Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23.03.2014

Par sa nature et par sa vocation la France était prédestinée à posséder d'une manière spéciale et plus intime le Cœur royal de son Christ

[Retrouvez la page enrichie LA FRANCE & LE SACRÉ CŒUR]

 

StLongin BibleHistorialeXIIIèGuiarddesMoulins.jpgBible historiale XIIIème siècle - Guiard des Moulins

«          Par sa nature et par sa vocation la France était pré-destinée à posséder d'une manière spé-ciale et plus intime le Cœur royal de son Christ.

Ce Cœur de Jésus-Christ est le foyer et le symbole de son amour : amour ardent, généreux, magnanime jusqu’à la mort. Or, c’est l’amour surtout, qui parle à l’âme française. On ne gouverne guère le Français par la seule force ; on ne le fait pas agir ou combattre par contrainte : bientôt il brise le joug, et foule aux pieds son tyran quel qu’il soit. Au contraire, prenez-lui le cour ; passionnez-le pour un noble but, pour une idée désintéressée, montrez-lui l’exemple du sacrifice, qu’il se sente aimé : il n’est pas d’effort qu’on puisse obtenir de lui, son élan est irrésistible, son courage indomptable ; son dévouement ne connaît plus de bornes.

Aussi, dès que Jésus-Christ, dans sa beauté et son amour, se fut révélé à Clovis, et que les francs, d’enthousiasme, eurent conclu avec lui au baptistère de Reims leur pacte d’alliance, il s’établit entre la France et son divin Roi un courant de mutuelle confiance, un perpétuel échange de faveurs et de services, une étroite solidarité d’intérêts et d’aspirations, tels que l’histoire d’aucun peuple n’offre rien de comparable. Voilà ce qui devait amener, dans le cours des âges, une manifestation de plus en plus éclatante du Sacré Cœur de Jésus, manifestation qui atteint aujourd’hui son apogée [nous sommes en 1892], et dont nous espérons pour notre pays des bienfaits toujours plus magnifiques. 

Carte La France du Sacré Cœur.jpg Carte tirée de l'ouvrage La France et le Sacré Cœur
du P. Victor Alet de la Compagnie de Jésus
Paris, D. Dumoulin et Cie, Imprimeurs-Éditeurs, 1892
Cinquième édition

 

Le Père Félix[i] a bien mis en lumière ces providentielles harmonies entre le Cœur de Jésus et la nature et les destinées de la France. Ce que Notre-Seigneur attendait, avant tout, du peuple qu’il choisirait pour lui donner son divin Cœur, à la charge d’en propager le culte et d’en affermir le règne, c’était une puissance de prosélytisme capable de tous les dévouements. Or, où a trouver plus prompte, plus irrésistible, que dans notre patrie ? Le Français est d’une nature tellement expansive, qu’une fois en possession d’une idée, bonne ou mauvaise, il est tourmenté du besoin de la communiquer. La semence qu’il a reçue, semence de vie ou de mort, il faut qu’il la confie à tous les souffles qui passent, pour la disperser au-delà de ses frontières. Ne lui demandez pas de garder pour lui la vérité ou l’erreur dont il est dépositaire : non, il faut qu’avec lui on adore, ou qu’avec lui on blasphème ; et que, selon la nature des dons qu’il présente au monde, il en devienne le sauveur ou le fléau. L’apostolat du bien, le prosélytisme du mal, c’est sa passion, c’est sa vie. Et pour servir ce besoin d’expansion, le Français possède un merveilleux organe, une langue nette et précise, lumineuse et persuasive, envahissante et dominatrice, dont tous, amis et ennemis, subissent l’ascendant. 

Cathédrale StÉtienne Bourges 18.jpgVitrail Baie 6 Cathédrale Saint Étienne de Bourges (18) 

Il faut compléter ces réflexions en replaçant dans leur glorieux cadre historique les révélations de Paray-le-Monial. C’est qu’en effet, à cette influence du caractère et de la langue s’ajoutait alors la prépondérance irrésistible que la France tirait de sa situation politique. C’était l’apogée du grand règne ; la voix de Louis XIV était écoutée avec respect dans le conseil des rois ; il maintenait encore sur tous les champs de bataille la supériorité de ses armées, et ses flottent victorieuses portaient sur tous les rivages le prestige de nom français. Nos colonies étaient florissantes, nos missionnaires partout ! Au Canada et à Saint-Domingue, dans les Indes orientales et en Chine, dans les Échelles du Levant, la religion du grand roi était en honneur,  et à Stamboul même, le sultan avait des égards pour l’ambassadeur qui représentait la France. Enfin, dans toutes les factoreries de la Méditerranée, en Égypte et en Syrie, dans la Palestine et sur le mont Liban, dans toutes les îles de la Grèce, les Francs reprenaient l’influence que le temps leur avait enlevée, ils reconstituaient, au profit de leur patrie et de leur foi, les vieil héritage des croisades.

On conçoit dès lors que Notre-Seigneur ai fait à une cité française la révélation de son amour, et qu’il ait choisi pour évangéliste de son Cœur une Française, pour son premier apôtre un Français. Mais il voulut les prendre dans la vie religieuse : Marguerite-Marie, au sein d’un Ordre si éminemment français qu’on ne peut nommer ses fondateurs, François de Sales et Françoise de Chantal, sans faire résonner le nom même de la France, et Claude de la Colombière, membre de cette Compagnie de Jésus, qui, cosmopolite par son recrutement, n’en est pas moins française par sa naissance : Montmartre fut son berceau. »


Extrait de La France et le Sacré Cœur
du P. Victor Alet de la Compagnie de Jésus
Paris, D. Dumoulin et Cie, Imprimeurs-Éditeurs, 1892
Cinquième édition

 


[i] La France devant le Sacré Cœur, discours prononcé à Paray-le-Monial, le 20 juin 1873, dont nous donnons ici un résumé.

Messe pour la France au Sacré-Cœur de Montmartre tous les jeudis 18h

StLongin BibleHistorialeXIIIèGuiarddesMoulins.jpg[Retrouvez la page enrichie LA FRANCE & LE SACRÉ CŒUR]

Depuis les Veillées pour la Famille des 23 mars & 25 mai 2013, La Vaillante s'est attachée à prier pour La France à la Basilique du Sacré-Cœur de Montmartre - Sanctuaire de l'Adoration Eucharistique & de la Miséricorde Divine. Le 25 mai, le Père Bernard Peyrous (auteur de Connaître & aimer son pays, & postulateur de la cause de béatification de Marthe Robin) nous rappelait la vocation de la Basilique du Sacré-Cœur de Montmartre, le Vœu National pour laquelle elle a été construite : prier pour la France. Depuis 40 ans, on n'avait prié pour la France aussi ardemment, "grâce" aux lois à l'encontre de la famille actées en 2013.
Aussi, voici la première chose importante que je vous communique sur cette page : tous les jeudis, à 18h30, est célébrée une messe pour La France à la 
Basilique du Sacré-Cœur de Montmartre, en présence du Recteur & des Bénédictines, et précédée des Vêpres, à 18h. La litanie des Saints de France en assurant la transition.  

Carte La France du Sacré Cœur.jpg Carte tirée de l'ouvrage La France et le Sacré Cœur
du P. Victor Alet de la Compagnie de Jésus
Paris, D. Dumoulin et Cie, Imprimeurs-Éditeurs, 1892
Cinquième édition

 

17.03.2014

L’islam est une chance et une opportunité aujourd’hui en France, afin que la France puisse renouer avec ses valeurs traditionnelles qui ont fait d’elles cette grande nation

Retranscription de l’entretien avant municipales avec l’association
Des Françaises Voilées S’expriment

 

Voile BleuBlancRouge.jpg

 

Bonjour Mesdames, tout d’abord je suis ravie de vous recevoir. On connaît votre association Des Françaises Voilées S’expriment, grâce à votre première vidéo. J’aimerais vous demander dans un premier temps de vous définir personnellement.

Hynd Habach.jpgHynd : Se définir personnellement, c’est vrai que c’est un exercice qui n’est jamais aisé, mais je vais essayer de me prêter au jeu. Hynd, présidente de l’association que vous citiez : Des Françaises Voilées S’expriment, jeune diplômée d’école de commerce, champenoise d’origine, région viticole et agricole.

Pour comprendre qui je suis, mais aussi pour comprendre l’un des socles fondamentaux de l’association, c’est vrai que je me définis en tant que Française patriote.

Pour ma part, un patriotisme qui naît au cœur de mon rapport à la littérature française. Je vous avouerais que j’ai un petit faible pour la littérature du XIXème siècle avec Flaubert, Balzac pour le roman en passant par Baudelaire pour la poésie. Le XIXème est un siècle tellement riche en France en termes de changements et de mouvements sociétaux, économiques, mais aussi politiques que ça ne pouvait engendrer qu’une très grande production artistique et notamment littéraire.

Et puis en effet lorsque je passe devant le Panthéon et que je vois inscrit sur son fronton cette magnifique phrase : « Aux grands hommes, la patrie toujours reconnaissante », je me sens héritière de cette reconnaissance-là face à l’héritage fabuleux que ces grands hommes du passé nous ont laissé.

Voilà pour un premier point.

Un deuxième point qui est très important également, je me définis en tant que musulmane bien sûr, depuis le berceau et je l’espère jusqu’au tombeau.

Et enfin le dernier point qui n’est pas des moindres : enfant d’immigrés. Une immigration des années 60/70, ouvrière, pauvre, à ne pas confondre avec une immigration d’élite. Je tiens à ce distingo parce que c’est très important afin de comprendre qui l’on est et ce qui nous habite.

Donc en quelques mots, pleinement Française, profondément musulmane et foncièrement enfant d’immigrés.

 

Et vous Souâd, vous vous définissez comment ?

Souâd sourire.jpgSouâd : Pour ne pas être répétitive, la base est commune avec Hynd. Ce que je peux ajouter c’est que je suis ingénieure de formation, et que c’est aussi en tant que femmes que nous nous engageons. 

Parce que nous tenons à la dignité de la femme et que nous rejetons totalement le féminisme d’aujourd’hui parce que le slogan c’est : « plus tu te dénudes, plus tu es libre », et nous notre philosophie est complètement contraire à cela. Pour nous la femme, c’est un être doué d’intelligence, un être de raison, un être qui s’investit dans la société… 

 

Hynd Habach.jpg

Hynd : …et pour aller au bout de ce que tu es en train de dire, je pense qu’il y a duperie et escroquerie, il faut être clair, quand on est une femme, il faut choisir, soit on veut être respectée pour son travail etc, soit on veut être désirée. On est en train de nous faire croire que les deux sont possibles en une seule et même personne, je ne crois pas. 

 

Souâd sourire.jpg

Souâd : D’ailleurs à ce sujet-là, pour dénoncer cette duperie, Hynd a écrit un article sur Bd Voltaire concernant ce féminisme radical. Alors pour me définir je dirais : Française, musulmane, enfant d’immigrés, et c’est en tant que femme que nous nous engageons. 

 

 

Et sinon, votre position sur l’islam de France, c’est quoi exactement ?

Hynd Habach.jpg

Hynd : Je pense que ça c’est un point extrêmement important et central dans notre engagement également. Si vous le voulez bien, avant de répondre à votre question, on va commencer par un constat, on va être factuel. Aujourd’hui l’islam est la 2ème religion de France, c’est-à-dire qu’on est 8 à 10 millions je crois de Français musulmans et je crois même ne pas trop m’avancer en disant que l’islam en termes de pratique est certainement la première religion de France. N’en déplaisent à certains, les mosquées sont pleines. Ça c’est la première des choses.

Cela étant dit, moi je pense que l’islam en France, est un enjeu incroyable et formidable, positif ! C’est-à-dire ? En tant que religion universelle, je pense que l’islam est une chance et une opportunité aujourd’hui en France, afin que la France puisse renouer avec ses valeurs traditionnelles qui ont fait d’elles cette grande nation. À savoir, le sens de la famille, du travail, l’engagement, le dévouement, l’instruction… toutes ces valeurs sur lesquelles la grande nation, la grande France a toujours reposé.

Je vous invite à lire « L’identité de la France » de Fernand Braudel ou « Histoire passionnée de la France » de Jean Sévilla, et vous découvrirez au fil des pages que ce qui a fait cette grande France, cette grande nation, celle que certains ont même appelé la France immortelle, c’étaient les valeurs citées précédemment et non pas les valeurs que notre gouvernement essaie de nous faire passer.

Souâd : J’aimerais rebondir sur le parti socialiste.

Hynd Habach.jpg

Hynd : Donc pour conclure sur l’islam de France, je crois en effet qu’en tant que système de valeur universel, c’est une chance pour la France, et qu’il ne faut pas sous-estimer la communauté musulmane de France qui est essentiellement jeune et qui a une énergie incroyable à communiquer. Donc nous croyons que l’islam sera la solution au retour de la tradition en France.

 

Souâd, vous avez relevé un point sur le parti socialiste, qu’avez-vous à dire là-dessus ?

Souâd : Tout à fait, comme disait Hynd, aujourd’hui nous comptons 8 à 10 millions de Français de confession musulmane, et à la veille des élections municipales, qui trouve-t-on à la sortie des mosquées ?

Hynd : Les agents PS.

 

Souâd sourire.jpg

Souâd : Il est extrêmement important de comprendre une chose à l’échelle politique concernant les Français musulmans, c’est cette maturité politique, qui veut dire qu’aujourd’hui nous sommes en mesure de ne plus voter PS et comprenez-moi c’est une véritable révolution. Parce qu’avant c’était automatique, et d’ailleurs le parti socialiste comptait sur cet électorat, sans se poser de question.

Et ils savaient que cet électorat était loyal et fidèle et que donc on votait pour le PS. Aujourd’hui c’est terminé ! D’ailleurs il n’y a pas plus islamophobe qu’eux, il y a beaucoup d’exemples, je vais en prendre un significatif. Le ministre de l’intérieur, Manuel Valls, que dit-il ? Il dit que le danger de la République c’est le voile. Et de l’autre côté, il dit qu’il faut condamner fermement tout acte anti musulman. C’est le pompier pyromane. Alors pour aller au bout de la trahison, ils ont introduit des valeurs complètement contraires à celles de cet électorat. Le mariage pour tous, la théorie du genre, GPA, PMA…

 

Attendez, on parle de GPA, PMA, pour l’instant rien n’a été décidé ni voté.

Souâd sourire.jpg

Souâd : Oui mais il ne faut pas être naïf, à partir du moment où le mariage pour tous est passé, c’est automatiquement lié, c’est juste une question de temps, c’est reculer pour mieux sauter. Et ils (PS) ajoutent une carte classique, « la refondation de la politique d’intégration », encore une fois de l’assistanat, on est fatigué, comme si on était prédisposé génétiquement à l’échec.

Les véritables problèmes de la France, ils sont connus, c’est le chômage, l’écologie, l’économie, l’agriculture… nous sommes issus d’une région agricole on est vraiment touchées par cela.

 

Hynd Habach.jpg

Hynd : Tout à fait, et ce qui est d’autant plus insupportable, c’est qu’en tant que Français musulmans, enfants d’immigrés, on nous cantonne à ne nous intéresser qu’à ces sujets-là d’intégration, d’immigration, la banlieue,… non ! Ces sujets-là d’accord, mais également l’agriculture.

On est originaire d’une région agricole. Au passage la France est majoritairement rurale, la France ça n’est pas Paris. Donc qu’est-ce qu’on fait pour nos agriculteurs et nos paysans ? Qui sont en train de souffrir, qu’on est en train de pousser au suicide parce qu’ils ne peuvent plus vendre si ce n’est à perte. C’est inacceptable ! Eh bien nous, nous souffrons de cette situation-là. Qu’on sauve nos agriculteurs, qu’on sauve nos paysans.

En France, il faut savoir que l’agriculture a toujours été l’un des fleurons de son économie, c’est-à-dire qu’avec nos producteurs et nos agriculteurs, on nourrit 60 millions de Français. Jusqu’à quand ? Sauvons nos agriculteurs !

 

Souâd sourire.jpg

Souâd : Absolument, alors avec tout cela, vous serez d’accord avec moi, que ça devient ridicule que le danger de la France et de la République c’est le voile acheté à 20€ chez Zara.

Alors avec cette maturité politique, puisqu’il y a eu trahison d’un côté, eh bien il y aura sanction de l’autre. Donc on va sanctionner le parti socialiste aux prochaines élections municipales qui auront lieu fin mars.

 

On a très bien compris votre position sur ces sujets d’actualités, j’aimerais Hynd, un petit mot de la fin ?

Hynd Habach.jpg

Hynd : Si je devais avoir un mot de la fin, ce serait le suivant, j’aimerais dire à mes concitoyens : refusez, la contradiction à laquelle on est en train de vous pousser. Je m’explique. On est en train de nous faire comprendre que islamité et francité fonctionnerait en système de vases communicants : plus tu es musulman pratiquant et moins tu es Français. Non catégorique à cela. C’est ce que nous disons, c’est ce que nous affirmons, c’est ce que nous sommes.

Pleinement Français et pleinement musulmans pratiquants, sans antinomie, sans contradiction, quand bien même cela vous déplaît.

 

Pouvez-vous nous dire où l’on peut suivre vos actions ?

Souâd sourire.jpg

Souâd : Vous trouverez l’ensemble de nos actions, sur notre site internet, également sur notre page Facebook. Sachez qu’il y a eu deux articles publiés sur Bd Voltaire, un qui se titre « Mondialisation ou radicalisation » signé par Hynd et également un deuxième qui dénonce la duperie du féminisme radical.

Des interventions sont à prévoir, nous vous informerons de la date et du lieu sur le site internet, de façon générale, allez sur le site !

 

 

 

10.03.2014

Fabrice Hadjadj #Grenelle de la Famille - 8 mars - Mutualité

fabrice hadjadj,éducation,transmission,vulnérabilité  

Conclusion-Grenelle-Famille.pdf

 

fabrice hadjadj,éducation,transmission,vulnérabilité

« Qu’est-ce qu’une famille ? On peut s’étonner que nous soyons ici, ensemble, à poser cette question, et certains ne manqueront pas de croire que notre démarche ne pourra que conduire soit au ressassement de choses banales, soit à la complication de choses simples. Nous n’aurions pas d’autre alternative, avec une telle question, que d’enfoncer des portes ouvertes ou de couper les cheveux en quatre.

En même temps, on le devine, les premières évidences se cachent toujours dans leur lumière. Ce n’est pas seulement comme le nez au milieu de ma figure, trop proche pour être vu ; ni comme le paysage cent fois retraversé, tellement connu qu’il s’efface. C’est surtout comme une source qui éclaire et fonde les autres choses, mais qui ne peut pas, dès lors, être elle-même fondée ni éclairée. Devant cette source, nous sommes semblables à des oiseaux de nuit qui voudraient regarder le soleil en face.

Nous provenons tous d’une famille, nous commençons tous avec un nom de famille, nous avons tous eu une certaine famille pour berceau. La famille est un fondement. Or, si elle est un fondement, on ne saurait « fonder la famille ». Si elle se situe au principe de nos vies concrètes, il devient impossible de la justifier ou de l’expliquer, parce qu’il faudrait recourir à un principe antérieur, et la famille ne serait plus qu’une réalité secondaire et dérivée, non pas une matrice. Les théoriciens qui voudraient que la première communauté humaine fût issue d’un contrat passé entre individus asexués et solitaires, déclarent eux-mêmes qu’il s’agit là d’une fiction, d’une hypothèse de travail, et non d’une réalité[1]. Il n’y a pas, au niveau humain, de principe antérieur à la famille. On ne peut donc pas l’expliquer ni la justifier, on peut seulement expliciter sa présence qui nous devance toujours.

Et c’est pourquoi ceux qui attaquent la famille dans son évidence sont si difficiles à contester. Expliquer que l’homme descend du singe est plus facile que d’expliquer qu’un enfant descend d’un homme et d’une femme, parce que dans le premier cas, la thèse réclame effectivement des explications, et même des explications nombreuses, alors que dans le second, il n’y rien à expliquer, il ne s’agit même pas d’une thèse, mais d’un donné absolument initial, comme l’existence du monde extérieur. Or comment prouver que le monde extérieur existe ? Comment montrer à quelqu’un que le soleil éclaire ?

 

fabrice hadjadj,éducation,transmission,vulnérabilité

Et pourtant le soleil manifeste les couleurs et, par là, indirectement, se manifeste. Et la famille, dont nous avons à parler, manifeste et se manifeste. On a beau contester, cela se manifeste. Et cela ne se manifeste pas que dans les rues, cela se manifeste en nous, dans nos culottes, si j’ose dire, qu’on le veuille ou non, cela se manifeste aussi bien à l’église que dans une soirée LGBT, cela se manifeste par la barbe d’un capucin aussi bien que par la poitrine d’une Femen. Pour que cela ne se manifeste plus, il faudrait être un ange.

Cette manifestation est si irrésistible que nous assistons depuis quelques décennies, de la part de ceux-là même qui voulaient se débarrasser la famille, à un étrange retour du refoulé familial. Ceux qui dénonçaient la famille comme l’institution répressive et oppressive de base, veulent à présent faire de l’enfant le produit d’une manipulation génétique (puisque l’égalité réclame que deux femmes ou deux hommes puissent également en avoir avec leurs propres gamètes), ce qui est aller bien au-delà de l’oppression ou de la répression, puisque c’est courir vers une fabrication pur et simple, et faire despotiquement de l’enfant, l’objet d’un planning, la réalisation d’un fantasme, et plus encore un cobaye de laboratoire. Cette contradiction prouve qu’on ne peut déconstruire le naturel, mais seulement construire à côté son simulacre, comme on ne fabrique une intelligence artificielle que d’après le peu que l’on a compris de l’intelligence humaine.  

 

fabrice hadjadj,éducation,transmission,vulnérabilité

Qu’est-ce donc qu’une famille ? Les gens les mieux intentionnés à son égard insistent sur certains éléments de définition. J’en retiendrai trois : 1° La famille est d’abord le lieu du premier amour. Il est fondamental que les parents s’aiment et que l’enfant soit aimé, sans quoi la famille ne peut que se dessécher ou se décomposer. 2° La famille est le lieu de la première éducation. L’enfant y naît à partir d’un projet parental responsable, où l’on songe à son futur, à son édification, à sa qualification avec la plus grande compétence possible. 3° La famille humaine est aussi un lieu de respect des libertés. Les parents s’y sont unis par un contrat, et, à travers leur mission éducative, ils contribuent, non à renforcer la dépendance, mais à promouvoir l’autonomie de l’enfant.

Nous insistons souvent sur ces caractéristiques, parce que nous songeons au bien de l’enfant. Mais ce faisant nous manquons l’essence de la famille, et, alors même que nous pensons la défendre, nous fourbissons les armes qui permettent de l’attaquer. À trop se préoccuper du bien de l’enfant, on oublie l’être de l’enfant. À trop s’attarder sur les devoirs des parents, on oublie l’être du père et de la mère. Les éléments que nous venons de proposer, amour, éducation, liberté, disent tout sauf l’essentiel, à savoir que les parents sont les parents, et l’enfant est leur enfant.

 

fabrice hadjadj,éducation,transmission,vulnérabilité

Et voilà le conséquence fatale : en prétendant fonder la famille parfaite sur l’amour, l’éducation et la liberté, ce qu’on fonde, en vérité, ce n’est pas la perfection de la famille, mais l’excellence de l’orphelinat. Cela ne fait aucun doute : dans un excellent orphelinat, on aime les enfants, on les éduque, on respecte leur personne. On y est même en quelque sorte dans la plénitude du projet parental, puisque prendre soin des enfants est le projet constitutif d’une telle entreprise.

Ne considérer la famille qu’à partir de l’amour, de l’éducation et de la liberté, la fonder sur le bien de l’enfant en tant qu’individu et non en tant qu’enfant, et sur les devoirs des parents en tant qu’éducateur et non en tant que parents, c’est proposer une famille déjà défamilialisée. Car on pourra toujours vous dire qu’un père et une mère peuvent être moins aimants, moins compétents et moins respectueux que deux hommes ou deux femmes, et certainement moins efficace que toute une organisation composée des meilleurs spécialistes. Cette organisation d’individus compétents pourra passer pour la meilleure des familles, et la meilleure des familles s’identifiera au meilleur des orphelinats.

 

fabrice hadjadj,éducation,transmission,vulnérabilité

Pourquoi manquons-nous si facilement l’essence de la famille ? Parce que le principe de la famille est trop élémentaire, trop humble, trop animal en apparence, et donc honteux (ne parle-t-on pas de « parties honteuses » ?). Vous avez compris, le principe de la famille est dans le sexe. Même quand il s’agit d’une famille adoptive, même quand il s’agit d’une famille spirituelle, où le père est un père abbé, et les frères sont des moines, les pures et hautes dénominations qu’on emploie viennent d’abord de la sexualité. Les noms du père et du fils s’énoncent à partir de ce fondement sensible qui est notre fécondité charnelle.

C’est parce qu’un homme a connu une femme, et que de leur étreinte, par surabondance, ont jailli des enfants, qu’il y a ces noms de famille, ces noms de père, de mère, de fils, de fille, de sœurs et de frères. Le mot qui achève la devise républicaine : « fraternité » procède lui-même du sexe et de la famille naturelle. Quant aux fameuses théories du genre, qui croient pouvoir affirmer que la masculinité et la féminité ne sont que des constructions sociales, elles s’appuient elle aussi sur la différence des sexes, sans lesquels l’idée même du masculin ou du féminin ne nous viendrait pas à l’esprit.

 

La famille est donc d’abord le lieu où s’articulent la différence des sexes et la différence des générations, ainsi que la différence de ces deux différences. La différence des sexes, à partir de la fécondité propre à leur union, engendre la différence des générations, et cette différence des générations n’a rien d’analogue avec la différence des sexes. L’interdit fondamental de l’inceste nous le signal, mais aussi le fait que lorsque l’homme s’unit à sa femme, il ne cherche pas d’abord à avoir un enfant, il cherche d’abord à s’unir à sa femme, et l’enfant advient, comme un surcroît.

La famille noue ainsi cinq types de liens : conjugal (de l’homme et de la femme), filial (des parents aux enfants), fraternel (des parents entre eux), à quoi s’ajoutent deux autres que l’on oublie souvent, et qui sont pourtant décisif pour l’inscription historique et déjà politique de la famille. D’abord, le lien des grands-parents aux petits-enfants, qui permet de tempérer l’influence des parents, et d’ouvrir le temps de la famille à celui de la tradition[2]. Il y a encore un cinquième type de lien que tend à occulter l’idéal du couple mais que ne manque pas de rappeler la belle-mère, je veux parler du lien avec la belle-famille – ce que l’on pourrait appeler la « théorie du gendre ». Avec lui, l’alliance conjugale se double d’une alliance pour ainsi dire tribale, et ouvre l’espace de la famille à celui de la société.

Or la particularité de ces liens familiaux, c’est qu’ils ne se fondent pas d’abord sur une décision, mais sur un désir, c’est qu’ils ne viennent pas d’abord d’une convention, mais d’un élan naturel. Bien sûr, le désir doit y être assumé dans la décision (ou plutôt le consentement), et la nature s’y déploie à travers des aspects conventionnels. Mais il y va d’abord de quelque chose qui nous traverse, une donation, qui vient de l’autre et va à l’autre, et donc dépasse nos calculs. Cela nous emporte plus loin que nous-mêmes, plus loin que nos projets individuels (qui peut former le projet d’avoir une belle-mère ?), parce que cela nous ouvre à l’autre sexe et à l’autre génération, parce que cela nous intéresse à un temps qui n’est déjà plus le nôtre.

 

fabrice hadjadj,éducation,transmission,vulnérabilité

Disons-le simplement : aucun calcul ne peut avoir pour résultat une naissance. Personne ne peut se dire honnêtement : « Ça y est, je suis prêt, je suis assez mûr, assez compétent pour avoir un enfant, je sais parfaitement comme il faut s’y prendre pour en faire un homme accompli, j’ai le droit souverain de le faire venir au monde et d’être son maître. » Comment donc pourrions-nous avoir le droit d’élever un enfant, quand nous sommes nous-mêmes si bas, quand nous ne comprenons pas le mystère de la vie ?

Il ne s’agit donc pas d’un droit, mais d’un fait. L’enfant advient selon un don de la nature, et de ce don nous ne sommes jamais vraiment dignes. Il est le surcroît d’un amour sexuel, et non le résultat d’une visée directe. Car aucune assurance humaine, technique ou morale, ne peut être légitimement à l’origine de sa venue. Si sa présence relevait de notre compétence, alors nous le dominerions absolument, il serait un rouage dans un dispositif, une étape dans un projet, et non l’événement de la vie qui commence et toujours nous dépasse. Lorsqu’un enfant lance à ses parents : « Je n’ai pas choisi de naître », les parents peuvent toujours lui retourner la politesse : « Nous non plus, nous n’avons pas choisi, cela nous a été donné, et nous essayons de changer notre surprise en gratitude. »

 

fabrice hadjadj,éducation,transmission,vulnérabilité

Nous pouvons à présent reprendre les trois éléments dont nous avons parlé plus haut, l’amour, l’éducation, la liberté, et voir comment ils se spécifient au sein de la famille, à partir de cette donation qui nous dépasse.

Première spécificité : l’amour familial est essentiellement un amour sans préférence. Il ne relève pas du choix ni de la comparaison. Cela vaut spécialement pour la relation entre les parents et les enfants. L’amour des parents et des enfants est fondé sur la filiation elle-même et non sur des affinités électives. On le sent très bien lorsque le père est un lecteur de Tite-Live tandis que le fils se consacre aux jeux vidéos. Jamais ils n’auraient songé à se trouver dans le même salon. Jamais ils n’auraient formé ensemble un club. Mais la famille est le contraire du club électif ou sélectif. Les liens du sang y brisent les chaînes du parti tout autant que les chaînettes du caprice.

L’enfant est toujours tel que les parents ne l’auraient pas voulu, mais aussi tel qu’ils l’aiment, et donc qu’ils consentent inconditionnellement à l’accueillir. Les parents sont toujours tels que les enfants leur auraient préféré des héros de films, Charles Ingalls, par exemple, ou Yoda, mais aussi tels qu’ils les aiment, malgré tout, de cet amour constitutif, qui précéda leur propre conscience d’eux-mêmes, et donc tels qu’ils doivent inconditionnellement les honorer.

La famille, c’est toujours l’amour du vieux con et du jeune abruti, et c’est cela qui la rend si admirable, c’est cela qui en fait l’école de la charité. La charité est l’amour surnaturel du prochain, celui qu’on n’a pas choisi et qui nous est de prime abord antipathique. Or les premiers prochains que l’on n’a pas choisis, et qui nous sont souvent insupportables, ce sont nos proches. 

 

fabrice hadjadj,éducation,transmission,vulnérabilité

Deuxième spécificité : dans la famille, le lien éducatif se fonde sur une autorité sans compétence. On n’attend pas d’être un bon père ou une bonne mère pour avoir un enfant. Sans quoi on attendrait toujours. La paternité vous tombe dessus, parce que le désir vous a tourné vers une femme. Quel rapport entre les deux ? La biologie y voit une continuité. Mais la phénoménologie, disons la lecture de l’expérience vécue, montre une disproportion radicale, sinon une rupture entre le désir érotique et l’accueil d’un enfant. La paternité n’est pas une anticipation. C’est la présence de l’enfant qui vous la donne, cette paternité, c’est lui qui vous en investit soudain, comme d’un costume trop grand.

On peut comprendre, s’il en va ainsi, la réticence des fabricateurs du Meilleur des mondes : « En quoi celui qui a simplement couché avec une femme serait-il habilité à élever un enfant ? En quoi sa libido bestiale lui octroie-t-elle une quelconque compétence éducative ? » Cette réticence conduit fatalement au règne des incubateurs et des pédagogues, et à la mise au rebut des véritables parents. Le père est alors remplacé par l’expert, et la famille, par la firme professionnelle.

Mais, dans la famille, il ne s’agit pas d’abord de projet d’éducation mais de réalité de la filiation. Ce n’est pas la compétence qui y fonde l’autorité. C’est l’autorité reçue, malgré ses faiblesses, qui se met par la suite en quête d’une certaine compétence, sans doute, mais qui possède aussi son efficacité propre quoique paradoxale. L’autorité sans compétence a une valeur en soi, et même une valeur sans prix. D’une part, le père y montre qu’il n’est pas le Père, avec une majuscule, qu’il est lui-même un fils, et donc qu’il doit avec son fils se tourner vers une autorité plus haute que la sienne. D’autre part, puisque son autorité ne vient pas d’une compétence, mais d’un don, le père ne peut pas faire de l’enfant sa créature, et essayer de le valoriser sur sa propre échelle de valeur : il doit l’accueillir comme un mystère. Et c’est cela l’autorité la plus profonde, qui se distingue de toute compétence fonctionnelle. Elle n’instruit pas l’enfant en vue de telle ou telle qualification particulière, elle lui manifeste le mystère de l’existence comme don reçu.

 

fabrice hadjadj,éducation,transmission,vulnérabilité

Enfin, troisième spécificité en droite ligne de celles qui précèdent : dans la famille s’exerce une liberté sans maîtrise, quelque chose, nous l’avons déjà vu, qui n’est pas la liberté d’indépendance ou de pure décision, mais une liberté de consentement à ce qui est donné. Le projet parental est vite brisé par l’aventure familiale. Car il s’agit bien d’une aventure, et non d’une projection. Toutes les tragédies antiques en témoignent, qui mettent toujours en scène des histoires de famille. Mais il y a aussi ce fait ordinaire qui appartient plutôt à la comédie selon Molière : le fils ou la fille n’ont de père et de mère que pour les quitter, fonder une autre famille, épouser un parti qui n’est souvent pas le meilleur aux yeux de leurs parents.

La famille est toujours en excès sur elle-même, non seulement par le don de la naissance, mais aussi par les alliances extérieures dont elle procède et vers lesquelles elle va. Il y a votre belle-mère et puis il y a la belle-mère de votre propre fils, il y a cette extension de proche en proche qui, d’après Aristote, constitue le village puis la Cité.

Cette liberté sans maîtrise, qui vous lance dans une aventure et même dans un drame, répond à des liens qui ne sont pas contractuels. On aimerait bien ne vivre que selon des contrats et pouvoir ajuster les rapports selon sa convenance, se dégager dès que ça sent la crise. Or, on peut changer d’associé, mais on ne peut pas changer d’enfant. Et l’on peut devenir copain avec un plus âgé que soi, mais on ne peut, sans fausseté, devenir le copain de son père. Comme la différence sexuelle empêche la fusion, la différence générationnelle interdit le nivellement. Il faut faire avec un ordre causal, une hiérarchie donnée, un patrimoine hérité, ce qui invite la liberté à s’ouvrir aux distinctions du réel, et à ne pas sombrer dans l’indifférenciation d’une prétendue toute-puissance.

 

fabrice hadjadj,éducation,transmission,vulnérabilité

Nous pouvons à présent approcher la famille dans le secret de son essence. Elle n’est pas une chose parmi d’autres, mais foyer, et non pas « foyer clos », mais foyer rayonnant. Un foyer, en peinture, n’est pas un objet qui apparaît dans une perspective, mais le point à partir duquel s’ouvre la perspective. Un foyer est aussi un feu, à savoir lumière et chaleur, et donc quelque chose qu’on n’éclaire pas avec autre chose, mais qui s’éclaire de lui-même, qui se manifeste de lui-même. Je veux dire par là que la famille, avant d’être un objet de pensée, est ce à partir de quoi nous nous sommes mis à penser. Souvent, on l’oublie, comme on oublie le sol, comme on ne voit pas ce qui nous tient et nous pousse en avant. À partir de cet oubli et de la fiction individualiste qui en découle, nous avons tendance à dissocier le logique et le généalogique. Nous posons l’homme comme individu doué de raison, et refusons de le reconnaître comme fils de ses pères. Or il est l’un avec l’autre. La tradition chrétienne nous le rappelle divinement. Pour elle, le Logos est le nom grec de la raison, mais c’est aussi le nom évangélique du Fils.

Qu’est-ce donc qu’une famille ? On peut l’envisager à partir de ce que nous avons dit : la famille est le socle charnel de l’ouverture à la transcendance. La différence sexuelle, la différence générationnelle, et la différence des ceux deux différences, nous y apprennent à nous tourner vers l’autre en tant qu’autre. C’est le lieu du don et de la réception incalculable d’une vie qui se déploie avec nous mais aussi malgré nous, et qui nous jette toujours plus avant dans le mystère d’exister.

 

fabrice hadjadj,éducation,transmission,vulnérabilité

C’est comme ce premier lieu de l’existence qu’elle est aussi lieu de résistance. Résistance à l’idéologie, à la bien-pensance, à la programmation. La famille est la communauté originelle, donnée d’abord par nature et non seulement instituée par convention. Elle offre donc toujours, par son ancrage sexuel, un contrepoint à l’artifice, et ménage un espace pour ce qu’on peut appeler une vérification.

L’homme public peut cultiver son image de façade, montrer son plus beau profil sur les réseaux sociaux, mais quel est son visage dans le privé, devant sa femme et ses enfants ? Le grand Hercule, qui a vaincu les monstres, se trouve minable devant Déjanire. Le jeune génie, qui perce sur les étalages, a honte d’être vu avec son papa et sa maman, lesquels attestent de son origine commune. La volonté de puissance est toujours contrariée par la proximité familiale. Et c’est pourquoi le totalitarisme aussi bien que le libéralisme, l’emprise technologique aussi bien que le fondamentalisme religieux, commencent toujours par mettre la famille sous tutelle, avant d’essayer de la détruire. »

 

Fabrice Hadjadj

Grenelle de la Famille

8 mars 2014

La Mutualité

 

[1]Rousseau écrit dans l’introduction de son Discours sur l’origine et les fondements de l’inégalité parmi les hommes (1754) :« Commençons donc par écarter tous les faits. » Mais, au début du Contrat Social (I, 2), il ne peut s’empêcher d’admettre le fait fondamental : « La plus ancienne de toutes les sociétés et la seule naturelle est celle de la famille. »

[2] Je pense à l’usage grec de la papponymie : « Selon cette coutume, le fait pour un homme de prénommer son fils aîné du prénom de son propre père confirme à la fois et transcende que tout parent retrouve ses propres parents à travers ses enfants. La permutation symbolique implique au minimum la succession de trois générations pour fabriquer de l’humain institué » (Pierre Legendre, Filiation, Filiation. Leçon IV, Fayard, 1990, p. 62.)  

 

 

 

     Conclusion-Grenelle-Famille.pdf

fabrice hadjadj,éducation,transmission,vulnérabilitéTout le Grenelle de la Famille #8 mars 2014 en images

Retrouvez les discours de :

 
 
 

09.03.2014

Artiste : témoin d'intériorité & d'extériorité - Quelle forme au témoignage ?

L'encielement Édith & Etty 4.jpgLe 25 février 2014, à 04:45 Gérard Leclerc a écrit : 

Pardonnez-moi, mais c'est un peu par hasard que j'ai pris connaissance de vos textes, à vrai dire suite à une Insomnie. Et j'ai été extrêmement intéressé et touché par tout. Par exemple votre découverte de cet auteur très singulier qu'est Pascal Quignard, et plus encore ce que vous dites de l'immense Édith Stein. 

Merci pour votre belle expérience intérieure. 

Cordialement, 
Gérard Leclerc


L'encielement Édith & Etty 7.jpgLe 13 février 2014 à 15:29, Sandrine Treuillard a écrit : 

Cher Marc, 

Je voulais te répondre plus longuement et d'abord te remercier d'avoir amorcé ce dialogue. 

Hier j'étais à ma tâche de gouvernante (d'un enfant de 14 ans dont je m'occupe depuis ses 9 ans), & j'ai profité de la journée d'hier & de la nuit pour méditer ce que tu m'as écrit.

J'ai en effet "repris à mon compte" une partie de ce texte de « La Joie de l'Évangile » du Pape François Le temps est supérieur à l'espace sur « Machina Perceptionis ». 

Je voulais te répondre en tant qu'artiste.  

Mon cheminement intérieur, spirituel, en tant qu'artiste (qui forme un tout) a été contextualisé dans une époque, une sensibilité sociale puis politique. Une sensibilité avant tout liée à des lieux & à un sentiment religieux, & d'abord païen, de la nature dans ces lieux de campagne et de petites villes rurales (le Cher, villages au nord de Bourges, & le Loiret, Briare-le-Canal, puis à nouveau le Cher, Vierzon).

La petite église romane de mon village d'origine (Sury-ès-Bois), où j'ai été baptisée à l'âge de un an, a été la première architecture à accueillir & à canaliser mon sentiment religieux, & la vie mystique qui avait commencé très tôt dans mon enfance. 

Les séances de catéchisme avec une dame du village qui nous transmettait sa foi & son amour, puis avec le prêtre de la paroisse, & les pèlerinages à la Basilique de Saint-Benoît-sur-Loire, Vézelay, la visite de la châsse de sainte Bernadette à Nevers, & surtout le témoignage d'une carmélite au Carmel de Nevers, ont encore renforcé cet élan religieux que j'avais développé naturellement au contact de la nature, de ce Pays Fort, paysan… si bien, que lors de la profession de foi/Communion, à mes 12 ans, j'entrais tout sourire dans les ordres, devenais l'épouse de Jésus, avais le grand désir de consacrer ma vie à la religion catholique, carmélite (cloîtrée, absolument).

Mais la vie en avait décidé autrement. 

Je devins femme durant cette douzième année, mon corps me faisait vivre des choses sexuels dont je débordais sans les comprendre, ni les maîtriser, avec un grand sentiment de culpabilité, laissée à moi-même, sans accompagnement personnel qui aurait pu permettre de canaliser ces énergies & de comprendre ce que la puberté fait vivre à chacun. 

À mes 13 ans, lors de la Confirmation, j'eus l'horrible sentiment d'être abandonnée de Dieu : je ne recevais plus ce que je lisais entre les lignes dans les Évangiles, cet amour de Jésus qui m'irriguait alors, j'eus le sentiment de trahir l'Église qui confirmait ma foi en le catholicisme (au passage, une étymologie du catholicisme : "selon le tout", "cat" : selon ; "holisme" : le tout). 

J'ai vécu depuis lors 21 ans d'enfer sur terre, ce qu'on appel la déréliction. L’enfer étant cette coupure d’avec l’Amour de Dieu. 

Au contact de Pascal Quignard, en le lisant, puis en lui écrivant, j'ai touché à nouveau à ce sentiment religieux de mon enfance & prime adolescence. 

En 2005, j'eus quelques expériences de respiration en apnée. 

De ces expériences est née la performance (« Ce qu'il y a de pierre en moi ») à laquelle tu assistas sur l'île Pomègues à Marseille, & dont les "Instants Vidéo" ont été l'écrin avec « Par ce passage… infranchi » initié par Christophe Galatry. 

Puis, j'explorais en vidéo cet espace-temps spirituel en contemplant la nature dans la durée du temps présent. 

Je continuais de découvrir Quignard. En lisant « L'être du balbutiement » (Essai sur Sacher-Masoch), je tombai sur une description de mon processus en vidéographie qui me subjugua, tant ce qu'il écrivit à l'âge de 20 ans me semblait parler directement de ce que je vivais en filmant. 

Ce passage s'intitule « Sur la question de l'Exspectatio », une notion d'Augustin d'Hippone (saint Augustin, en Afrique du Nord…). 

À la suite de ceci, tout naturellement, je lu les « Confessions » de saint Augustin. 

Et là, c'est en 2007-2008, je fais retour à la source, à l'origine de mon sentiment religieux de la vie. Mais ce n'est pas encore consciemment déclaré. 

Je pars en Sicile & Naples pour la seconde fois en février 2008. Je ne comprends rien à ce que je vis, à ce pour quoi je suis là-bas. 

À mon retour, je revois Quignard qui me rapporte mes lettres pour que je les photocopie.

C'est Pâques 2008. J'eus alors une expérience lors d'une séance de respiration en apnée qui me fit très peur, de l'ordre d'une manifestation spirituelle dans le corps, un parcours initiatique intérieur en 45 minutes, où un chant s'éleva en moi, une vibration s'augmentant des pieds à la tête, très musicale, qui se termina par le son le plus aigu que jamais je n'imaginais que mon corps puisse produire, avec la sensation couplée d'un faisceaux de lumière sortant par le haut de mon crâne… 

Ce fut la dernière respiration en apnée, je décidai de cesser, j'avais été atteinte par quelque chose qui m'effraya. 

Le 21 juin 2008, je rencontre Rémi sur le Marché de la poésie, place Saint-Sulpice, sur le stand de Jérôme Mauche qui deviendra mon témoin lors de notre mariage religieux le 14 février 2009. 

Rémi avait été lui-même baptisé la nuit de Pâques 2008. 

Cet été là, je lui demandai de m'emmener à la basilique de Saint-Benoît-sur-Loire, attirée par une force irrésistible. 

C'est là que j'eus ma "reconversion", quand je mis si longtemps à franchir le seuil de la basilique, un remuement intérieur inédit, le temps, justement, n'était pas celui naturel & habituel, & j'avançai sur la gauche, une phrase s'est dite à mon cœur "J'entre dans la maison du Seigneur" et je m'écroule en pleurs derrière le premier pilier. 

Ce que je vis alors, avant de me mouvoir sur la gauche, immobilisée par l'émotion, je le vis lors de la vision intérieure de cette séance de respiration en apnée, aux alentours de Pâques : la nef romane baignée d'une douce lumière… 

Je demandai alors à Rémi, qui me ramassa à la petite cuillère, de rester à l'office du soir des moines bénédictins (les Vêpres). À la prière du "Notre Père", une grande émotion m'étreint. 

Je suis alors accueillie à nouveau par Dieu. 

Toutes mes explorations en vidéographie prennent alors enfin leur sens qui était caché au sein de ma pratique. Filmer, prier & célébrer se confondent, se répondent… Je suis enfin centrée, rassemblée, unifiée dans mon être entier. 

Le social dans tout cela : Lutte ouvrière à l'internat au lycée de Vierzon de 16 à 18 ans. 

Mon père "patron" d'un ouvrier, artisan ébéniste amoureux de son métier & ne comptant pas ses forces, compagnon du devoir sur le tard, son nom "L'amour du bois". 

Longtemps je lui en ai voulu d'être l'esclave de son travail, sans percevoir l'amour qu'il déployait à l'exercer (déformation de mon regard due en grande partie au militantisme obtus de Lutte Ouvrière). Quand j'entrai à 18 ans aux Beaux-Arts de Bourges, j'en étais là. 

J'ai recontacté ma vérité intérieure bien longtemps après les 7 années qui ont séparé l'entrée & la sortie des écoles d'art. C'est en filmant que j'y ai vraiment accédé. En contemplant. En écrivant aussi. 

foiLa dernière vidéographie « Institut de beauté » qui date de juin 2012 est un achoppement qui résume assez bien les rapports esthétiques, artistiques, intérieures… au "loisir" de filmer, au "loisir" de "travailler" dans la nature, au "loisir" d'observer avec bonheur mon père se réaliser dans son domaine, La Sourdaie. 

Je ne t'avais pas envoyé ce film, un problème technique jamais résolu m'avait empêchée d'en produire des dvds. Il est entièrement en ligne sur Youtube, & le texte qui l'accompagne sur ce lien est ce que je souhaitais te donner à lire, qui est en relation avec la société, les événements au sein d'un processus historique du rapport au travail. 

foi"Institut de beauté" : Portrait d'un homme dans son paysage

J'ai aussi produit un texte qui fait office de manifeste, en lien avec la grande phénoménologue allemande, Édith Stein, disciple de Hüsserl, juive convertie au catholicisme, devenue carmélite et exterminée à Auschwitz en 1942 : 

"En fait d'impressionnabilité, l'enfant, l'artiste & le saint son frères". 

Elle est aussi docteur de l'Église, ses textes sur la femme, la transmission, l'amour de Dieu sont magnifiques.

foiActuellement, je boucle une vidéographie que j'espère t'envoyer à tant : il me reste à poser le titre & génériques : "Enciellement Édith Etty". 

Je pense que ce n'est pas un hasard si tu as répondu à ce mail « Le temps est supérieur à l'espace », même si nous ne sommes plus, en cette fin de lettre, au même point qu'en son commencement… 

Je te remercie amicalement de m'avoir "provoquée" à t'écrire tout ceci, et je termine en t'indiquant une autre lecture rafraîchissante : "Connaître & aimer son pays"…

Car toute ma vie est sous le signe de connaître, reconnaître, aimer…

Bien à toi, cher Marc,
Sandrine

 

 

MarcMercier-Bergers vallée du Jourdain.jpgLe 17 févr. 2014 à 06:47, Marc Mercier a écrit : 

Chère Sandrine, 

Je te remercie d'avoir pris ce temps pour me confier cette histoire de vie. Je perçois quelque chose, je crois, de ton cheminement. 

C'est étrange de lire cela depuis la Palestine où je suis en ce moment. J'étais hier à Bethléem et ce soir je dormirai à Jérusalem. Territoire où règne la plus absolue des injustices. Comme à chaque fois où je m'y rends, je reviens chargé du devoir de témoigner, de dire ce que j'ai vu et entendu. Avec cette question : comment traduire poétiquement et politiquement une colère ? 

Je te souhaite une douce journée et t'envoie cette image de bergers de la vallée du Jourdain, rieurs malgré tout, 

Bien à toi,
Marc

MarcMercier-Bergers vallée du Jourdain.jpg


Le 9 mars 2014 à 10:44, Marc Mercier a écrit : 

Bonjour Sandrine, 

Voici un petit compte rendu de mon séjour en Palestine… 

Bien à toi,
Marc 

 

RETOUR DE PALESTINE DE DEUX MEMBRES DES INSTANTS VIDÉO (Marseille) 

Une délégation composée de huit représentants d’associations membres du REF (Réseau Euromed France) s'est rendue en Palestine afin de rencontrer des associations et personnalités politiques locales. 

Du 13 au 19 février, Nacer El Idrissi (ATMF), Tarek Ben Hiba (FTCR), Marc Mercier et Naïk M’Sili (Instants Vidéos Numériques et Poétiques), Stéphane Assézat (AP2i), Ahmed Jemai (Agence Act’Médias Presse), Giovanna Tanzarella (Fondation René Seydoux) et Marion Isvi (Chargée de mission du REF) sont allés à Ramallah, Jérusalem, Bethléem, Bil’in, Naplouse et dans la Vallée du Jourdain pour faire le point sur la situation sur place. 

Tentative de restitution de ce que nous avons vu et entendu. 

Un compte-rendu plus complet rédigé par l'ensemble de la délégation du REF sera bientôt rendu public. Ce document a été écrit à partir des notes de voyage de Marc Mercier. 

 

13 février 

Nous sommes dans l'avion Air France qui nous mène depuis Paris à Tel Aviv. Soudain, une voix nous annonce : « Dans 30 minutes, nous entrerons dans l'espace aérien d'Israël. Nous vous demanderons de ne plus circuler dans la cabine ». Naïk a demandé à un steward les raisons de cette annonce : « Ce sont les Israéliens qui exigent que nous fassions cet appel. Nous sommes même sensés donner les noms des personnes qui n'appliquent pas ces consignes. » 

Aéroport, quelques interrogatoires prolongés pour trois ou quatre d'entre nous, un pied de caméra cassé… 

Le soir, Ramallah. Au sortir d'un restaurant, nous assistons à une dispute entre un jeune niché dans une voiture de luxe et un petit groupe de jeunes gens. Nous apprenons que la colère provient du fait que le conducteur est membre d'une famille de riches corrompus, proche de l'Autorité Palestinienne. 

Nous discutons longuement avec eux de la situation actuelle de la Palestine. Ils ne sont pas très optimistes : « Ils sont forts. Nous sommes faibles ». « Résister, c'est déjà rester vivre en Palestine ». 

Nous finissons par leur poser deux questions que nous reposerons systématiquement à tous nos interlocuteurs, auxquelles (à notre grande surprise), nous obtiendrons toujours les mêmes réponses : 

— Que pensez-vous que nous (étrangers) pouvons faire pour vous aider dans votre lutte pour la libération de la Palestine ? Tous ont répondu : Faire connaître cette initiative non-violente de la société civile palestinienne : le BDS (Boycott. Désinvestissement. Sanctions). 

— Que souhaitez-vous ? Deux états ou un seul ? Tous répondent qu'étant donné l'état d'avancement de la colonisation, du morcellement de la Cisjordanie, de la coupure avec Gaza, la solution des deux États n'est plus sérieusement envisageable. Nous voulons un seul État. Une Palestine laïque dans laquelle vivront ensemble des musulmans, chrétiens, juifs, samaritains, athées…  

 

Marc Mercier Bill'In %22bataille%22.jpg14 février
Matin 

Notre délégation se rend au village de Bil'in située à une douzaine de kilomètres à l'ouest de Ramallah, à proximité du mur de séparation israélien et de la colonie de Modin Illit. Depuis la Conférence de Solidarité qui s'est tenue les 20 et 21 février 2006 pour que cessent les expropriations de terres, les Palestiniens ont initié une résistance populaire pacifiste en organisant notamment une manifestation hebdomadaire face au mur. Nous avons pu constater le caractère international de la mobilisation. Certains d'entre nous ont eu le désagrément de tester l'effet sur les yeux et la gorge des bombes lacrymogène lancées par les soldats israéliens, sous les applaudissements de colons regroupés sur une colline derrière le mur. 

Nous avons aussi rencontré un Palestinien qui a pris l'initiative d'une collecte internationale pour planter 1 million d'oliviers en remplacement du million arrachés par les colons. 

Après-midi 

Nous nous rendons à Naplouse. Visite « politique » de la vieille ville qui porte encore les traces des massacres (plus de 500 morts et des milliers de blessés rien qu'entre 2000 et 2005) perpétués par l'armée d'occupation israélienne.

Nous sommes reçus par une association d'aide aux jeunes enfants créée après 2002 pour que puissent s'exprimer (par des pratiques artistiques notamment) les traumatismes, et aussi pour tenter de renouer une confiance entre enfants et adultes qui n'ont pas été en capacité de les protéger et qui ne sont pas en mesure de leur assurer un avenir décent. Ils apprennent aussi à inventer collectivement des actes de résistance pacifique, comme rédiger et apporter des messages de paix aux soldats des cheik-points, ou y organiser des piques-niques familiaux auxquels sont conviés les soldats, même si ceux-ci les chassent très rapidement. Ces activités ne visent pas à échapper à la réalité, à évacuer la colère mais à la métamorphoser en une énergie créatrice. 

Que faire pour aider l'association ? Ils ont besoin d'échanges d'expériences, d'avoir des éclairages culturels venus d'ailleurs, que nous venions voir la réalité de la vie ici et témoigner. 

 

MarcMercier-Bergers vallée du Jourdain.jpg15 février
Matin 

Vallée du Jourdain 

Nous sommes accueillis par des paysans et éleveurs du secteur et l'association UAWC. Jéricho, seule ville palestinienne (25 000 habitants) de la Vallée du Jourdain. Ailleurs, des villages (96% sont en zone C, donc sous contrôle israélien), 21 colonies, des zones militaires… Le Jourdain n'est plus qu'une petite rivière (l'eau est détournée en amont par la Jordanie et Israël), asséchant petit à petit la Mer Morte. 60 000 palestiniens exploitent 5% du territoire, 6 200 israéliens le reste. Seulement 22% de l'eau est accessible aux Palestiniens qui, depuis les Accords d'Oslo n'ont plus le droit de forer des puits. Quant aux puits déjà existants, la plupart leur sont interdits.

Les terres auxquelles les paysans et éleveurs n'ont plus accès sont soit celles que se sont accaparées les colons, soit des terrains militaires (eux-mêmes cernés par des zones de sécurité), ou des zones jugées « dangereuses » à cause de mines datant de la guerre contre la Jordanie, même si il y a encore peu de temps elles étaient cultivées sans dommage, ou bien des zones de protection de la nature pour préserver des plantes !!! 

Nous sommes allés dans le village de Bardala où, grâce à une aide internationale, les paysans ont pu construire quelques citernes pour parer aux pénuries d'eau. 

Nous apprenons aussi que les paysans n'ont pas le droit d'être sur leurs terres avant 6h ni après 18h. 

Nous roulons en direction d'un village, laissant sur notre passage des colonies entourées d'une végétation abondante qui contraste avec l'aridité des villages palestiniens pourtant juste à côté, soudain nous voyons un panneau en hébreux et en anglais indiquant que cette route mène à un village palestinien et qu'il peut être dangereux pour un Israélien de l'emprunter.

Marc Mercier Prudence aux Israéliens en village Pales.jpg

Nous nous arrêtons dans une vallée où nous sommes accueillis près d'un puits « fermés » par un paysan. Derrière lui, l'horizon. Cependant, nous apercevons non loin une ligne droite de terre retournée : « ils » sont en train de construire un nouveau mur » !!! 

Soir 

Il pleut. Cela peut paraître anecdotique, mais nous pensons aux agriculteurs (pour qui cette eau est la bienvenue) sur le chemin du retour vers Ramallah où nous avons rendez-vous avec deux députés de la gauche palestinienne. 

Tout d'abord, avec Mustapha Barghail. Il nous fait un exposé (avec des images, des cartes, un film) sur l'évolution déplorable de la situation. 

Il nous parle de ses inquiétudes si venait à être adopté le « Plan Kerry », du nom du secrétaire d'État américain qui accompagne les négociations actuelles entre Israël et l'Autorité Palestinienne, qui s'éloignent des résolutions de l'ONU, remettant en cause le « droit au retour », « Jérusalem Est comme capitale de la Palestine » et même l'idée d'un État palestinien indépendant. 

Pour modifier le rapport de force à ce jour défavorable aux Palestiniens, Mustapha Barghail préconise la résistance populaire, le BDS et l'unification des forces palestiniennes. 

Il qualifie les accords d'Oslo de « scélérats ». 

Il dit que la situation actuelle est comparable à l'Apartheid en s'appuyant sur cette définition : « L'Apartheid, ce sont deux peuples vivant sur une même terre mais avec des droits différents ». 

Il dit ne pas se battre seulement pour l'indépendance, mais aussi pour la liberté, l'égalité, la justice. 

Puis nous rencontrons Khalida Jarrar, députée notamment en charge des dossiers concernant les prisonniers politiques. 

Elle a la même inquiétude que Mustapha Barghail quant au plan Kerry. 

Les prisonniers : environ 5000, dont 14 parlementaires, 280 enfants (certains ont 9 ans), 16 femmes, des malades… De nombreux cas de tortures. Pas de véritables procès, car ils sont jugés par des militaires. Sans parler des détentions dites « administratives ». Par ce système hérité du mandat britannique, Israël peut arrêter qui bon lui semble sans acte d'accusation, sans jugement pendant 6 mois et reconduire l’emprisonnement sans limitation. 

Depuis 1967, près de 750 000 Palestinien-ne-s ont connu la prison. 

Elle nous propose de soutenir la « campagne internationale pour la libération des prisonniers politiques » (http://www.addameer.org), de soutenir les campagnes de boycott du BDS : 
http://www.bdsfrance.org 

 

Marc Mercier Maison Hébron Porte Fenêtre.jpg16 février
Matin

Hébron 

Nous sommes accueillis par l'Association pour des échanges culturels France/Hébron. La ville de 200 000 habitants est divisée en 2 zones : H1 sous autorité palestinienne, H2 sous contrôle israélien. 

Nous partons visiter la vieille ville où règne une véritable situation d'Apartheid avec une implantation de colonies, des rues interdites aux palestiniens, 2/3 de la mosquée est devenue une synagogue… Il faut passer un cheik-point pour entrer dans la vieille ville. Ce sont des soldats israéliens qui contrôlent l'entrée de la mosquée. Certaines rues sont couvertes de grillages pour que les Palestiniens cessent de recevoir sur la tête des détritus, bouteilles vides… Tout est fait pour que les Arabes partent, déjà 80% des maisons et des magasins sont fermés. 

Un exemple de résistance : une famille palestinienne n'a plus accès à la rue où se trouve la porte de leur maison. Une solution aurait été d'ouvrir une porte de l'autre côté donnant sur un parking où ils ont accès. Ce serait accepter la situation. Ils ont opté pour une échelle leur permettant d'entrer provisoirement par la fenêtre. 

L'Association qui nous guide dans la ville, nous invite à visiter un petit centre culturel pour enfants, des ateliers de peintures, un petit espace de jeux… Petit oasis. Un thé nous est offert. 

Après-midi 

Bethléem. Camp de réfugiés de Aïda collé au mur. Association culturelle Al Rowwad dirigée par Abdel Fattah Abusrour. 

Nous allons voir un nouveau mur qui a pour caractéristique d'avoir des portes dont certaines sont grandes ouvertes, c'est à se demander si ce genre d'édifices muraux servent vraiment à garantir une quelconque sécurité comme le prétendent les Israéliens. Notre hôte palestinien nous annonce qu'il n'a pas le droit d'être là où nous sommes car c'est un espace devenu sous contrôle israélien. Nous passons donc la porte où logiquement nous devrions déboucher sur un territoire sous contrôle palestinien. Et bien, non. Question : que sépare ce mur ? Il faut avoir des notions de surréalisme pour répondre à une telle question.  

Marc Mercier Mur surréaliste avec porte Bethléem.jpg

 

Entretien avec Abdel Fattah 

Il définit le projet du Centre culturel ainsi : « La belle résistance contre la laideur et la violence de l'occupation ». 

Il dit : « Trouver d'abord la paix en soi ». « On veut voir nos enfants grandir, s'épanouir ». Le Centre culturel Al Rowwad n'est pas pour lui un projet, mais « une mission de vie ». Les adultes sont auprès des enfants « responsables d'un modèle d’existence, de l'héritage qu'ils leur livreront ». « La Palestine n'est pas une cause humanitaire. On est pauvre, à cause de l'occupation ». « Nous voulons des partenariats, pas de charité ». « Nous ne devons faire aucun compromis sur nos valeurs, liberté, égalité… ». 

Il espère la constitution d'un seul État (la Palestine), laïc, où chaque individu sera un citoyen comme un autre… Le peuple palestinien ne doit pas se laisser imposer un agendas par Israël, les USA, l'Europe… Il doit imposer ses propres priorités. 

Il pense aussi que le BDS est très important pour affirmer une solidarité internationale.  

 

17 février
Matin 

Ramallah 

La délégation se rend à une réunion avec PNGO (l'équivalent du REF en Palestine), sauf Naïk et Marc qui se réunissent avec la Quattan Foundation, partenaire principales des Instants Vidéo pour l'organisation du festival (biennale) d'art vidéo et de performance /si:n/ dont la 4ème édition aura lieu en juillet 2015. Est notamment émise l'idée de formaliser un lien (peut-être autour d'un thème ou d'un titre commun) entre le festival en Palestine, celui d'Alexandrie et celui de Marseille. 

Le REF et PNGO décident de rédiger un communiqué commun : 

DÉCLARATION COMMUNE
PNGO - REF 

Dans le cadre d'une mission effectuée par le Réseau Euromed France (REF) du 13 au 19 avril 2014 en Palestine, les membres de la délégation REF ont constaté ce qui suit : 

La situation actuelle dans les territoires palestiniens occupés connaît une aggravation de la fragmentation des territoires due à l'occupation par l'État d'Israël, ce qui a pour conséquence un accroissement de la ségrégation et de l'apartheid. 

Les agriculteurs de la vallée du Jourdan, les étudiants d'Hébron, les enfants de Naplouse, les réfugiés de Aida, les citoyens de Ramallah, ont tous témoigné de leurs souffrances quotidiennes et d'un sentiment d'injustice croissant.   

Le 17 février 2014, à Ramallah, une rencontre s'est tenue entre la délégation du REF et une délégation du PNGO (Palestinian Non-Governmental Organizations Network). Cette rencontre a débouché sur une déclaration commune : 

1. Les deux délégations expriment leur rejet de la politique d'apartheid et de ségrégation menée par l'État d'Israël. 

2. Les deux délégations soutiennent les résistances du peuple palestinien pour la réalisation de ses aspirations nationales à un État indépendant avec Jérusalem comme capitale ainsi que le droit au retour des réfugiés et le droit à l'autodétermination du peuple palestinien. 

3. La délégation du REF s'engage à mieux faire connaître la campagne BDS et la campagne internationale pour la libération des prisonniers palestiniens.
Ramallah, 17 février 2014   


18 février
Matin 

Jérusalem 

Après une promenade sur l'esplanade du Dôme du Rocher (sous contrôle israélien), nous visitons la vieille ville pour mesurer dans les détails l'état d'avancement de la colonisation de Jérusalem Est avec un responsable de l'association Nidal. Nous pouvons parler d'une colonisation méthodique, maison par maison, de la ville. Il n'y a plus d'unité spatiale, mais une mosaïque. Chaque espace plus ou moins totalement accaparé est surveillé par des « miliciens » privés, armés, arrogants. Pour forcer les Palestiniens à partir, par exemple, ces dix derniers jours, 40 familles se sont vues l'eau coupée. Des maisons palestiniennes s'effondrent car des colons ont creusé dans les sous-sols… etc etc… 

Après-midi 

Nous allons à l'Ouest de Jérusalem, chez Michel Wareschawski, président du Centre d'Information Alternative (AIC), journaliste et militant pacifiste de gauche israélien. 

Il nous parle de la dépolitisation des jeunes palestiniens, due à la crise des partis politiques et aussi aux effets du libéralisme qui rend les gens individualistes. 

Il pense que la question de un ou deux États n'est pas pertinente. L'idée d'un seul État serait l'expression d'un échec politique, car ce projet s'inscrit dans un temps très long, trop long. Une pensée politique doit travailler sur des solutions à court terme. 

Il considère que la 2ème intifada n'est pas un soulèvement populaire, mais une réaction contre la tentative de reconquête par Israël des maigres acquis d'Oslo. 

Il dit qu'aujourd'hui Israël craint de ne plus peser assez sur la situation du Moyen-Orient (depuis le Printemps arabe) et craint d'être lâché par les USA (qui donne chaque année à Israël l'équivalent de 3,5 milliards de dollars). 

Il pense que le BDS est une bonne initiative, mais que chacun doit le faire à sa façon, comme il peut. Et qu'il est important de poursuivre des actions de coopération sociale, culturelle, avec les Palestiniens pour les aider à tenir bon. 

Il a soutenu les Mouvement des Indignés israéliens même s'ils n'ont pas traité de la question palestinienne. D'abord, parce qu'ils n'ont pas prononcé de slogans racistes et parce qu'ils ont défendu l'idée d'un État laïc, citoyens… 

Il dit que 35% des garçons ne font plus l'armée, et 70% des filles. Nous sommes surpris par ces chiffres. À vérifier.   

Rencontre avec l'Association israélienne B'TSELEM
Soir

Repas avec notre chauffeur qui a souhaité nous faire rencontrer quelques amis dont l'ex-prisonnier franco-palestinien Salah Hamouri. 

Salah a été accusé d’avoir eu l’intention d’assassiner un rabbin, dirigeant d’un parti politique intégriste. Civil, il a été jugé par un tribunal militaire illégal qui ne pouvant apporter la moindre preuve, ni le moindre témoignage contre lui malgré la quinzaine de renvois de son procès, a imposé un odieux chantage : accepter de plaider coupable et avoir une peine de 7 ans ou être condamné à 14 ans de détention. 

Salah n’a jamais reconnu les accusations portées contre lui, son avocate a accepté le marché pour lui épargner une peine très lourde. 

Il a été libéré un peu avant la fin de sa peine dans le cadre des négociations pour la libération du soldat franco-israélien Gilad Shalit retenu à Gaza par le Hamas. 

Salah nous a parlé de ses conditions de détention, ainsi que celles des autres prisonniers. Il a dit combien était importante pour les détenus de recevoir des courriers de soutien du monde entier.   

 

19 février 

Aéroport de Tell Aviv 

Passage de la douane sans trop d'encombres, quelques fouilles de sac, des questions stupides du type quel est le nom de vos parents ? Un douanier s'inquiète du fait que j'avais dans ma valise quatre fois le même livre concernant l'artiste palestinien Bashar Alhroub. Je lui montre que j'ai écrit un texte dedans. Il me demande pourquoi je m'intéresse à l'art palestinien. Je réponds que je ne m'intéresse pas à l'art palestinien, mais à l'art en général. Il me demande pourquoi cet artiste m'intéresse. Je lui dit que c'est à cause de la façon dont il traite la lumière, le gris, le noir… Bref, une discussion qui frôle le théâtre de l'absurde ! 

Marc Mercier

------------------
Échange antéchronologique des mails précédents
12 février 2014 12:55, Marc Mercier a écrit :

L'essentiel est de cheminer Sandrine. 

Je ne m'étais pas aperçu dans mon propre cheminement que les classes sociales avaient disparues. Elles existaient avant Marx, non ? Ce qui est certain, néanmoins, c'est que cette stratégie des pouvoirs à vouloir faire croire aux "pauvres gens" qu'ils ont des intérêts communs "supérieures" avec ceux qui les saignent, est une "idée" beaucoup plus ancienne que le communisme, si je ne m'abuse… 

Bien à toi,
Marc 

------------------ 
Le 12 févr. 2014 à 12:21, Sandrine Treuillard a écrit :

Bonjour Marc, 

Tu penses encore comme un communiste,
et c'est ce qui est révolu… 

Je viens de l'extrême gauche, & j'ai cheminé. 

Bien à toi,
Sandrine 

------------------ 
Le 12 février 2014 09:53, Marc Mercier a écrit : 

Bonjour Sandrine, 

J'ai lu ce texte, mais je trouve étrange que tu puisses le prendre à ton compte. 

Ne serait-ce que ce paragraphe :

« Pour avancer dans cette construction d’un peuple en paix, juste et fraternel, il y a quatre principes reliés à des tensions bipolaires propres à toute réalité sociale. Ils viennent des grands postulats de la Doctrine Sociale de l’Église, lesquels constituent «  le paramètre de référence premier et fondamental pour l’interprétation et l’évaluation des phénomènes sociaux ». À la lumière de ceux-ci,  je désire proposer maintenant ces quatre principes qui orientent spécifiquement le développement de la cohabitation sociale et la construction d’un peuple où les différences s’harmonisent dans un projet commun. Je le fais avec la conviction que leur application peut être un authentique chemin vers la paix dans chaque nation et dans le monde entier. » 

C'est un appel à la collaboration des classes sociales comme si patrons et ouvriers (pour dire vite) pouvaient partager un projet commun et former un peuple. Il ne peut y avoir de peuple que dans l'égalité économique et sociale, sans rapport de subordination. Ce texte montre surtout que l'Église a toujours été du côté du sabre, du puissant, appelant les classes exploitées à se soumettre à l'ordre existant et qu'en récompense de cette sage soumission les portes du paradis leur seront ouvertes. Je ne comprends pas que l'on puisse croire à de telles chimères. 

Mais bon, aujourd'hui on entend tellement de choses incroyables qu'on croyait révolues… 

Bien à toi,
Marc

------------------
Le 10 févr. 2014 à 16:45, Sandrine Treuillard a écrit : 

Bonjour,

Ce texte parle si bien de l'expérience du temps
que je suis tentée de le reprendre à mon compte
pour analyser l'expérience du filmage, en vidéographie… 

Le temps est supérieur à l’espace

Bien à vous,
Sandrine

 

03.03.2014

Théorie du Genre : destruction de la personne

RÉFLEXION SUR LE GENDER ET SES CONSÉQUENCES SUR L’HUMANITÉ
Entretien avec Yann Carrière, docteur en psychologie 

 

DÉFINIR LE GENDER

Yann Carrière Doct en psycho Théorie du Genre.jpgDéfinir est une démarche de rigueur. Or la rigueur, comme il m’a été rétorqué une fois à l’université, c’est un truc d’homme hétérosexuel blanc du XVIIIème siècle. Avec la théorie du genre, on est dans un domaine où on est systématiquement pas rigoureux. C’est une technique de prise de pouvoir. C’est comme ça que la théorie du genre a pris le pouvoir à Pékin en 1995 en faisant signer, par des étrangers qui ne connaissaient pas l’emploi du mot gender en anglais, quelque chose qu’ils pouvaient  croire correspondre simplement à une autre désignation des sexes (masculin, féminin), mais qui en réalité renvoie aussi à une théorie assez confuse où un ensemble de mouvements d’idées (mouvements idéologiques et politiques)  qui a derrière lui des implications radicales. Je crois que c’est Marguerite Peeters qui parle de couches comme pour un oignon. Vous avez des façades dans le genre qui sont tout à fait respectables, et en effet le genre, comme aspect social de l’identité sexuée, c’est quelque chose de tout à fait scientifique. Si on l’approche de manière rigoureuse, on peut essayer de voir effectivement comment sont variables les aspects sociaux de l’identité sexuée. Mais si on s’en tient à ça, et ça c’est la façade soft que les idéologues du gender présentent quand ils veulent faire passer leurs idées, c’est une recherche scientifique légitime.

Et puis vous avez, très lié au reste, le noyau dur, pour qui le gender est une approche uniquement en terme de pouvoir. C’est-à-dire que les hommes et les femmes n’existent pas : parler d’hommes et de femmes, c’est juste transmettre une vision complètement politique, hiérarchisée et oppressive de la société et c’est cela qu’il faut détruire. Et à ce moment-là, il faut détruire toute l’hétérosexualité, l’identité d’homme et l’identité de femme. Donc il n’y a pas de définition, c’est normal et c’est très utile pour les idéologues du gender.

En fait, c’est George Orwell qui, en écrivant « 1984 », avait onze ans d’avance. La théorie du gender, qui est une théorie fascisante, a pris le pouvoir au niveau mondial à l’ONU en 1995 à Pékin. George Orwell n’avait que onze ans d’avance. Et pas en disant « Il n’y a pas d’homme, il n’y a pas de femme ». On est vraiment dans « la guerre, c’est la paix », on est vraiment dans la redéfinition des mots ; qui n’est pas seulement un trait du genre, on trouve ça déjà dans les idéologies de libération ; mais c’est une stratégie générale qui est utile pour noyer l’esprit. Depuis des décennies, on substitue au raisonnement et à l’intellect des fonctionnements par émotions et par images, notamment grâce à la publicité. Le brouillage des mots fait partie de cette dégradation, en partie voulue et délibérée, de la réflexion intellectuelle.

Si on empêche de penser, c’est presque la mort de l’humanité. Le vivant et l’humain fonctionnent sur la discrimination. La première discrimination, c’est peut-être « cette plante est-elle comestible ou pas ? Je vais discriminer ce qui est bien de ce qui est mal. » C’est comme ça que la vie fonctionne et que la pensée fonctionne. Et il y a une menace, à partir du moment où on refuse de penser, (« supprimez le mot ‘race’ de la constitution, cachez ce mot » - on ne peut même plus nommer des choses – « homme, femme », on ne peut plus nommer la différence, etc.), eh bien c’est un aspect extrêmement mortifère. Mortifère assumé. Vous avez un des plus brillants auteurs de la théorie du genre qui s’appelle Lee Edelmann, il a écrit un livre qui s’appelle « No future : Queer Theory and the Death Drive » (death instinct as a drive - l’instinct de mort), et il le revendique. C’est-à-dire que les Queers sont ceux qui contestent cette proportion obligatoire - et donc oppressive – de l’humanité à se reproduire. Et il prend comme exemple (il insiste) le film d’Hitchcock « Les oiseaux » parce qu’il dit : « typiquement, ce sont les enfants qui sont les victimes ». Et il dit « les Queers sont ceux qui s’opposent à cette reproduction imposée ». Et il revendique cette place. Donc à partir de cette non-définition, on débouche sur la non-pensée, et sur quelque chose qui tue l’humanité, en fin de compte. Et c’est revendiqué, c’est-à-dire que chez les gens du Gender, vous avez des gens brillants, il faut le reconnaitre ; après on verra pourquoi et en quoi ça déconne, mais ce ne sont pas eux qui sont les plus dangereux, ce sont ceux qui les récupèrent. Il y a toujours deux couches dans l’idéologie : il y a ceux qui y croient, et les cyniques qui manipulent les idéologies. Eh bien ils sont brillants, et ils assument ce qu’ils disent. En particulier Lee Edelmann, qui dit parfaitement « Mais oui, nous sommes du côté de la pulsion de mort. »

 

LE GENDER ET LA SCIENCE

YC1.jpgVoici en gros les idées de la théorie du genre : il n’y a pas de différences entre les hommes et les femmes ; les différences, c’est un système social construit oppresseur qu’il s’agit de détruire. En gros, c’est ça. Donc une idée au départ en elle-même ni scientifique, ni pas scientifique. Ce qui va être scientifique sera la manière dont on va la creuser, et en particulier la manière dont on va accepter de lui faire passer les tests des preuves de la réalité. Et de voir si, expérimentalement, la théorie donne des résultats qu’on peut prévoir, etc. Les principaux auteurs ne se réclament pas du tout d’une approche scientifique. Mais même s’ils se le réclamaient, il y a un vice de fond dans l’idée principale de l’idéologie du genre : il n’y a pas de différence entre les hommes et les femmes, parce que scientifiquement c’est la seule chose qu’on ne pourra jamais prouver. Pourquoi ? Parce que quoi que soit ce que vous fassiez comme confrontation au réel, comme expérience, comme expérimentation, parce que c’est bien cela la science, ce sera toujours quelque chose de limité et fini. Et donc si dans cette expérience limitée et finie vous trouvez qu’il n’y a pas de différences entre les hommes et les femmes, vous n’aurez pas prouvé qu’il n’y a pas de différences : vous aurez prouvé que sur ce champ-là, dans ces conditions-là, il n’y a pas de différences. On pourra toujours vous rétorquer « oui mais les différences, pour les voir, il fallait faire autre chose, et vous ne l’avez pas fait ». On peut prouver qu’il y a des différences. Mais pour prouver qu’il n’y a pas de différences, il faut faire une infinité d’expérimentations tout le temps. Donc c’est la seule hypothèse idiote, en fait, qu’il n’y ait pas de différences entre les hommes et les femmes. On peut choisir plein d’hypothèses, mais celle-là est la plus absurde parce que c’est celle qu’on ne pourra jamais assumer.

 

LE GENDER ET LA CONTINUATION DU FÉMINISME RADICAL

YC2.jpgLe féminisme libéral : « nous voulons les mêmes droits » est le féminisme auquel moi j’adhère à cent pour cent. Il n’y a aucune raison de faire des droits différents avec les hommes et les femmes. Et puis, là, certains ont eu des attentes déçues. Parce que comme l’explique le journaliste norvégien dans « Norwich on paradox », si vous donnez les mêmes droits à des gens qui sont différents, qui ont des préférences différentes comme les hommes et les femmes, au résultat final vous aurez des divergences importantes. C’est-à-dire que si les femmes préfèrent les études de lettres et de psychologie et les hommes les études d’ingénieur, la société va se diversifier selon les genres et va décevoir tous ceux qui pensaient qu’ils auraient des femmes partout et surtout aux postes de pouvoir. Alors là, soit on accepte la réalité, soit on la refuse et on se réfugie dans l’idéologie. C’est là qu’intervient le féminisme radical qui, par analogie avec la conception marxiste des oppresseurs et des opprimés, a dit « c’est parce qu’il y a un système peu visible et une idéologie peu visible qui oppriment les femmes au bénéfice des hommes ».

Là, on commence à entrer dans quelque chose de dangereux parce que ça suscite la haine. Parce que ça stigmatise – en psychologie on parle de clivage – les bons d’un côté, les méchants de l’autre. Évidemment, les méchants, tout le monde va se mettre à les détester. Et ça, c’est l’irruption et la domination de ce type de féminisme dans les années quatre-vingt. Ça a été la raison de l’émergence de la misandrie, c’est-à-dire le sexisme contre les hommes, des quotas qui empêchent les hommes d’avoir la juste rétribution de leurs efforts, de leurs goûts ou de leurs compétences, et cela donne lieu – et ça, c’est important de le dire – à deux énormes mensonges qui dominent aujourd’hui notre société, bien avant l’irruption de la théorie du genre : les mensonges sur les violences conjugales et les mensonges sur les prétendues inégalités salariales.

 

VIOLENCES CONJUGALES ET INÉGALITÉS SALARIALES

YC3.jpgUn mot sur ces deux mensonges parce qu’ils donnent une idée de comment fonctionnent nos médias et notre démocratie, qu’il est très important d’avoir si on veut comprendre comment fonctionne l’implantation d’une idéologie comme le genre et comment la combattre.

Depuis qu’on fait des études sur les violences conjugales, c’est-à-dire les années 1970, toutes les études ont toujours trouvé qu’il y a autant, sinon plus d’hommes battus que de femmes battues. Toutes les études. Il n’y en a pas d’autres. Si on fait une étude sérieuse en interrogeant hommes et femmes, on trouve qu’il y a autant d’hommes battus que de femmes battues, et autant de femmes violentes que d’hommes violents, voire un peu plus. Évidemment, vous voyez bien que ce n’est pas du tout ce qui est transmis ni par les médias, ni par le gouvernement. Il y a donc des mensonges délibérés, il y a des livres écrits là-dessus mais tout le monde s’en fout. L’important est de montrer que le féminisme radical a raison et que via cette violence, les femmes sont opprimées et qu’il faut toujours les avantager puisqu’elles sont toujours opprimées.

Le deuxième mensonge est celui sur les inégalités salariales qui est continuellement asséné par les médias et le gouvernement. Il existe des disparités salariales, mais si on cherche les raisons pour les expliquer, on les trouve. Un auteur américain comme Warren Farrell je crois, qui est tout à fait accepté par les féministes, a listé vingt-cinq variables qui, quand on les introduit dans l’analyse des différences, suppriment toute différence ; et même révèlent que les femmes sont plutôt plus payées que les hommes. Et ça, même les gens en France qui sont statisticiens peuvent le savoir. Pourquoi ce mensonge ? Pour pouvoir toujours avoir l’idée que les femmes sont opprimées. Personne n’est excusé de croire à ce mensonge, à mon avis, parce qu’il peut vérifier autour de lui. Et puis même la logique du système capitaliste, si vraiment les femmes étaient payées 20% de moins que les hommes, à travail égal et à performances égales, tout le monde se précipiterait pour les embaucher. Ca commence à se voir, que ça ne marche pas, cette théorie. Par exemple, si on prend la catégorie de femmes auto-employées, aucun système ne les opprime, ce sont elles qui font leur entreprise et décident de combien elles sont payées, et elles sont moins payées que les hommes. Il y a des explications à ça : c’est qu’elles font des choix différents des hommes. Par exemple, pour celles qui sont médecins, elles vont décider de voir moins de gens, mais de prendre plus de temps avec. Alors évidemment, elles vont gagner plutôt moins d’argent. Et là, la théorie de l’oppression, la théorie du féminisme radical ne marche plus. Alors comment expliquer ? La théorie du genre est géniale. Déjà, on y arrivait avec les derniers travaux du ministre radical, Carole Gilligan. C’est le problème de la socialisation. C’est-à-dire que les femmes se limitent elles-mêmes.

 

LA DOMINATION MASCULINE

YC4.jpgL’éducation conditionne des tout-petits : les garçons à être dominants et à revendiquer, et les filles à être soumises et à se déprécier. Et ça, ça va être le gros travail de Carole Gilligan dans les années quatre-vingt-dix en faisant des études pas du tout sérieuses sur le plan méthodologique mais très à la mode sur le plan idéologique, en même temps que les livres de Judith Butler (ce sont toujours les mêmes époques : « Gender trouble » de Butler date des années 90, et les études de Gilligan aussi). Voilà comment le relais se fait. Parce qu’on ne peut plus arguer qu’il y a un système. Le mythe du plafond de verre, quand on le regarde de près, en fait ça ne marche pas du tout. En revanche, si on dit que c’est dès le conditionnement, dès la constitution de l’identité que tout s’installe, alors on a une bonne idée. Et ça aboutit à ce que vous trouvez maintenant sur les sites américains d’éducation : si on tolère que les petits garçons se conduisent différemment des petites filles, alors on perpétue l’oppression des femmes. Conclusion : il faut empêcher les petits garçons d’être différents des petites filles. Et c’est cela, l’ambition de la théorie du genre dans l’éducation.

 

LES DISCRIMINATIONS

YC5.jpgIl m’arrive de donner des conférences et j’ai remarqué qu’il y a vraiment une difficulté, voire une incapacité pour des personnes y compris qui ont fait des études supérieures, à raisonner de manière satisfaisante pour conjuguer à la fois les contraintes de la réalité et les aspirations légitimes à l’égalité et à l’absence de discriminations injustes. En fait, le raisonnement à tenir à tout moment est relativement simple : il est de dire que si on prend des groupes, il est normal d’avoir des différences statistiques entre les hommes et les femmes, ne serait-ce que de taille, de force musculaire au niveau des bras ; mais ce n’est pas un prétexte justifié pour brimer un homme ou une femme en fonction des caractéristiques de son groupe.

Quand je donne des conférences, je prends l’exemple des bûcherons. Il n’y a pas de raison d’interdire à une femme d’être bûcheron si elle en a la force, l’agressivité, l’énergie et l’envie d’être bûcheron. En revanche, il ne faut pas s’étonner s’il y a plus de bûcherons hommes que femmes parce qu’en principe, au niveau du corps, dans la force des bras et des muscles, les hommes sont plus costauds et ils ont peut-être plus de plaisir à le faire. Eh bien ce raisonnement, si tout le monde le tenait, il suffirait à résoudre tous les problèmes de discrimination. Parce qu’on accepterait à la fois les différences générales quelles qu’elles soient, et évidemment qui sont toujours bonnes ou mauvaises pour les uns et les autres, tout dépend de quel côté on se place. Et on serait toujours en train de traiter avec équité les personnes qu’on a devant soi en fonction de leur réalité : il peut y avoir des hommes féminins, des femmes masculines etc. Mais ça, je me rends compte quand je donne des conférences que bien des gens ne sont plus capables de ce raisonnement.

 

LA PERVERSITÉ DU GENDER

YC6.jpgJe pense que le plus simple est de reprendre l’analogie avec le communisme. Qu’a fait le communisme, qui est le fascisme le plus violent qu’ait connu l’humanité au XXème siècle ?

Au nom du bien, et de la défense des prolétaires qui est une bonne cause, il a massacré des paysans, des bourgeois, des millions et des millions de personnes. Et ça, c’est pervers. C’est pervers au sens étymologique, parce que le pervers retourne la logique naturelle. Le communisme était censé faire le bien et il a fait le mal. Dans ce sens-là, le gender se promet de prendre la suite ; c’est-à-dire qu’il ne promet pas une société sans classes, mais il promet une société sans sexes, puisqu’il y aura une infinité de genres.

 

LA PATHOLOGIE DU NARCISSISME

YC7.jpgOn est dans la pathologie du narcissisme. Simone de Beauvoir a dit « On ne naît pas femme, on le devient ». Au départ, c’est une intention libératrice quand elle l’écrit dans « Le deuxième sexe » de 1949. Seulement quelques temps plus tard, une féministe, Betty Friedan, lui dit « Mais vous savez, il y aura toujours des femmes qui voudront être mères et privilégieront ça au travail ». Simone de Beauvoir lui répond, du moins c’est ce qui est écrit dans le livre de Christina Hoff Sommers : « Eh bien dans ce cas, il faudra le leur interdire ». Ce qui signifie « je libère les gens mais je ne tolère pas qu’ils aient un avis différent du mien ». Ça, c’est du narcissisme : « je réorganise le monde ». Et les gens qui ont une dynamique narcissique sont souvent des révolutionnaires, des leaders, et en ce sens-là ils peuvent être bénéfiques ; mais il y a une dérive possible qui est « je libère le monde uniquement dans le sens de mon idéal et il n’est pas question que je tolère que l’autre ait aussi son avis ».

Dans le Genre, c’est ça qui se passe. Au départ de la théorie du genre, et notamment chez Judith Butler, vous avez une ambition légitime, une ambition bénéfique, qui est de défendre les gens qui n’ont pas la chance de tomber facilement dans une catégorie hommes ou femmes : soit parce qu’ils sont hermaphrodites, soit parce qu’ils ont une orientation sexuelle non hétérosexuelle. Ils vont avoir du mal à se caser dans le monde très normé, et parfois, ça peut aller, comme elle le soulignait elle-même, jusqu’au meurtre. On peut tuer des gens parce qu’ils sont homos. Et c’est tout à fait louable, en tout cas à mon avis, de vouloir aménager le monde pour que ces gens-là trouvent au mieux leur place.

Seulement, la théorie du genre qui se répand aujourd’hui, ce n’est pas du tout ça. La théorie du genre qui se répand aujourd’hui, c’est dire « pour que ces gens trouvent leur place, il faut détruire la structure psychique de tous les gens qui trouvaient naturellement leur place en hommes et femmes et en hétérosexuels ». Et là, c’est pervers. Vous voyez bien qu’à nouveau, au nom de la libération d’une petite quantité de gens (mais ça vaut toujours le coup de s’occuper des gens même s’ils ne sont pas nombreux), on va opprimer la majorité. Et comme dans le communisme, il y a un retournement pervers.

 

LA NÉGATION DE LA RÉALITÉ

YC8.jpgEn psychanalyse, les pervers nient une partie de la réalité qui est la différence des sexes. Donc effectivement, la théorie du genre est emblématique en niant une partie de la réalité, qui est la différence des sexes, mais je voudrais rétropédaler par rapport à votre question : la négation de la réalité est une très vieille tradition en occident même ; et quand on veut se pencher sur les racines des dysfonctionnements actuels, il faut absolument prendre ça en compte. Moi, je remonterais presque jusqu’au nominalisme au Moyen Âge, qui réduisait la possibilité de faire une adéquation vraiment à la réalité. Mais après, quand vous avez Descartes qui dit « Je suppose que rien n’existe et je m’aperçois qu’il ne reste plus que ma pensée », on est aussi dans le doute de la réalité. Quand vous avez Rousseau qui dit « Commençons par écarter tous les faits », on est aussi dans l’éloignement de la réalité. De ce point de vue-là, les théoriciens du gender ne font pas de saut qualitatif important, mais prolongent une longue tradition. Et à la limite, si on n’est pas content, ça veut dire qu’il faut se poser la question « comment tout a dérivé depuis Saint Thomas d’Aquin ? ». J’exagère à peine.

 

LE NARCISSIQUE ET LA RÉALITÉ

YC9.jpgQuand on parle de toute puissance narcissique, en tant que psychologue c’est là que je place la racine du mal. On parlait de nier la réalité. Le narcissique est à cheval entre ses rêves et la réalité et quand il est en bonne santé, il arrive à jongler entre les deux. Mais quand il commence à délirer, comme dans ses mouvements révolutionnaires, il veut plier la réalité à son rêve (communiste ou gender) et à ce moment-là, il va massacrer ceux qui lui résistent.

La première limite, la limite minimale, la limite symbolique à la toute-puissance du narcissisme, c’est l’idée de Dieu : c’est l’idée que « moi, je ne suis pas tout, et je ne suis pas tout-puissant ». Vous avez des gens qui ont étudié les leaders, je pense à Kohut, un grand spécialiste du narcissisme, et je pense aussi à un Australien qui s’appelle Hawks. Ils ont remarqué qu’il y a deux types de gourous. Il y a les gourous qui se croient eux-mêmes la Divinité, et il y a ceux qui se croient messagers de la divinité. Ceux-ci ont leur narcissisme grandiose divisé en deux parties : eux et la divinité qu’ils représentent.

Évidemment, il y en a qui finissent mieux que les autres. Parce que si vous vous octroyez la divinité à vingt, trente, quarante ans ça peut encore marcher, à cinquante, soixante, soixante-dix ans la réalité vous rattrape et vous montre que la divinité n’est pas si glorieuse que ça. Ceux-là ne finissent pas très bien. Mais ceux qui sont simplement des messagers peuvent maintenir leur équilibre psychique plus longtemps. Parce que le grandiose, l’idéal, il est en Dieu. Et moi je crois que si on veut vraiment lutter contre ces délires qui arrivent régulièrement à l’humanité, il faut se pencher sur le lien avec la croyance en Dieu. Les deux grands fascismes qui ont massacré des millions de gens au XXème siècle sont des idéologies athées, que ce soit le communisme ou le nazisme.

Comme on dit « la crainte de Dieu est le début de la sagesse ». Si je ne suis pas le plus grand, je vais me relier au monde et aux autres différemment.

 

LE GENDER, UN MOUVEMENT POLITIQUE MONDIAL

YC10.jpgCe mouvement d’idées n’est pas resté un mouvement d’idées : il est devenu un mouvement politique, un mouvement qui a pris le pouvoir, un mouvement qui s’impose au monde entier depuis Pékin 1995. Et là, c’est une autre sorte de danger, et c’est même, à mon avis, un alignement fascisant de la société. C’est-à-dire que progressivement, vous n’avez plus le droit de penser différemment que ce que dit la théorie du genre.

J’ai répondu à des intervenants dans une entreprise où j’étais, qui faisaient de la propagande sur la théorie du genre, subventionnée par la Direction des Ressources Humaines.Ce que nous disait le psychiatre, c’est que dans des années il n’y aura plus de normes, nous serons tous des exceptions et ce sera peut-être difficile à gérer. Je lui ai répondu « Mais attendez monsieur, si nous sommes tous des exceptions, il n’y a plus d’exceptions. Il n’y a plus de loi, il n’y a plus de règle : on a un magma informe de gens paumés parce qu’ils n’ont plus d’identité et contrairement à ce que vous dites, ce n’est pas difficile à gérer, c’est extrêmement facile à manipuler. » Et ça, en tant que psychologue, c’est un message fort : si on détruit les repères des gens, ça donne des gens paumés faciles à manipuler.

Dans les années 1990, j’ai été amené à enseigner une théorie du management, qui s’appelle le chaos management. Le chaos du management, c’est casser les repères des gens pour les rendre plus créatifs et plus productifs. Mais ils sont aussi plus faciles à manipuler. Cette théorie, je n’en entends plus beaucoup parler en tant que théorie, mais en revanche je la vois appliquée partout, que ce soit dans les entreprises ou au niveau politique actuellement. Casser les repères des gens rejoint la prédiction de Marx. Marx disait « le capitalisme détruira tout ce qui s’oppose à lui ». Donc toutes les structures anciennes, les nations, les familles etc. sont en train d’être brisées à travers le monde : soit par les guerres, soit pas l’immigration, etc.

Ce qui se cache derrière est une mise en ordre, au niveau mondial et politique, de l’humanité, qui à mon avis va dans le sens – mais là je peux me tromper parce que ce n’est pas mon domaine – d’une sorte de mise en esclavage au profit des grandes puissances financières. C’est une hypothèse que je risque. En tout cas, ce dont je suis sûr, c’est que c’est dangereux, parce que ce n’est pas une idéologie, c’est un mouvement politique qui s’impose avec violence au monde.

 

QUAND LES DÉLIRES S’IMPOSENT AU RÉEL

YC11.jpgComment une erreur cognitive, ou ce qui peut apparaître à certains ou à certaines comme un gentil délire, donne des résultats terribles si on veut le forcer avec violence sur la réalité : c’est l’affaire Jandré Botha en Afrique du Sud. C’est cette affaire de deux lesbiennes dont l’une a un petit garçon, et sa compagne veut que le petit garçon l’appelle « papa ». Ce qui est parfaitement conforme à la théorie du genre. Le genre, c’est une question de rôle social construit : je ne vois pas pourquoi le petit garçon, même si je suis une femme, ne m’appellerait pas « papa ». Il a refusé, et il a été torturé à mort. Voilà ce qui se passe quand les délires sont imposés par la violence au réel. Ça donne des massacres comme on a connu au XXème siècle.

Donc ce n’est pas une théorie, c’est vrai que penser est toujours dangereux mais ce qui se passe n’est pas la théorie du genre : ce qui se passe, c’est l’imposition au niveau mondial de la théorie du genre. Et comme toutes les questions de diversité, de ce que je constate, que ce soit dans les entreprises ou dans les gouvernements, les questions de diversité servent, même si elles ont un bon fond au départ, de cache-sexe à des manœuvres de pouvoir et de domination sociale.

 

LE GENDER À L’ÉCOLE

YC12.jpgAu niveau de l’école, la première conséquence est une amplification de ce qu’a très bien décrit l’Américaine Christina Hoff Sommers dans son livre « The war against boys », La guerre contre les garçons. Derrière les discours lénifiants sur « déconstruire les stéréotypes », clairement, les Américains sont parfois plus francs, ils disent : « si on permet aux petits garçons d’être différents des petites filles, on perpétue l’oppression des femmes. On va donc interdire aux petits garçons d’être différents des petites filles. » On va donc les inviter fortement à jouer à la poupée, à porter des robes, on va supprimer les cours de récréation pour qu’ils ne puissent pas courir, etc. C’est ce que décrit Christina Hoff Sommers dans son livre. Et donc, on a vraiment, là, les traits d’un fascisme qui fabrique un homme nouveau, ou un androgyne nouveau, un homme-femme, si vous voulez. On a vu avec Simone de Beauvoir que ce n’est pas mieux intentionné vis-à-vis des femmes, mais malgré tout comme un des principaux axes est de libérer les femmes, la haine, ou l’agression, ou la rage est dirigée contre les garçons et les hommes.

 

LA DESTRUCTION DE LA PERSONNE

YC13.jpgLe but visé, à mon avis, ou l’intérêt, ce pour quoi cette idéologie rend service, c’est parce qu’elle aboutit à la destruction de la personne. Le sous-titre de Judith Butler, c’est Féminisme et subversion de l’identité. Ce n’est pas Subversion de l’identité sexuée. C’est subversion de l’identité tout court. C’est-à-dire que dans cette idéologie post-moderne, la personne, le sujet n’existe pas. Le chemin pris par Descartes « Je pense, donc je suis » a été mené jusqu’au bout, mais « je » n’existe pas. Donc, nous sommes juste un petit noyau de vie manipulé par des rapports de pouvoir qui nous font homme ou femme : c’est ça, le gender. Mais que la personne n’existe pas, ça, c’est génial pour un état totalitaire. Parce que ça va à l’encontre de toute la civilisation chrétienne qui est fondée sur la dignité de la personne faite à l’image de Dieu.

La personne n’est pas intéressante pour un système capitaliste, que ce soit du point de vue employeur ou consommateur. Et d’ailleurs, vous n’avez plus de Direction du Personnel, mais une Direction des Ressources Humaines qui s’occupe des compétences des gens. Vous avez des portefeuilles de compétences sur pattes, en gros ; ambulants, qu’on va exploiter au mieux, mais la personne, c’est gênant, parce que ça a des besoins, notamment spirituels. De même du côté de la consommation, on ne va pas se soucier de la personne, on va faire du marketing en fonction du fait que vous êtes – je ne sais pas, moi – musulman, chrétien, juif, ou en fonction de ce que vous êtes mère de famille, père isolé, parent isolé etc. et on va créer en vous des actes compulsifs d’achat, c’est ça le but du marketing. Mais il ne se soucie pas de la personne, c’est un encombrement, il faut la bipasser. Et quel meilleur moyen de la bipasser que d’enlever toute structure à l’identité ?

Bien sûr, c’est totalitaire, mais c’est bougrement commode si on a en vue un monde organisé uniquement sous le prima de la consommation et du fonctionnement capitaliste.

 

LE GENDER, LA VIOLENCE ET LE SACRÉ

YC14.jpgLe fondateur de la chaire de sociologie à Harvard est quelqu’un qui s’appelait Pitirim Sorokin et qui a beaucoup travaillé sur les groupes et la notion de l’amour. Il a écrit un livre qui s’appelle « The power of love », Le pouvoir de l’amour. Et il avait remarqué qu’on pouvait glisser assez rapidement de l’amour d’un groupe à la haine des autres groupes. Pas besoin d’insister : le nazisme, le communisme, etc., c’est vraiment typiquement ça : l’amour des Allemands – la haine des Juifs ; l’amour des prolétaires – la haine des bourgeois et des oppresseurs…

Alors, moi, ce qu’il me semble, c’est que en réalité, notamment dans une société qui a refusé Dieu, le besoin de sacré de l’homme est tellement fort qu’on va avoir tendance à idéaliser, à sacraliser une partie de l’humain. Et typiquement, à notre époque qui idéalise les victimes, les pauvres victimes d’injustices vont être idéalisées. On va complètement investir ce groupe. Ça peut être les femmes, ça peut être les homosexuels, ça peut être les hommes, ça dépend des circonstances. Le problème, c’est que s’il n’y a pas un régulateur qui est Dieu au-dessus de tout le monde, à ce moment-là l’idéalisation d’un groupe va être concomitante de la déshumanisation de l’autre groupe. Forcément, parce que s’il y a oppresseur et opprimés, on va porter aux nues les opprimés, et les oppresseurs sont des méchants qui perdent leur statut d’humains et on va les massacrer.

Et donc, voilà une autre raison pour laquelle il est important que le narcissisme soit mobilisé au niveau de Dieu. C’est Dieu qui est grand. Et une deuxième notion très importante du christianisme qui permet la régulation, c’est la notion de péché originel, qui fait que le mal est présent en tout le monde, donc on ne peut pas utiliser le mécanisme du clivage en disant « les bons d’un côté, et les gentils de l’autre ». Et c’est aussi en ça que l’éloignement de la religion chrétienne fait qu’on délire de plus en plus, parce qu’on va investir les gentils d’un côté et on va massacrer les autres.

 

L’OBJECTIF FINAL DU GENDER

YC16.jpgC’est un mouvement qui cherche à détruire. Et ce qui est curieux, c’est qu’il y ait un ennemi privilégié. Et l’ennemi privilégié, c’est le christianisme et l’Église catholique. Pour deux raisons essentiellement : d’abord parce que c’est une organisation internationale qu’on pourrait qualifier d’idéologique, qui propose aux gens une structuration (on a vu que le but était de déstructurer l’humanité pour la manipuler) ; et en particulier parce que la notion de personne est très ancré dans la foi catholique et la foi chrétienne, l’homme ou la femme à l’image de Dieu, et que c’est ça qu’il s’agit de détruire toujours dans le but de manipuler les gens. Ce qui rend les gens in-manipulables, c’est leur relation à Dieu. Donc c’est ça qu’il faut détruire.

 

Entretien : Matthias Barbier et Louis-Marie de l’Épinois de Réinformation-TV

Transcription réalisée par Sophie Naumiak pour La Vaillante

 

 

http://reinformation.tv/

http://www.vigi-gender.fr/