de cet argumentaire, une conclusion s’impose :

 

Le « mariage » pour quelques-uns est en fait une menace « pour tous »

A l’évidence, l’adoption de ce projet de loi fait courir à notre société un danger d’autant plus grand qu’il est paré de toutes les vertus aux yeux du plus grand nombre. Pour employer le langage des internautes, c’est un dangereux «cheval de Troie» qu’on introduit dans la législation française. « Malheureux  citoyens, quelle folie est la vôtre ! » s’écriait Laocon en voyant les Troyens disposés à introduire ce cheval maudit dans les murs de leur ville (Enéide, II, 42).

Abandonné sur la plage, ce cheval imaginé par Homère avait tous les attraits d’un cadeau des dieux.  
Les Troyens sont restés sourds à l’avertissement de Laocoon. Ils ont fait mieux. Pour faciliter l’entrée du cheval dans la ville, ils n’ont pas hésité à abattre une partie de leurs murailles. 

On connaît la suite ! … 

Il est vain d’imaginer qu’on puisse contenir toutes les dérives inhérentes au projet de loi tel qu’il est présenté aujourd’hui. C’est bien sur la notion même de « mariage pour tous »  qu’il faut se battre et résister. Si cette digue saute, le risque de submersion est hors de tout contrôle.

 

Daniel Godard 
Professeur de Lettres Classiques

 

Dans le cortège des partisans de la loi « le mariage pour tous », il y avait un slogan intéressant : « UNE PAIRE DE MERES VAUT MIEUX QU’UN PERE DE MERDE ». Si l’on accepte de faire l’impasse sur le caractère outrancier et injurieux du propos, ce slogan est une aubaine!
Pour la première fois, l’union de deux femmes est reconnue comme une « paire » et non comme « un couple ».
J’y vois la confirmation (involontaire) de mon analyse du mot « couple ».
Les arguments en faveur du mariage homo s’effondrent d’un coup devant cette évidence.

Merci à celui ou à celle qui est à l’origine de ce slogan lumineux et providentiel !

18.01.2013

Le mariage gay ou la dictature de la confusion

            La question du mariage gay appelle dix remarques :


          I) Il importe d’abord de distinguer la question de l’homosexualité de celle du mariage gay. L’homosexualité appartient à la sphère privée et renvoie à une histoire singulière. C’est ainsi, il y a des personnes dans la société dont la manière d’aimer consiste à aimer une personne du même sexe. Pourquoi en est-il ainsi ? Nous n’en savons rien et nous ne le saurons sans doute jamais, tant il y a de raisons possibles à cela. Toujours est-il qu’il s’agit là d’une réalité que la société se doit de respecter en offrant aux couples homosexuels une protection de leur vie privée au même titre que celle dont peut jouir chaque citoyen.


          II) Le mariage gay relève en revanche d’une question qui regarde tout le monde, celui-ci étant appelé à bouleverser de manière irréversible la norme en vigueur en établissant une nouvelle norme en matière de famille, de filiation et de transmission, s’il vient à être adopté.


          III) À l’origine, le mariage est une donnée naturelle. C’est ainsi, pour faire naître la vie un homme et une femme s’unissent et procréent un enfant. En établissant le mariage comme institution, la société a donné un cadre juridique à cette donnée naturelle afin de la protéger.



          IV) Il s’avère qu’aujourd’hui le mariage, la filiation et la transmission ont changé de sens. La procréation n’est plus l’unique sens du mariage, le mariage-sentiment ayant tendance à l’emporter sur le mariage-procréation. De même, l’enfant n’a plus pour unique sens d’être le fruit de l’union d’un couple, le désir d’enfant introduisant des demandes d’enfants de la part de personnes seules ou des demandes d’adoption ou de procréation assistée de la part de couples stériles.


          V) La question qui se pose dès lors et qui concerne tous les couples, qu’ils soient hétérosexuels ou homosexuels, est celle de savoir si le sentiment doit devenir l’unique sens du mariage et si le désir d’enfant d’où qu’il vienne doit devenir la raison d’être de ce dernier. Elle est également le fait de savoir si ce qui se fait doit devenir la norme de ce qui est.

          Si tel est le cas, il faut savoir que rien ne va pouvoir s’opposer formellement à ce qu’on lève désormais l’interdit de l’inceste au nom du droit de s’aimer pour tous. Le sentiment en dehors de toute donnée naturelle devenant la norme, au nom de l’amour un père pourra réclamer d’épouser sa fille voire son fils, une mère son fils voire sa fille, une sœur son frère ou sa sœur, un frère sa sœur ou son frère.

          Si tel est le cas, tout étant noyé dans l’amour érigé en droit au-dessus de toute réalité, plus personne ne sachant qui est qui, il y aura fatalement une crise d’identité et avec elle un problème psychique majeur. Les tendances psychotiques générées par l’individualisme hédoniste pour qui le réel n’existe pas et ne doit pas exister vont se renforcer. Un père étant aussi un amant et une mère une amante, il va devenir impossible de parler de père et de mère et donc de savoir qui a autorité pour élever des enfants. En ce sens, la famille va littéralement exploser.

          Enfin, l’interdit de l’inceste étant levé, c’est le sens même du devenir de l’être humain qui va être atteint, le sens de cet interdit étant de rappeler aux êtres humains qu’ils sont faits pour devenir, en épousant, non seulement un autre hors de sa famille mais aussi de son sexe et non pour demeurer dans la même famille et le même sexe.

          En ce sens, le législateur qui va devoir se prononcer sur le mariage homosexuel a de lourdes responsabilités. S’il décide de faire du mariage une affaire de droit et de sentiment en dehors de toute donnée naturelle, il introduira dans la cité la ruine possible de l’identité psychique, de la famille ainsi que du devenir symbolique de l’être humain.


          VI) Au-delà de cette question qui concerne tout le monde, les hétérosexuels comme les homosexuels, la question du mariage gay pose un certain nombre de questions qu’il importe d’examiner avec attention, la principale d’entre elle étant celle du même. Au nom de l’égalité et du refus d’établir des discriminations, est-il possible d’établir une équivalence entre tous les couples ? Trois éléments s’y opposent.


          VII) En premier lieu, pour une simple question de réalité et de donnée objective, on ne peut pas mettre sur le même plan hétérosexualité et homosexualité, un homme et une femme n’étant pas la même chose que deux hommes et deux femmes. Les couples hétérosexuels ne sont pas des couples homosexuels ni les couples homosexuels des couples hétérosexuels. Établir une équivalence entre les deux revient à nier la réalité en opérant une grave confusion entre genre et pratique.

          Avant d’être une pratique, l’hétérosexualité est un genre et pas une pratique, alors que l’homosexualité est une pratique et non un genre. La preuve : pour être homosexuel, il faut d’abord être homme ou femme. Si demain, au nom de l’égalité, tout est mis sur le même plan, la pratique particulière dictant ses lois au genre, un processus dangereux va s’engager à savoir celui de la disparition à plus ou moins long terme de la différence sexuée. On va alors assister à un effet dictatorial. Pour que les homosexuels puissent exercer leur droit à l’égalité, l’humanité va être interdite de faire une différence entre homme et femme, voir dans l’hétérosexualité un fondement et non une pratique étant considéré comme une pratique discriminatoire. Une nouvelle humanité va voir alors le jour. Nous vivions jusqu’à présent dans un monde marqué par la différence. Nous allons connaître un monde nouveau fondé sur l’indifférenciation. Quand on sait que la différence est le propre du vivant et l’indifférencié le propre de la mort, un principe de mort va désormais servir de principe pour guider l’humanité.


          VIII) La difficulté soulevée par l’équivalence décrétée entre tous les couples se retrouve au niveau des enfants. Comme il semble qu’on l’ait oublié, il importe de rappeler qu’un couple homosexuel ne peut pas avoir d’enfants. On peut le déplorer, mais c’est ainsi, deux hommes et deux femmes ne peuvent pas procréer. Ceci veut dire que, pour qu’il y ait procréation l’homme a besoin de la femme et la femme de l’homme.

          Les homosexuels réclament de pouvoir avoir un enfant. Ils se fondent pour cela sur le droit qui est accordé aux couples hétérosexuels d’adopter ou de procéder à une procréation médicalement assistée. Ils oublient ou font semblant d’oublier que ce n’est pas le droit qui les empêche d’avoir un enfant mais la Nature.

          Certes, un couple hétérosexuel peut adopter ou passer par la procréation assistée afin d’avoir un enfant. Il importe de souligner toutefois qu’un enfant adopté par un couple hétérosexuel n’a pas et n’aura jamais le même sens qu’un enfant adopté par un couple homosexuel. Lorsqu’un couple hétérosexuel adopte un enfant, il le fait pour pallier un problème de stérilité. Lorsqu’un couple homosexuel veut adopter un enfant, il le fait pour contourner une impossibilité. Le registre symbolique n’est pas le même, vouloir contourner une impossibilité à l’aide d’une loi nous situant dans le domaine de la fiction prométhéenne et non plus dans celui de la réalité humaine.

          Jusqu’à présent, la rationalité de la société repose sur la notion de limite et avec elle sur l’idée que tout n’est pas possible. Tout ne se décrète pas. Tout ne se fabrique pas. Limite positive autant que protectrice, l’idée que tout ne se décrète pas nous préservant de la dictature du Droit et l’idée que tout ne se fabrique pas nous préservant de la dictature de la Science. Avec le mariage gay et l’ouverture à la possibilité pour couples gays de recourir à l’adoption ainsi qu’à la procréation médicalement assistée, il va en être autrement.

          L’idée que rien n’est impossible va voir le jour en enterrant la notion de limite. Voyant le jour, plus rien ne va nous protéger de la dictature du Droit et de l’idée que tout peut se décréter. Plus rien ne va nous protéger de la dictature de la Science et de l’idée que tout peut se fabriquer. On obéissait la Nature qui, comme le dit Montaigne, est « un doux guide ». Nous allons désormais obéir à la Science et au Droit. La Nature évitait que l’Homme n’obéisse à l’Homme. Désormais, l’Homme va obéir à l’Homme sans que l’Homme n’obéisse à quoi que ce soit. Dostoïevski au 19e siècle comme Léo Strauss au 20e siècle voyaient dans le « Tout est possible » l’essence du nihilisme. Ils redoutaient comme Nietzsche que celui-ci n’envahisse l’Europe en ne se faisant aucune illusion cependant à ce sujet. Avec le mariage gay, l’adoption et la procréation assistée pour couples gays, le « Tout est possible » va devenir une réalité et, avec lui, le nihilisme sous la forme du triomphe sans partage de la Science, du Droit et de l’Homme.


          IX) Dans le même ordre d’idées, il importe de distinguer un enfant que l’on fait d’un enfant que l’on fait faire. Quand un couple fait un enfant, l’enfant est une personne. Le fait de faire un enfant se passant entre des personnes qui s’aiment et pour qui l’enfant n’est pas une marchandise ni l’objet d’un trafic. Quand on fait faire un enfant par un tiers, l’enfant n’est plus une personne, mais un objet voire une marchandise dans un trafic. Témoin le fait de louer le ventre d’une mère porteuse ou les services d’un géniteur.

          Lionel Jospin faisait remarquer qu’il n’y a pas un droit à l’enfant, mais un droit de l’enfant. Si le mariage gay avec procréation assistée est adopté, le droit de l’enfant va être sacrifié au profit du droit à l’enfant. Sous prétexte de donner un droit à l’enfant aux homosexuels, l’enfant considéré comme objet n’aura plus droit symboliquement au statut de personne. Alors que le monde des droits de l’homme s’efforce de lutter contre la réification de ce dernier, au nom du droit à l’enfant, on va réifier ce dernier.

          Il va y avoir en outre des questions pratiques à gérer. D’abord le coût. Pour qu’un couple d’hommes puisse avoir un enfant, il va falloir louer le ventre d’une mère porteuse. Ce qui n’est pas donné, le prix moyen se situant entre 80.000 et 100.000 euros. Comme les couples gays vont réclamer que lafacture soit réglée par la Sécurité Sociale au nom du droit à l’enfant pour tous et de l’égalité, comment celle-ci va-t-elle faire pour faire face à cet afflux de dépenses au moment où son déficit se creuse ? Qui va payer et comment ?

          Par ailleurs, l’État prenant en charge les mères porteuses, il va falloir aller chercher celles-ci ou bien créer un service spécial. L’État se refuse à devenir un État proxénète en autorisant et en organisant le trafic du sexe de la femme. Pour que la procréation médicalement assistée puisse exister, il va falloir qu’il devienne quelque peu trafiquant et qu’il organise le trafic des ventres. Ce qui ne va pas être une mince affaire. Quand un couple ne sera pas content du bébé d’une mère porteuse et qu’il décidera de le rendre, que va-t-on faire ? Obliger le couple à garder l’enfant ? En faire un orphelin ? Payer la mère porteuse pour qu’elle le garde ? Et qui payera le psychiatre qui devra soigner l’enfant ainsi ballotté et quelque peu perturbé ?


          X) Ce problème rencontré dans le fait de faire faire un enfant va se retrouver avec celui de l’éduquer. Une chose est d’avoir un père et une mère, une autre d’avoir deux pères et deux mères. Obliger un enfant à naître et à grandir dans un couple homosexuel va se confondre avec le fait d’interdire à un enfant de savoir ce qu’est le fait d’avoir un père et une mère. A-t-on le droit d’enlever ce droit à un enfant ? Si tel est le cas, cela voudra dire que pour que les homosexuels aient droit à l’égalité les enfants des couples homosexuels seront condamnés à ne pas être des enfants comme les autres.

          Certes, les orphelins n’ont pas leur père ou leur mère. Mais, il s’agit là d’un accident et non d’une décision. Avec le droit pour couples gays d’avoir un enfant, les orphelins ne seront pas le produit d’un accident de la vie mais d’une institutionnalisation délibérée. Ils seront obligés par la société de n’avoir soit pas de père, soit pas de mère.

          À cette situation qui ne manquera pas de produire à un moment ou à un autre des mouvements de révolte s’adjoindra une autre difficulté. L’enfant de couples gays n’aura pas droit à une origine réelle, mais à une origine absente. À la case père ou mère il y aura un blanc. Ce qui n’est pas simple à porter. Qu’on le veuille ou non, l’enfant ne pourra pas ne pas se sentir coupable, la propension naturelle des enfants étant de se culpabiliser quand l’équilibre familial n’est plus respecté.

          En conclusion, les partisans du mariage gay, de l’adoption et de la procréation médicalement assistée pour couples gays rêvent quand ils voient dans ce projet un progrès démocratique sans précédent. Ils croient que tout va bien se passer. Cela ne va pas bien se passer. Cela ne peut pas bien se passer pour la bonne raison que tout a un prix.

          Ne croyons pas que l’on va remettre la différence sexuée en voyant en elle une pratique parmi d’autres sans que cela ait des conséquences. N’imaginons pas que des enfants fabriqués, à qui l’on aura volé leur origine, seront sans réactions. Ne pensons pas que la disparition des notions de père et de mère au profit de termes comme parent I ou parent II permettront l’existence d’une humanité plus équilibrée et mieux dans sa peau.

          On prétend résoudre des problèmes par ce projet de loi. On ne va pas en résoudre. On va en créer. Le 20e siècle a connu la tragédie du totalitarisme et notamment du projet insensé de créer un homme nouveau à travers une race ou une classe. Ne cédons pas à la tentation de fabriquer un homme nouveau grâce à la Science et au Droit. Tout ne se décrète pas. Tout ne s’invente pas. Il existe des données naturelles de la famille. N’y touchons pas. Ne jouons pas avec le feu. Ne jouons pas à être des apprentis sorciers. Le Tao voit dans la complémentarité entre le féminin et le masculin une loi d’équilibre dynamique fondamentale de l’univers. Ne touchons pas à cette loi d’équilibre.

          Nous avons tous des amis homosexuels que nous respectons, que nous estimons et que nous aimons. Qu’ils soient d’une profonde moralité, nous n’en doutons pas. Qu’ils soient capables d’élever un enfant, nous n’en doutons pas non plus. Qu’un enfant puisse être plus heureux dans un couple homosexuel que dans certains couples hétérosexuels, nous n’en doutons pas une fois encore. Que cela soit une raison pour légaliser le mariage gay et permettre l’adoption ou la procréation médicalement assistée pour couples gays, c’est là une erreur.

          Une chose est une loi, une autre est un cas particulier. On ne fait pas une loi avec des cas particuliers, mais à partir d’une règle tenant compte de tout ce qu’il y a derrière. S’agissant du mariage gay avec adoption et procréation médicalement assistée, il y a derrière une telle règle trop de choses dangereuses et graves pour que celle-ci puisse devenir une loi allant dans le sens des intérêts fondamentaux de l’être humain.

          La Gauche a le pouvoir à l’assemblée et peut décider de passer en force grâce au nombre de ses voix et ce afin de paraître de gauche. Elle peut choisir de préférer la Gauche à l’être humain. Elle s’honorera de choisir l’être humain plutôt que la Gauche, sachant qu’en servant l’être humain elle est sûre de servir ses propres intérêts alors que l’inverse n’est pas sûr. Tant il est vrai que l’on n’a jamais intérêt à scandaliser l’honnête homme en l’obligeant à devoir se soumettre par la contrainte à ce que sa raison répugne à accepter par respect pour la raison.

          Le mariage gay qui nous propose une grande noyade collective dans l’amour n’est pas raisonnable. La mise en question de la distinction entre homme femme ravalée au rang de pratique sexuelle n’est pas raisonnable. Vouloir avoir un enfant à tout prix en recourant soit à l’adoption, soit à un père donateur, soit à une mère porteuse n’est pas raisonnable. Ne plus parler de père et de mère mais de deux pères ou de deux mères n’est pas raisonnable. En un mot, bidouiller une famille grâce à un montage juridico-médical et appeler cela famille n’est pas raisonnable. Les mots ont du sens quand ils renvoient à une réalité. Quand ils ne sont plus que ce que l’on décide qu’ils doivent être, on n’est plus dans le domaine du sens, mais de la confusion. Le règne de la confusion, sa dictature et avec elle la confusion des esprits et des comportements, n’est-ce pas ce dont nous souffrons déjà et qui risque de nous engloutir ? Est-il besoin d’en rajouter ?


Bertrand VERGELY