Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16.09.2013

Pourquoi voir dans l’idée de détermination la source de tous les maux ?

Chère amie,

Je reviens à la charge !

Je lis le lien que tu m'as donné. Toutes ces études sont intéressantes ; les statistiques semblent de façon un peu magique, faire autorité : à des statistiques, on peut toutefois les interpréter dans un sens ou bien, en fonction du présupposé initial de celui qui argumente, sur la base des mêmes statistiques, vouloir montrer l'inverse...

Nos présupposés ne sont pas, dans ce débat, les mêmes (cela n'a rien de dramatique en soi d'ailleurs !). Une chose qui m'étonne, dans cette affaire du "genre", une chose qui me chiffonne (et qui fait que je n'endosse pas du tout son postulat, cela pour des raisons, non pas spirituelles ou religieuses, mais philosophiques), c'est qu'il faudrait que l'existence humaine initialement fût indéterminée. C'est ce postulat de l'indétermination qui me gêne, parce qu'il constitue, selon moi, une abstraction, une irréalité.

On pourra bien trouver toutes les preuves que l'on voudra, issues de l'expérience, nous naissons fille ou garçon. Il y a certes des accidents de la nature qui laissent apparaître une indétermination initiale, ou plutôt une bi-détermination, si l'on veut être exact, puisque des enfants peuvent naître, semble-t-il, avec des caractéristiques à la fois féminines et masculines (j'entends physiologiques, génétiques). On s'engouffre dans ces exemples parfois pour montrer l’indétermination sexuée et l’arbitraire de l’éducation et de la culture, comme si choisir pour l’enfant était mauvais.

Sur le fond, pourtant, pourquoi vouloir à tout prix défendre l’idée d’une indétermination fondamentale ? On dirait que l’idée de détermination (dans ce qu’elle implique en terme de non-choix) fait peur. Or, la liberté absolue n’est rien ; il en va de même de l’idée d’une égalité absolue qui supposerait une absolue indifférenciation.  Hegel dit (dans l’addition du  § 6 des Principes de la Philosophie du Droit qu’une «  volonté qui ne veut que l’universalité abstraite (…) ne veut rien et n’est donc pas une volonté. Le particulier que veut la volonté est une limitation, car la volonté doit absolument se limiter pour être volonté. Le fait que la volonté veuille quelque chose est une limitation, une négation. C’est pour cette raison que la particularité est ce qu’en règle générale on appelle finitude. » Traduit en Français courant, cela veut dire que la liberté absolue n’est rien et que la liberté n’a de sens que si elle se détermine, autrement dit, que si elle se nie, se particularise.

Or, se déterminer, apprendre à choisir, c’est subir des choix que déjà pour moi on a pu faire. Cela n’est pas forcément un mal. C’est le contraire qui serait mauvais. L’absence de détermination me laisserait dans l’incapacité de savoir poser un choix, de me déterminer. Ce que l’on n’accepte pas (ou de moins en moins bien) aujourd’hui, c’est d’être d’une façon ou d’une autre déterminé sur la base de ce que nous n’aurions pas décidé (cela, au nom de la toute puissance, (j’entends par  là le fait que je veux garder la possibilité de choisir entre tous les possibles).

Déterminés, par conséquent, nous le sommes, non seulement sur la base de nos décisions (quand je me détermine), mais aussi sur la base de ce que je n’ai pas décidé, de ce qui me détermine (par exemple le handicap, que je ne choisis pas). On me dira que ce qui compte, c’est la personne, dans son absoluité ou dans sa singularité. Je répondrais cependant, sur la base de ce que dit Hegel que ce qui me permet d’accéder à l’universel, depuis ma singularité, ce sont mes particularités (féminines ou masculines entre autres)  et que c’est par elles (le moyen terme) que l’universel -1er moment du syllogisme- (le fait d’être un être humain de désir, un être pensant, etc.) se singularise (3ème moment du syllogisme) dans cette histoire que, dans son unicité, je construis.

Déterminé, je le suis toujours déjà. Si cela peut relever de cruelles pratiques ou de cruels usages (ex : excision chez les femmes), je suis d’accord pour les contester, les  changer. Mais pourquoi voir dans l’idée de détermination la source de tous les maux ? Déterminés nous le sommes tous dans le langage par exemple (le français) que nous parlons, dans ces mots qui nous ont été transmis et qui sont toujours chargés de sens, de représentation du monde ou de présupposés. Est-ce mauvais ? Sans cela nous ne penserions même pas. Déterminés nous le sommes par notre histoire, notre éducation, ce que nos aïeux ou les penseurs qui nous ont précédé nous ont transmis : et alors ? Faut-il s’en plaindre ? Sans la tradition (au sens noble du tradere, de la transmission), nous ne serions pas devenus ce que nous sommes. Faudrait-il que le monde fût initialement indéterminé ? Ce serait un monde où n’intervînt aucune initiative, où rien n’aurait commencé. Arendt cite souvent Augustin (Cité de Dieu, XII, 20 je crois : « pour que quelque chose commença, l’homme fut créé »). L’homme (l’humain) est l’être de la détermination du sens et c’est ainsi que tout commence et qu’il y a histoire.

Pour ma part, je ne rêve pas d’indétermination, fusse au nom du doux rêve d’égalité qui a pour conséquence de tout neutraliser, voire de castrer ou d’empêcher de naître. Mes propos peuvent paraître passablement violent (ils restent conceptuels). C’est que je m’insurge contre ce type d’idée par laquelle constamment on dénonce la prédominance masculine (cela est un fait historique : Mme de Beauvoir, nous vous avons entendu) ;  mais la tendance aujourd’hui semble largement s’inverser dans un monde qui se féminise, avec des mœurs en apparence plus douces mais qui ne laissent pas de développer une certaine emprise (moins brutale, plus féminine, plus policée) où tout ce qui serait un peu trop masculin serait comme ringardisé, dénoncé, méprisé.

Non, nous n’avons pas à être égaux, c’est-à-dire nivelés. Et je dis cela depuis l’immense respect que j’ai pour les femmes (sans idéalisation car je sais aussi qu’elles sont bien imparfaites : je ne dis pas ça par rabaissement non plus, mais en réaction contre une certaine idéalisation du féminin)

C’est la philosophie constructiviste sur le fond que je conteste ici (Deleuze, Derrida, Foucault) qui, si intéressants soient-ils sont les enfants de la pensée de la dé-construction, enfants de la pensée nietzschéenne, par conséquent. Cela mène à un relativisme négateur que je conteste. Que cela soit le fondement philosophique des sciences sociales contemporaines qui se focalisent parfois, semble-t-il, sur le tout culturel : soit. Discutons. Mais que cet arrière-fond scientifique avec ses présupposés métaphysiques devienne l’arme de légitimation d’une action politique, je maintiens qu’il y a des dérives idéologiques dangereuses. Quand cela veut passer dans les programmes scolaires, je crois qu’il ne s’agit pas simplement d’un « formatage » au sens classique par lequel on choisissait tel ou tel aspect d’un programme, de mettre l’accent sur telle chose plutôt que telle autre, ou de privilégier même tel point de vue politique. Je crois qu’on est plutôt dans de la « refondation », comme dit Peillon, et je vois cela comme de la « refonte », c’est-à-dire comme une entreprise prométhéenne de fusion (au sens métallurgique du terme), par lequel il faudrait faire comprendre à tout individu qu’il est confondu avec la masse. C’est une pensée que, sincèrement, je considère comme dangereuse, quand elle perd de vue le principe intellectuel de précaution par lequel elle devrait ne conserver que le statut d’hypothèse.

Pour conclure, quand je discute cette idée du « gender », c’est bien sur le terrain philosophique que je la contre (pas sur la base obscure d’un ressentiment). Je parle beaucoup d’idée (peut-être peu des personnes comme tu disais dans un précédent mail) ; mais c’est parce que les idées déterminent ce que nous réalisons (dans tous les sens du termes) ; elles déterminent  le sens que nous donnons au réel ; à nos relations. Les études de genre, quant à elles, s’appuient sur un postulat que je ne partage pas, philosophiquement, et qui a des conséquences que, philosophiquement encore, je récuse. Il ne manque plus que d’en faire un programme politique, et nous entrons dans le meilleur des mondes…

Je suis, comme toi, un incorrigible discuteur…

Portez-vous bien !

Un Veilleur des Ardennes


 

 

Les commentaires sont fermés.