Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10.08.2018

"Pour l'espérance du monde" : Mgr Jérôme Beau, nouvel archevêque de Bourges, venu de Paris pour les ruraux

Détail Annonciation Fra Angelico Mgr Beau.jpgLe Pape François a nommé ce mercredi 25 juillet 2018, Mgr Jérôme Beau, archevêque de l'archidiocèse de Bourges. Il était jusqu'à présent évêque auxiliaire de Paris. Mgr Armand Maillard est nommé administrateur apostolique pour gouverner l'archidiocèse de Bourges, jusqu'à la prise de possession canonique de son successeur. L'installation de Mgr Beau aura lieu le dimanche 23 septembre 2018 en la cathédrale de Bourges.

http://www.ktotv.com/video/00228386/mgr-jerome-beau-nouvel-archeveque-de-bourges



Portrait Jérôme Beau.jpg"C'est une vraie joie de voir comment Dieu
est en attente dans les cœurs.

La difficulté c'est que la croix sera toujours présente dans la mission et dans l'annonce.

Le lieu même où, dans la mission,
va se trouver la vraie joie

c'est lorsque la joie accepte de passer
par l'épreuve de la croix qui est aussi
l'épreuve du refus de Dieu.
"

 


L'épreuve de la Croix.jpgDit le nouvel archevêque de Bourges, Mgr Jérôme Beau, nommé par François le 25 juillet 2018. 

 

 



Pour l'espérance du monde 0.jpgCet homme qui a pour devise épiscopale Pour l’espérance du monde, a été évêque chargé de la formation des futurs prêtres parisiens, directeur spirituel des séminaristes, responsable et supérieur de Maison des séminaristes de Paris. Il a aussi été professeur de théologie au diocèse parisien, maintenant au cœur du Collège des Bernardins, à l’ouverture duquel il a aidé et duquel il est devenu responsable par la suite. Ces trois grands axes - Séminaire, Faculté de théologie et Collège des Bernardins - ont été sa mission au diocèse de Paris et il emportera avec lui à l’archidiocèse de Bourges les grâces qu’il y a reçu. Dieu en soit béni et loué ! Je vois donc en ce nouvel archevêque l’envoyé de Dieu qui sera certainement sensible à ce projet de ré-évangélisation des campagnes par l’Adoration Saint Martin.

Que saint Martin de Tours l'accompagne dans cet archiépiscopat rural !


Vous savez comme moi que je suis toute petite et me sens toute petite.
C'est mon cœur qui éclate d'un amour très ancien qui me fait me mouvoir alors que je ne vois aucun moyen d'agir, en moi et concrètement, autre que cet amour…

En 2016, j'écrivais dans la présentation de l'Adoration Saint Martin, communiquée à Mgr Armand Maillard et Mgr Michel Santier, alors :

J’ai l’intuition que les évêques de l’Île-de-France devraient prêter main forte à l’archevêque de Bourges pour libérer des énergies permettant la réalisation de ce projet qui demande moyens et volonté. Les grâces reçues à Paris sont vouées à rayonner sur les diocèses des provinces. Redistribuer ces grâces, les répartir avec justice est un devoir autant civique que chrétien.

Bannière Image Les Priants des campagnes.jpg


Dans l'espérance qu'avec l'association Les Priants des Campagnes nous puissions véritablement faire revenir Jésus Eucharistie sur les autels des églises rurales de France ! 

Jehanne Sandrine du SC & de la SE.jpg

 

 

Sandrine Treuillard​
porteuse du projet Adoration Saint Martin — Ré-évangéliser les campagnes



Adoration ihs SC Saint Martin.jpg

AdoStMartinCouverture.jpg

 

 

Le miracle, c'est la prière ! Appel aux Priants des Campagnes - Église rurale

L e  m i r a c l e,   c ' e s t   l a   p r i è r e  !

adoration saint martin,eucharistie,sacré cœur,la france,foi,christianisme,priants des campagnes,philippe de la mettrie
adoration saint martin,eucharistie,sacré cœur,la france,foi,christianisme,priants des campagnes,philippe de la mettrie


Écoute de l'émission sur Radio Notre Dame

Ecclesia Magazine invite Priants des Campagnes

 

 

20GénéraleChapelleSCJésusCroix20.jpg

adoration saint martin,eucharistie,sacré cœur,la france,foi,christianisme,priants des campagnes,philippe de la mettrieNous assistons avec tristesse à la disparition de lieux de cultes, parcelles ostentatoires de notre patrimoine cultuel et culturel : ici, une église est désaffectée ; là, transformée en musée ; là encore, abandonnée aux ravages des intempéries, quand ce n’est pas la pelle du bulldozer qui la met à bas. Ne sommes-nous pas, nous catholiques, en particulier ceux résidant dans nos campagnes et nos petites villes, responsables de la disparition des églises ? Ne condamnons pas trop vite les élus qui refusent de les entretenir, quand elles ne sont ouvertes qu’une fois par an, devenant le reste de l’année les tombeaux poussiéreux d’une foi populaire morte. Je rêve alors que ces églises retrouvent leur vocation de Lieu de prière (« La maison de mon Père est une maison de prière »). Elles retrouveront cette vocation par l’audace, le courage de quelques-uns, convaincus que la prière en commun est un des piliers de la demande d’intercession ou de louange avec la prière personnelle. N’est-il pas possible de voir filtrer pendant quelques minutes, une fois par semaine, la lumière à travers leurs vitraux, de faire entendre, à celui qui passerait sous leurs murs, les intonations priantes ou les paroles d’un « Je vous salue Marie » ? En outre, quelques tintements de cloches ne pourraient-ils pas porter aux alentours le message suivant : « Des catholiques prient dans leur église » ? Dans tel ou tel village de 200 habitants, n’y aurait-il un matin ou un soir que 20 priants dans l’église, cela suffirait pour faire entendre nos prières. Y en aurait-il que 10, ce serait assez pour témoigner de notre foi. Y en aurait-il que 5, c’est encore assez. Y en aurait-il que 2, fidèles parmi les fidèles, cela suffirait à Dieu, car « Là où deux ou trois sont assemblés en Mon nom, Je suis au milieu d’eux ». C’est assez pour redonner vie, aux yeux du monde, à cette maison de prière et témoigner qu’elle est un lieu privilégié de rencontre et de dialogue avec Dieu. Point n’est besoin de clercs pour rouvrir nos églises ; le laïc y entre de plein droit. Personne ne nous en chasse. C’est nous, catholiques, qui la désertons, par notre tiédeur, notre manque de courage, la peur de nous montrer, et par l’alibi, parfois justifié, des contraintes de la vie quotidienne. Oui, je rêve de voir nos églises de campagne devenir les multiples chapelles dispersées d’un monastère immense, sans clôture, celui des hommes et des femmes de toutes conditions qui y prieront quelques minutes par jour ou par semaine. Cette démarche de foi d’un petit nombre, véritable levain dans la pâte, vaudra sans doute témoignage plus fécond que la grand’messe annuelle, dédiée au Saint de la contrée. Alors, si nos églises sont habitées, je dirais même éclairées, fréquemment par la prière, alors seulement nous pourrons dire à nos élus : « Ne touchez pas à mon église, nous ne pouvons vivre sans elle, car c’est en ce lieu que monte notre prière commune à Celui qui est venu pour le salut de tous les peuples ». Quant à l’argent nécessaire pour leur entretien, j’ose dire qu’il nous sera donné par surcroît. Non pas qu’il tombera du ciel, mais que la nécessité d’une participation financière des catholiques de notre pays à la conservation de lieux de cultes s’imposera. Les modes de collecte associatifs, développés ici et là avec succès, apportent la preuve que les chrétiens savent et sauront réserver à cette grande cause de sauvegarde de notre patrimoine religieux une part de leurs biens matériels. Catholiques fervents des campagnes, osez ouvrir vos églises pour y prier, soyez les visibles Priants des campagnes ; votre témoignage touchera les cœurs, parfois même les plus endurcis, et votre présence fréquente et priante en ces lieux sera la cause première de la sauvegarde de nos églises. Une église où l’on prie est une lumière qui brille dans les ténèbres du monde.

adoration saint martin,eucharistie,sacré cœur,la france,foi,christianisme,priants des campagnes,philippe de la mettriePhilippe de La Mettrie
Novembre 2013
www.priantsdescampagnes.org

Si vous voulez rejoindre l'association, écrivez à :
priantsdescampagnes@gmail.com : nom, prénom, département, paroisse

À diffuser largement car notre nombre peut être déterminant pour la sauvegarde d’une église ou chapelle.

Téléchargez, Imprimez, Photocopiez & Déposez dans votre église :
l'
Appel aux Priants des Campagnes & le Bulletin d'Adhésion à l'association,
ici : 1 page A4 horizontale
.

1VueExtéglise1.jpg

Les 2 photographies : Saint-Martin de Sury-ès-Bois (18)

Exemple d'église fermée pendant 10 ans pour travaux 
et réhabilitée au culte, en avril 2014, par l'archevêque de Bourges,
par la célébration eucharistique.



 

Retrouvez cet article dans la sous-page de la page enrichie :
Adoration Saint Martin

07.08.2018

S. P-J. Eymard : Honorer le Christ dans le Saint Sacrement

EN LA FÊTE DE S. PIERRE-JULIEN EYMARD : 2 août

Eymard Jeune Mariste ?.pngLe Père Eymard est un homme habité par Dieu et qui ne veut qu’accomplir la volonté de Dieu. C’est « la pensée eucharistique » qui le guide. Il a un amour passionné pour le Saint Sacrement. Il vit tout en rapport avec cet amour de Jésus qu’il découvre dans l’Eucharistie. Pour lui l’Eucharistie, c’est la communion, mais c’est aussi cette présence du Christ dans le Saint Sacrement à laquelle il veut vouer toute sa vie. Son désir est de rendre gloire au Christ présent, de le manifester, de l’adorer. Cette foi en la présence de Jésus dans l’hostie est impressionnante. De plus, il ne veut pas garder cette foi pour lui. Il veut la manifester, la répandre, la prêcher pour la faire naître dans le cœur de beaucoup. Toujours dans ce but, il fonde une société, une congrégation qui essentiellement se donnera le but d’honorer le Christ dans le Saint Sacrement.

Le Père Eymard est sensible au fait de la tiédeur dans l’Église, dans le monde. Et il considère que l’Eucharistie est le moyen très efficace pour réveiller la foi, pour « mettre le feu » sur la terre, comme il le dit.

Cet amour du Christ dans l’Eucharistie entraîne une spiritualité dont le Père Eymard est un vivant témoin. L’état de Jésus dans l’Eucharistie inspire sa propre attitude intérieure. Par l’Eucharistie, c’est le Christ qui vit en lui. « Ce n’est plus moi qui vit, c’est le Christ qui vit en moi » (Gal.2,20), citation de saint Paul fréquente chez le Père Eymard. Il est sensible à l’état d’anéantissement du Christ dans l’Eucharistie. Il y voit le prolongement de l’Incarnation du Verbe dans l’homme Jésus. Cette Incarnation de Jésus a été vécue par Jésus comme un accomplissement d’amour envers son Père. Le Père Eymard se dit qu’il doit être envers Jésus eucharistique dans une semblable volonté d’amour. On peut remarquer que par ce moyen le Père Eymard se met avec Jésus sous l’influence de l’amour du Père, amour qui comporte un va-et-vient du Père au Fils et du Fils au Père, amour qui s’appelle l’Esprit.

Comment suivre aujourd’hui le Père Eymard ?

Reconnaître comme lui la merveilleuse présence du Christ dans l’Eucharistie… bien sûr, en vivant au maximum la liturgie eucharistique qui conduit à la communion. Mais aussi reconnaître cette présence dans l’adoration. Comme il faudrait que cette adoration soit respectueuse, pleine en même temps de don de soi et d’amour !

La spiritualité eucharistique est aussi appelée à inspirer toute la vie. Comment ?

En accomplissant la volonté de Dieu, en union avec Jésus, « l’union de société ». À un endroit, le Père Eymard écrit que la vertu souveraine de l’adorateur est la modestie (La Grande Retraite de Rome – NR 44). Comment comprendre ce mot « modestie » ?... Le lendemain il écrit : « Je cherche Dieu, et ne le trouve pas dans les vertus, dans la prière même, dans les saints » (NR,44 - 14 février). Mais 2 jours après : « Voilà tout le secret trouvé. Donner à Notre Seigneur mon moi sans condition. Je l’ai donné, je l’ai jeté devant le Saint Sacrement à la consécration. Mes larmes l’ont sanctionné. J’ai mis mon cœur dans le ciboire de la communion, qui se donnait pour être un ciboire… »

Il semble que la spiritualité du Père Eymard va dans le sens d’un dépouillement pour être tourné vers Jésus : « C’est Jésus qui veut être mon Raphaël, mon moyen, mon centre : « in me manet (Il demeure en moi) Vos… qui permansistis mecum (Vous qui demeurez avec moi) » (Jn6, 56, Lc.22, 28). Il semble que pour lui tout part de Jésus … et ainsi son attitude envers les autres a sa source en Jésus et en Jésus dans l’Eucharistie… De même sa façon de vivre, d’être… se laisser guider par l’Esprit de Jésus eucharistique. Cela suppose évidemment une union intime avec Jésus-Christ. Cela dépasse une attitude philosophique ou même pré-chrétienne. Au fond de soi il y a cette Présence qui inspire tout, être comme un « ciboire » pour laisser en soi jaillir le feu de l’amour eucharistique, pour laisser la mort et la résurrection du Christ informer toute la vie. L’Eucharistie « mémorial » de la mort et de la Résurrection du Christ.

Logo sss NEUF.jpgPaul Mougin, sss
supérieur de la communauté des Pères du Saint-Sacrement

Chapelle Corpus Christi
23 avenue de Friedland, Paris 8

ChasseEymardLivretsss -Luminosité.jpg

Traditionnellement, et ce depuis 1876,
la chapelle Corpus Christi - 23 avenue de Friedland, Paris 8
est le lieu du 'tombeau' du P. Eymard.
On y vénère ses reliques
sous le gisant de cire qui repose dans la châsse qui fut celle du S. Curé d'Ars.

Retrouvez ce texte dans la sous-page enrichie 
Fraternité Eucharistique Corpus Christi #JubiléPJEymard2018

et la page consacrée à Pierre-Julien Eymard, Apôtre de l'Eucharistie - Un saint d'avenir

Communauté de prière Hozana St Pierre-Julien Eymard — Chapelle Corpus Christi