Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02.09.2014

Théorie du genre : autres éclaicissements

ThéorieGenre.jpg                  Les semaines écoulées ont mis en lumière, avec des débats houleux et des affrontements à la fois idéologiques et politiques, la question du genre. D’un côté, de vives critiques parfois simplistes et caricaturales et, du côté des défenseurs, se présentant avec une garantie ou un vernis scientifique, une posture consistant à disqualifier le contradicteur lui collant l’étiquette de rétrograde, conservateur irrationnel accroché à des valeurs (religieuses notamment) dépassées.

Les enjeux du débat sont à la fois scientifiques, culturels, idéologiques et politiques et c’est pour cela qu’il est indispensable d’éclaircir les notions, de délimiter les contours de la question afin que le débat soit constructif et que chacun puisse se faire une opinion fondée.

 

Théories, théorie et études de genre

StéréoTypesGenres.jpg                  Une des polémiques a porté sur le nom ou le qualificatif attaché à ce courant et à ces études : théorie ? théories ? ou études de genre ? 

Interrogation très secondaire semblable à celle qui consiste à vouloir connaître le sexe des anges ! Il s’agit bien d’un ensemble d’études portant sur le genre, le tout reposant sur un certain nombre d’hypothèses, ce qui constitue bien une théorie (soumise à la notion de réfutabilité), à moins de décréter qu’il s’agit d’une vérité définitive. Il existe de nombreuses études remontant à l’anthropologie culturaliste du début du XXème siècle mais cela ne permet pas de parler de théories (donc au pluriel).

 

Qu’est-ce que la théorie du genre ?

Théo du Genre.jpg                  La théorie du genre est un courant, une branche des sciences humaines, essentiellement sociologique et anthropologique, qui cherche à expliquer les différences et la répartition des rôles et fonctions masculins et féminins non par les éléments biologiques mais par la culture. Alors que le sexe est biologique, le genre est culturel et construit. À partir de la différence biologique, les cultures humaines ont établi une répartition et un ensemble de représentations de ce qui est de l’ordre du masculin et ce qui est de l’ordre du féminin. Alors qu’il existe des différences biologiques donc naturelles, il n’existerait nullement de fonctions naturelles spécifiques aux hommes et d’autres aux femmes. 

Précisons une première chose, il est évident qu’aucun sociologue ou penseur ne peut remettre en cause la différence sexuelle, personne ne peut nier qu’il existe des hommes et des femmes ; donc l’argument consistant à prétendre que la critique de la théorie du genre est caricaturale est mal venue de ce point de vue. La critique porte sur la construction du genre : la différence de genre, le masculin et le féminin, se fonde-t-elle exclusivement sur des éléments culturels ou peut-elle reposer sur des éléments biologiques ? Bon nombre de sociologues et anthropologues estiment qu’il n’y a aucun déterminisme biologique. Voilà un premier postulat qui peut être critiqué. 

Le deuxième postulat est que les différences produisent systématiquement des inégalités, inégalités qui soumettent les femmes à des fonctions subalternes. 

Maintenant que le décor est planté, les interrogations liées à cette théorie et ses enjeux peuvent être abordés de manière rationnelle et sereine.

 

La théorie du genre au service de l’égalité et contre les discriminations

ThoG HomFemCervex.jpg                  Les sociologues et les anthropologues spécialistes du genre ont très souvent, dans leurs études, démontré qu’il existait une discrimination et des inégalités entre hommes et femmes reposant sur une prétendue différenciation naturelle, prétexte à une véritable domination des hommes sur les femmes. Ce qui irait parfois de soi cache une réelle domination masculine : emplois réservés aux hommes, relégation dans la sphère privée pour les femmes prédisposées à prendre soin de la famille, incapacités de ces dernières à remplir certaines fonctions (dirigeantes politiques, cadres dirigeants d’entreprises...), etc. 

Si la théorie permet de déconstruire la réalité sociale de manière à permettre une plus grande égalité effective, cela ne peut être qu’une bonne chose, puisque ce principe est à la base de l’idéal démocratique. Si, en revanche, il s’agit de nier l’altérité homme-femme, et de prétendre que la définition de l’identité sexuelle peut être librement choisie, sans influence sociale et culturelle aucune, nous franchissons le pas consistant à passer de la science à l’idéologie. De même, lorsqu’on prétend servir la science en affirmant, comme si cela était une vérité, qu’il n’existe pas de différences entre les hommes et les femmes à l’exception des organes génitaux.

 

De la différence, de l’inégalité et de la domination

Pas leur Genre.jpg                  Une des hypothèses de base de nombreux chercheurs sur la théorie du genre est de considérer qu’à l’origine des inégalités il existe la (prétendue) différence entre les hommes et les femmes ; nulle complémentarité entre les sexes, toute différence ne peut conduire qu’à des discriminations. 

Ce paradigme de lecture, d’inspiration marxiste souvent, place les relations sociales sous l’angle de la domination, qu’il s’agisse de la stratification sociale ou des relations entre les hommes et les femmes. C’est à la lumière de cette hypothèse que, par exemple, Pierre Bourdieu a analysé la société kabyle et les inégalités de genre à travers la « domination masculine ». Or ce postulat de départ semble contestable et certainement empreint d’une certaine idéologie ; le primat de l’individu (depuis les philosophes des Lumières) et la passion de l’égalité (Tocqueville) conduisant à l’interchangeabilité des individus. 

L’égalité doit-elle passer par l’indifférenciation ? Les rôles et les fonctions spécifiques à chacun des deux sexes sont-ils voués à disparaître ? Cette interchangeabilité est-elle garante d’une plus grande égalité et d’une réduction des discriminations ? 

En réalité, cette vision n’a rien de scientifique au niveau tant biologique que sociologique et humaniste, il s’agit tout bonnement d’un arbitraire, d’un paradigme, d’une idéologie qui veut se hasarder à remplacer une répartition des rôles certes parfois injuste mais qui érige la différence sexuelle comme norme sociale et culturelle universelle. Cette universalité est déjà un argument en faveur de la différenciation des sexes tant au niveau biologique qu’au niveau de certaines aptitudes qui peuvent en découler. 

En conclusion, tout n’est pas biologique, loin de là ; mais tout n’est pas construit non plus. Par hypothèse, on peut dire que ce qui est partagé par l’ensemble de l’humanité dépasse le simple cadre de la culture et relève par conséquent du naturel. C’est aux défenseurs du tout culturel d’apporter la preuve contraire.

 

Théorie du genre, idéologie et politique

ThéoGenreDécryptageFJL.jpg                  La polémique autour de la théorie du genre a pris de l’ampleur à partir du moment où la question de l’identité sexuelle s’est posée. 

L’identité de genre et, par voie de conséquence, l’identité sexuelle sont-elles l’objet d’un libre arbitre et jusqu’à quel point ? Autrement dit, peut-on être de sexe masculin ou féminin et se vivre et se définir autrement que par son sexe biologique ? La théorie du genre ouvre une brèche dans laquelle certains vont s’engouffrer, afin de remettre en cause non seulement la répartition des fonctions mais aussi l’hétérosexualité comme norme sociale et modèle de référence. 

La théorie du genre est non plus simplement un cadre théorique, mais un instrument politique et idéologique permettant de défendre des thèses féministes, homosexuelles et transgenres. Il suffit pour s’en convaincre de vérifier l’engagement et les combats politiques de certains chefs de file de la théorie du genre. Il en est ainsi, par exemple, des travaux précurseurs de Margaret Mead (1901-1978), féministe hostile aux valeurs conservatrices américaines du début du siècle, dont les conclusions ont été critiquées parce que parfois caricaturales, simplistes et orientées. 

Il est donc indéniable que l’utilisation de la théorie du genre sert autant une cause (la reconnaissance sociale et juridique de toutes les identités et orientations sexuelles) qu’une politique (volonté des progressistes d’opérer une révolution des mentalités, en rééduquant les enfants dès le plus jeune âge). Remarquons que, sous prétexte de défendre une certaine vision de l’égalité, nos hommes et femmes politiques recourent à de « subtils » arguments : favoriser l’augmentation du nombre de maçonnes et de femmes éboueurs (voir les ”ABCD de l’égalité”) ! Drôle de manière de faire la promotion de l’égalité et de lutter contre les discriminations. 

Pour notre ministre de l’Éducation, cela permettra d’occuper des emplois disponibles par des femmes qui s’interdisent certains métiers. En conséquence, cela signifie modeler les hommes et les femmes pour se mettre au service de l’économie ! Pour un homme de gauche, c’est une totale hérésie. Cela dénote tout bonnement les incohérences des idéologues et les impasses auxquelles peuvent nous mener certaines lectures de la théorie du genre

Les études de genre ont une grande utilité au niveau tant scientifique que sociétal, permettant le dévoilement des soubassements de la réalité sociale et notamment les inégalités dans les relations sociales dont sont souvent victimes les femmes. Cette branche des sciences humaines soulève davantage de questionnements qu’elle n’apporte de réponses et c’est certainement cela le plus salutaire. 

Comme tout savoir, elle éveille les consciences, nous éclaire sur notre système social et sur les comportements individuels en faisant des individus des sujets plus libres. Il serait dommageable et condamnable que des idéologues exploitent ces études de manière à soutenir des thèses et un projet de société rejetés par une majorité. 


10341837_10203582114250871_5270500298182912699_n.jpgDJILALI ELABED
Enseignant en sciences économiques et sociales, Lyon

Article publié dans saphirnews.com, le 6 mars 2014

 

 

 

Les commentaires sont fermés.