Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Sanctuaire naturel en Pays Fort (Berry) - Île Saint-Pardoux

Brève histoire de l'Île Saint-Pardoux - Sury-ès-Bois (Cher)

« ... pour moi, c'est le cœur spirituel de ce lieu. »

 

IMG-20200320-01354.jpgCette page Sanctuaire naturel en Pays Fort (Berry) - Île Saint-Pardoux a d'abord été consacrée à la pandémie du #Covid-19 comme sous-page de l'Adoration Saint Martin - Ré-évangéliser les campagnes, lors de la Neuvaine #Covid-19 qui eut lieu jusqu'à l'Annonciation, le 25 mars 2020. Cette fête de l'Annonciation, où les cloches des églises de France ont toutes retenti en hommage aux milliers de soignants engagés dans le combat contre le Coronavirus, marque la fin de la première période, en plein Carême. Sur cette page ont donc d'abord été proposées les vidéos-intentions de prière (que l'on peut voir ci-après) de cette Neuvaine, suscitées par la pandémie du Coronavirus, dans ce sanctuaire naturel, à Sury-ès-Bois, dans le Cher, à partir du 20 mars 2020.

Voici comment Sandrine Treuillard est arrivée en ce lieu, au moment de l'entrée en confinement (
Extrait du premier texte Le Paradoux de saint Pardoux : Neuvaine #Covid19 / Adoration Saint Martin - Ré-évangéliser les campagnes) :

« Á Vanves, j’ai d’abord été poussée par l’Esprit, lundi matin 16 mars, à venir prier la Neuvaine à Notre-Dame de Lourdes (voir l'invitation à ouvrir toutes les églises rurales de Mgr Jérôme Beau, archevêque de Bourges, du 3è dimanche de Carême) dans l’église de mon village, Saint-Martin de Sury-ès-Bois, où j’ai été baptisée en la solennité de la Sainte Trinité, le 25 mai 1975. J’ai pris mes billets de train pour 10 jours, jusqu’au lendemain de la Neuvaine, 26 mars.

Á mon arrivée ce soir-là, Emmanuel Macron s’exprima à la télévision et déclara l’urgence du confinement.

Danièle m'ouvrit l'église Saint-Martin de Sury-ès-Bois, les 17 et 18 mars, deux premiers jours de la Neuvaine. Le premier jour, elle me dit que le Seigneur était là, au tabernacle. Joie de prier le chapelet malgré la gravité des intentions (pour les malades du Covid-19, les soignants et les personnes agonisantes et décédées). Le mercredi, après ma demi-heure de Neuvaine, en venant à 16h éteindre les bougies au tabernacle et fermer l’église, Danièle me dit qu'elle ne me l'ouvrirait plus, à cause du confinement (même seule !).

Alors, j'ai beaucoup pleuré le 3è jour, dans les champs, tout en faisant ma promenade-chapelet, et aux intentions de cette Neuvaine. Mes pas m'ont portée jusqu'au ru de saint Pardoux. Ce lieu, que j’avais vu asséché l’été dernier, ruisselait d’eau et de verdure. J’ai reçu beaucoup de joie. C’est alors que j'ai compris que c'est là que le Seigneur me voulait, et pas spécialement dans l'église. Tout le temps du confinement et de l’épidémie, cette nature-là sera mon sanctuaire. Avec, comme intercesseurs en renfort, saint Martin de Tours et saint Pardoux. »

3900090826[1].jpgPour le 5è jour de la Neuvaine #Covid19 (17-25 mars 2020), samedi 21 mars, Sandrine Treuillard filme un coin de nature à Sury-ès-Bois (18) vidéo ci-après -, où elle énonce ses intentions de prière. 

« Avant d’arriver à l'idéal d’adoration eucharistique retrouvée dans le cadre de l'Adoration Saint Martin, l’expérience de la marche fraternelle pourrait être renouvelée en faisant le pèlerinage à la fontaine de Saint-Pardoux. »

C'est ce pèlerinage, réitéré seule en ces circonstances extraordinaires du confinement, que Sandrine Treuillard a expérimenté depuis le 19 mars 2020, rejoignant, en quelque sorte la vocation d'ermite de saint Pardoux.

 

IMG-20200606-02347.jpgSaint Pardoux, né vers 658, était paysan dans le Limousin.

Homme pieux, sage, charitable envers les pauvres, il se fit ermite.

Le comte de Limoges ayant  fondé un monastère à Guéret le désigna abbé (sous la Règle de saint Benoît, il devint donc moine bénédictin).

Lors des invasions sarrasines, il aurait fait fuir ceux-ci de son oratoire alors que Charles Martel s’était lancé à leur poursuite.

Au VIIème siècle, Sury-ès-Bois était couvert de forêt. La légende locale veut que saint Pardoux y soit venu.

Une chapelle avait été bâtie à son nom ”dans les fonds”, sûrement dans ce petit bois aujourd’hui au milieu des terres cultivées. Dans le terrain de ce bois isolé au milieu des champs sourdent et ruissellent l’eau des sources.

C’est pourquoi j’appelle ce lieu « L’Île Saint-Pardoux ».

C'est là que j'ai filmé ces vidéos. D'abord à l'occasion de la Neuvaine #Covid-19, jusqu'à l'Annonciation. Voici le texte qui clôt cette période : Des vidéos-prières #Covid-19 en offrande du soir à l'Île Saint-Pardoux - Relecture de ce qui est advenu en ce lieu

Puis, le confinement ayant été prolongé au-delà du Carême durant le Temps pascal, entrant donc dans une nouvelle ère du confinement, j'ai réalisé la sous-page Contemplation en Temps pascal - Île Saint-Pardoux, avec le premier texte "Je suis la porte" à Saint-Pardoux - Mercredi de Pâques - Confinement 2020 - #Covid19.

Sandrine Treuillard
Sury-ès-Bois
Les Bleineries
mars-avril 2020

 

Le Paradoux de Saint-Pardoux - Neuvaine #Covid19

 

Île Saint-Pardoux - Intention de prière #Covid19 - Neuvaine 6è jour
Di. 23 mars 2020


 

La haie d'aubépine - 7è jour Neuvaine #Covid19 - Pour le confinement
 
 

Grâces de force pour les soignants - Île saint Pardoux - 8è jour Neuvaine #Covid19


 

Annonciation - Le Verbe s'est fait chair & frère - 9è jour Neuvaine #Covid19 - 25 mars 2020
 

Ce jour de l'Annonciation, j'étais descendue dans "les bas fonds",
à Saint Pardoux, comme les jours précédents. Assise sur un tronc d'arbre
que les piverts avaient meurtri quand il était debout, je fermai les yeux.
Après un temps, je les rouvris pour regarder l'heure. Quand je relevai les yeux, je vis clairement, de l'autre côté de la haie, dans les pâturages ensoleillés,
un chevreuil, puis un autre... Il y en avait quatre qui venaient sans doute se désaltérer.
Je pensai alors à cette image d'une mosaïque sous l'autel à la chapelle Saint Claude de la Colombière, à Paray-le-Monial :
des cerfs qui viennent boire aux eaux vives du Sacré Cœur.
Les chevreuils, le cerf, représentent notre âme.
(Psaume 41)

La ronce rouge sur le chemin de saint Pardoux - Pour les trépassés & les agonisants - Vidéo-prière #Covid19
 
 

Cloches Saint-Martin de Sury-ès-Bois - Annonciation - 9è jour Neuvaine #Covid19 - 25 mars 2020
 
 
 

Autres vidéos et article liés à cette page :
 
Coucous.JPGC’est vrai, cette Île Saint-Pardoux est devenue un sanctuaire, un lieu d’offrandes de prières, dans ce lien intime que je tisse en le filmant. Je me le rends intime en y étant, en y écoutant et regardant, en le filmant et prononçant des paroles d’invocation, de supplication et de louange à Dieu et à son Christ. Comme si en filmant ce coin de paradis terrestre, ce Paradoux, j’offrais au monde une parcelle du Ciel, de la lumière divine qui est comprise dans ma prière. Car je reçois autant que je prie. Je reçois la lumière de Dieu dans le lieu quand je le filme. Avec la caméra toute petite, minuscule, du BlackBerry, je pénètre un peu du mystère du lieu. Ce lieu se révèle à la vidéo. Ce temps du rituel de filmer le lieu : temps de prière où je donne quelque chose. Temps de la grâce : où je reçois quelque chose du lieu et de Dieu dans le lieu. Échange. Finalement, communion. Ces instants vidéos sont vraiment un échange spirituel de dons entre Dieu et moi qui Le prie, qui le cherche dans l’intimité du lieu que je considère comme sacré : un sanctuaire.  (... lire l'article...)
 
 

Écrit par La Vaillante Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.