Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Agriculture : Le Temps des Grâces

Le tps des graces 7.jpg

"Le Temps des Grâces" en VOD - Film de Dominique Marchais - en Streaming et à Télécharger 

Quel titre magnifique pour désigner la patience, le rapport au travail de l'homme avec la nature, la beauté des paysages de notre pays…

Ce documentaire de Dominique Marchais est digne de l'Écologie Humaine avant l'heure. Il est sorti en salle en 2009. La beauté du filmage & celle du montage fait de ce documentaire un film doté d'une véritable esthétique.

La Vaillante se propose sur cette page de retranscrire des passages de ces portraits, de ces témoignages, paroles vraies, analysantes… afin de questionner ce travail documentaire dans une perspective d'écologie humaine.

Le Temps des Grâces « milite pour la complexité contre l’uniformité » (Dominique Marchais).

La vocation de La Vaillante reste de mettre par écrit, de retranscrire des paroles de fond & de veille au service de la vie dans la société française.

Or, je suis seule jusqu'à maintenant à faire ce travail pour La Vaillante.

Aussi, toutes personnes susceptibles de retirer quelque plaisir, savoir, conscience… de cette tâche de retranscription, sera la bienvenue, et peut se proposer à cette fin à l'adresse st.lavaillante@gmail.compour Le Temps des Grâces (Retranscriptions).

L'audience de La Vaillante augmentant, & les sujets l'intéressant ne cessant pas de croître, votre participation à ce blog sera un vrai engagement pour le bien commun, en plus d'un enrichissement personnel.

 

Sandrine Treuillard
pour La Vaillante

 

Voir la Bande Annonce & des Extraits 

 

Le tps des graces 10.jpg

 

Dominique Marchais : « L'agriculture n'est pas une relique du passé »

« C'est une démarche de compréhension, explique Dominique Marchais. Il s'agit de ne pas s’enfermer dans une nostalgie un peu aigre. » C'est avec cette défiance à l'égard de toute doxa qu'avance le réalisateur qui, peu sûr de ce qu'il cherche, finit pourtant par trouver, affirmant qu'un documentaire est "un film dont on écrira le scénario après le tournage ».

Le tps des graces 9.jpg

Quel était votre rapport à la campagne avant de faire ce film ?

Je suis de la campagne, à l’origine. Mes grands-parents maternels étaient agriculteurs. Je n'ai jamais pensé faire de l'agriculture un métier mais je suis resté attaché à la campagne. Devenu urbain, la relation que j’ai gardé avec la campagne était principalement celle d'un randonneur, d'un pèlerin à la Robert Walser...

Je dirais même que le regard que je portais sur le paysage était davantage marqué par la littérature, par le romantisme allemand, Büchner, les romans russes du XIXè, ou encore Adalbert Stifter, que par mon expérience directe. J'étais fasciné par la dimension utopique que l'agronomie porte en elle, l'idée d'optimum... Les descriptions de domaines chez Balzac, chez Tolstoï ou chez Gogol m'enthousiasment toujours autant. J'aimerais bien que cette puissance d’utopie dont l'agriculture peut être porteuse soit restaurée...

Depuis 8-10 ans, au cours de mes balades, j'ai pris conscience de l'écart entre ce paysage littéraire, nourri de représentations et de souvenirs d’enfance, et le paysage réel, concret, de la France, ce vaste mouvement d'entropie qui a affecté le territoire. J'en ai nourri un certain chagrin. Les altérations du paysage, la privatisation des espaces ruraux, la fermeture des chemins m'étaient assez pénibles. Comment accepter qu'une chose que j'ai toujours perçue comme une richesse, un héritage, le fruit d'une élaboration si lente, puisse être aussi vite saccagée ?

Je revendique le droit à la déambulation et je me sens chez moi partout en France. Et à chaque fois qu'un chemin disparaît, je le ressens comme une entrave à une certaine liberté de circulation. On peut comprendre les raisons matérielles, économiques, pratiques de ces modifications mais, comme le dit le code de l’urbanisme, “le territoire est bien commun de la nation” et il me semble que ces grands changements structuraux de l’espace ne devraient pas se faire sans négociations préalables avec tous les usagers de la campagne.

J'ai donc voulu enquêter sur les causes réelles de ces changements, histoire de faire la part des faits et des fantasmes.

Le tps des graces 8.jpg

Est-ce une démarche politique ?

C'est une démarche de compréhension : chercher à convoquer des savoirs, le plus de savoirs possibles, pour ne pas s’enfermer dans une nostalgie un peu aigre. Car après tout, et c’est ce que j’ai compris en faisant le film, la rationalité qui a présidé à ces grandes métamorphoses est fort contestable : on s’éloigne de l’idée d’optimum, qui est toujours un rapport complexe entre du social, de l’économique, de l’agronomique, au profit d’un principe de maximisation des rendements où l’on se garde bien d’évaluer les coût des pertes occasionnées.

J'ai suivi avec stupéfaction les crises agricoles des années 80-90 : la vache folle, la fièvre aphteuse, les quotas laitiers... et je me sentais en empathie avec la souffrance de la profession. Alors aujourd’hui le divorce entre monde agricole et société est très net. Les anti-agricoles gagnent par défaut d'adversaires. Les agriculteurs s'effacent voire s'affrontent entre eux.

Ils se tirent une balle dans le pied en n'ouvrant pas le débat. Il me semble que si l’agriculture est à l’origine de bien des problèmes environnementaux et paysagers, elle est aussi, en puissance, la solution. La question que pose le film est celle-ci : quelle agriculture, pour quoi faire ?

Le tps des graces 5.jpg

Avez-vous abordé les entretiens avec des choix de mise en scène prédéfinis ?

Je me méfie de tout dogmatisme en la matière. D'après moi, quand on fait du documentaire, il y a des enjeux plus importants que ceux du cadre. Il faut savoir écouter. C'est un peu paradoxal, mais la bonne distance on la crée en s'impliquant dans la situation d’interview. Lors du tournage, je parle beaucoup, j’explique mes intentions, je pose mon problème : c'est ça mon outil de mise en scène car ça crée une situation à laquelle les interviewés réagissent, et ça confère, je suppose, une certaine cohérence à l’ensemble des rushes.

Mais c’est quelque chose d’intuitif, de relativement impensé, de très simple en fait. À chaque fois, j’avais besoin de reprendre l’ensemble de mes préoccupations, l’ensemble des questions du film, ce qui fatalement installait une certaine tension dans l’entretien et poussait mes interlocuteurs à articuler les problèmes entre eux. En ce sens et en ce sens seulement, je les dirigeais. Et au montage lorsque le film se construit, je me retire du film comme on retire l'échafaudage après avoir construit une maison.

Alors, bien sûr, pendant la préparation du film, j'avais revu un certain nombre de documentaires, ceux de Marcel Ophuls notamment, qui est pour moi le plus grand. Mais je me suis assez vite aperçu qu'il fallait que je trouve mes propres solutions. Je n’utilise pas d’archives, nous ne filmions pas de plans de coupe, et le film n’est pas vraiment monté de façon chorale – comme s’est souvent le cas chez Ophuls d’ailleurs.

Je ne pense pas que le documentariste ait une responsabilité particulière, un rapport privilégié au réel ou à la vérité. Le film est construit de manière aussi raffinée qu'une fiction : avec des figures qu'on complexifie progressivement selon des effets de rime, d'écho. Tourner un documentaire c'est tourner un film dont on écrira le scénario après le tournage mais, assurément, il est écrit, il y a une narration !

Le tps des graces 4.jpg

Comment avez-vous trouvé la forme finale du film ? Quel a été votre fil directeur au montage ?

Le film s'est construit par renoncements successifs. J'ai besoin d'avancer par cercles concentriques, de commencer par ratisser large, c'est ma façon de travailler. À la fin du tournage, j'avais le matériau dont j'avais besoin mais la difficulté consistait à trouver le bon degré de généralité.

Toutes les questions abordées pendant le tournage sont intéressantes si on rentre dans le détail mais un film de deux heures n’est pas le lieu approprié pour rentrer dans le détails des montants compensatoires, des rounds de négociations du Gatt et des techniques culturales simplifiées… d’autant que je voulais faire un film généraliste qui articule le plus d’aspects du problème possible. ...

Il y a donc eu une première phase de montage où on a essayé de rendre justice à toutes les thématiques. Mais j'avais un problème pour passer d'un savoir à un autre : à la fois des problèmes de durée, des problèmes de technicité et des problèmes de liaison des parties entre elles.

La première construction du film c'était, produire, nourrir, échanger et on essayait de classer les problèmes à l'intérieur de cette division. Mais j'étais gêné par l'aspect systématique, ce n'était pas le film que je voulais faire : je voulais un film avec des petites unités qui se reflètent et qui, chacune, exprime l’ensemble du problème. Je ne voulais pas un film système mais un film perspectiviste.

Le tps des graces 3.png

Le film semble être construit en deux parties : d'abord une série de témoignages bruts, puis une articulation des savoirs en vue d'un discours...

Effectivement, il y a une différence qui est formelle : d'abord une première partie fondée sur la juxtaposition et une seconde partie plus chorale. Chaque interview d'agriculteur a été pensée comme un petit film en soi. Le motif de la haie est apparu comme le moyen le plus élégant et efficace de dire le plus de choses possibles de façon compréhensible, ce qui n'allait pas de soi au départ. En parlant de la haie, on avait un motif qui réapparaissait de séquence en séquence mais traité dans des perspectives différentes. Ce motif fait avancer le récit... mais on aurait pu prendre un autre objet. Le tournage du film n'a pas été conçu autour de la haie.

D’un point de vue agronomique, la problématique du travail du sol, de l’abandon du labour, des techniques de semis sous couvert, est plus importante que celle de la haie et du bois raméal mais c’est trop délicat d’aborder ces questions tant les gens ne connaissent plus rien à l’agriculture. J'ai donc préféré parfois l'anecdotique à l'essentiel mais au nom d'exigences supérieures qui sont celles de la lisibilité générale du propos.

Le tps des graces 2.jpg

Militez-vous pour l’agriculture bio ?

En fait, le film milite pour la complexité contre l’uniformité. Dans la dernière partie, il est vrai que la part belle est faite à des exploitants bio, mais le film ne milite pas spécialement pour le bio. Il milite pour une agriculture de qualité. Si j'avais pu amener le film à un degré de complexité supérieur, le bio aurait laissé de la place à d’autres démarches qualitatives, les AOC, les labels, et à d’autres méthodes agronomiques, la biodynamie, le non labour etc… Il y a plusieurs façons de faire de l'agriculture intelligente. Mais il est vrai que j'ai appris beaucoup en faisant le film et, à travailler ces questions, on devient écolo de raison.

Les agriculteurs, bio ou pas bio, sont tous conscients du problème : la pollution des nappes, la fragilité des sols, l’érosion de la biodiversité. Mais le problème ne se réduit pas à la question de l’utilisation de la chimie ou non, il y a aussi la question du nombre d’agriculteurs et du devenir de l’espace rural ! La question soulevée par le film est celle de l'incitation politique : il est plus que temps de changer la nature de l’incitation et de redonner à l’agriculture une dimension environnementale certes, mais aussi sociale et territoriale.

Le tps des graces 1.png

Un sentiment nostalgique parcourt le film, un récit sur la disparition prend progressivement forme...

Je souhaitais interroger les catégories avec lesquelles on appréhende la chose agricole et réfléchir sur la nostalgie comme l'une de ces catégories. Je n'ai pas cherché à faire un film nostalgique mais l'idée était de ne pas chercher à s'abstraire de cette nostalgie-là, sur laquelle il me semblait nécessaire d'opérer un mouvement réflexif. C'est prendre au sérieux une phrase comme « C'était mieux avant ».

Comme le dit Pierre Bergounioux, on peut en venir à se demander si la déploration n'est pas de tout temps, si ce n'est pas un invariant, ou si au contraire il y a eu un réel virage au XIXème, avec l'industrialisation, qui aurait fait disparaître certains fondamentaux de nos sociétés.

Je voulais aussi faire un film sur l'agriculture parce que j'étais ulcéré par les représentations dominantes de l'agriculture dans les médias : d'un côté, la stigmatisation, la dramatisation et les crises ; et de l'autre, le journal de 13 heures, le folklore et le passéisme. N’en déplaise à Tony Blair, l’agriculture n’est pas une relique du passé.

Univerciné

 

 

 

Écrit par La Vaillante Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.