Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15.02.2013

III – La question de l'égalité - Quelques réflexions sur le projet de loi « mariage pour tous »

Il y a discrimination quand à partir d'une situation objectivement identique on détermine un choix sur une différence qui n'est pas de l'ordre de la compétence ou du droit, mais de l'être. On ne fait aucune discrimination aux homosexuels au sujet du mariage : nul ne refuse à une personne, si elle le désire, de se marier avec une personne du sexe opposé. En revanche, on ne marie pas deux personnes du même sexe. Pourquoi ? Les personnes sont parfaitement égales devant la loi, mais pas les types de relation. Le mariage, par définition, inclut l'altérité sexuelle. Changer cette définition ne peut reposer sur la question de l'équité, puisque un couple homme-femme et une union homosexuelle ne sont pas à traiter sur le même plan, à moins qu'on considère ces deux situations comme identiques en niant la différence sexuelle et la procréation sexuée, ce qui relèverait d'un étrange puritanisme. Le mariage homosexuel n'ouvre donc pas le mariage à des personnes qui en étaient injustement exclues, il change la nature du mariage, ce qui est fort différent. Ce raisonnement est imparable sur le plan logique, mais entrons plus avant dans les réalités qu'un tel changement engage.

 

La capacité d'élever les enfants est donnée largement à tout adulte. Une personne homosexuelle en elle-même doit posséder cette capacité technique, intellectuelle et affective. Pourtant, nous pressentons bien que, dans la réalité, élever un enfant ne repose pas uniquement sur une question de compétence. Il y a une part ontologique irréductible dans la notion de parentalité. Ce n'est pas seulement un savoir-faire mais ce qu'on est qui fait de nous des parents. Et encore, ce n'est même pas ce qu'on est en tant qu'individu, mais ce qu'on est en tant que père ou que mère, ce qu'on devient dans l'exercice d'une relation, à savoir pour un homme avec une femme, et pour une femme avec un homme. L'altérité sexuelle qui institue biologiquement la famille est aussi celle qui la constitue sur le plan symbolique. Le célibat ou l'union homosexuelle qui excluent une moitié de l'humanité biologique et symbolique ne sont pas généralement considérés comme un cadre favorable à l'enfant, non pas que des compétences manqueraient à ces adultes, ou qu'on les rejetterait pour ce qu'ils sont, mais plus fondamentalement parce que la différence sexuelle y est absente.

 

Cette différence, on le sait, produit aussi des difficultés qui paraissent parfois insurmontables. L'homme a besoin de ses « copains », la femme de ses « copines », pour retrouver une logique qui les rassure. Mais s'ils reviennent l'un à l'autre, si le couple dénoue ses crises, c'est pour ouvrir au sein des personnes une dimension essentielle, faite d'humilité, de responsabilité, de compréhension de l'autre. Dans une union homosexuelle, ce mouvement d'ouverture, même s'il existe, sera voilé par la ressemblance masculine ou féminine. Si l'homme et la femme sont amenés à élever des enfants, c'est que leur relation elle-même est une école de la réalité humaine la plus complète.

 

En cas d'adoption, le couple homme-femme reste donc le modèle, dans le but explicite de donner à l'enfant un équivalent de la situation biologique et symbolique incluant cette altérité, pour lui permettre de grandir sur la base de l'identification à une humanité complète. Le fait qu'on accorde le droit d'adoption aux célibataires n'est qu'une exception peu exercée, sur laquelle on pourrait d'ailleurs revenir, puisque ce dispositif visait à donner aux orphelins un parent à une époque où il en manquait, alors qu'aujourd'hui il ne manque pas de couples candidats à l'adoption. Le fait qu'il y ait des familles monoparentales n'est pas non plus un argument, puisque ces situations ne sont pas créées volontairement, en tout cas la loi ne les reconnaît pas comme telles, et peu d'entre nous contesteront qu'elles sont attachées à des difficultés tant matérielles que psychologiques. Le fait que toute famille ait ses problèmes n'est pas non plus un argument. La complexité du réel ne peut empêcher de voir qu'ici se posent des questions de structure pour l'avenir de la société.

 

La situation, qui reste exceptionnelle, des familles dites « homoparentales », doit-elle donner lieu à un mariage et être instituée comme un modèle équivalent à la structure père-mère-enfants ? Doit-on ouvrir l'adoption et la procréation à ces unions ? N'est-il pas, aujourd'hui comme hier, toujours préférable d'accueillir un nouveau-né dans une famille stable, fondée sur la différence et la complémentarité homme-femme ? On nous présente le projet de loi « mariage pour tous » comme un progrès dans l'égalité entre les êtres, mais, en décidant que certains enfants, au nom du désir des adultes, n'auront pas de père ou de mère, il crée au contraire une formidable inégalité entre les êtres. Un enfant n'a-t-il pas le droit naturel de bénéficier d'une filiation symbolique fondée sur l'altérité père-mère ? N'a-t-il pas le droit de connaître sa filiation ? Loin de réparer une injustice, ce projet en produit d'insoutenables, comme nous allons le voir plus en détail.

 

Lucien Fornello pour La Vaillante

Les commentaires sont fermés.