Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28.09.2014

N'exploitez pas ce qui se passe en Orient pour faire le mal chez vous, en Occident

         Compte-rendu de la conférence que Mgr Yousif Mirkis donna lors de la veillée organisée par les Semeurs d’espérance, église Saint-Gervais, le 26 septembre 2014.

         Mgr Yousif Thomas Mirkis, né à Mossoul (la Ninive de la Bible) et archevêque de Kirkuk, en Irak, a étudié en France chez les dominicains. Il nous entretient du décalage qui existe entre ce qui se passe au Proche Orient, en particulier en Irak et en Syrie, et la mentalité occidentale.

  

                     Ces pays se sont éloignés: il se creuse un gouffre entre les peuples. Tout d'un coup on est surpris devant une idéologie violente, très violente même. Les chrétiens en Irak sont dans un tourbillon, ils étaient 1 million il y a 10 ans, beaucoup sont partis.

Iraq Carte.jpg       L'histoire des chrétiens d'Irak est ancienne : au VIIème siècle cette église étendait son influence jusqu'à la mer du Japon, à l'actuel Sri Lanka, et à la Mongolie. C'était une église très missionnaire. En atteste une stèle retrouvée à 60 km au nord de Pékin écrite en chinois et en araméen.

       Aujourd'hui, les chrétiens d'Irak ont mal : on leur refuse de vivre sur leur propre terre. Est-ce la répétition de ce qui s'est passé en Turquie en 1915 avec les arméniens et les assyro-chaldéens ? 

Chrétiens d'Irak Exode.jpg

       Les chrétiens d'Irak doivent-ils émigrer en Occident ? Vivre dans des ghettos dans leur pays ou ailleurs ? Nous avons toujours voulu vivre mélangés. Certains demandent une région en Irak pour les chrétiens, comme il y en aurait pour les chiites, les sunnites, les kurdes. Ce type de rêve politique n'a jamais vraiment réussi, ou alors à un prix très élevé en sang, comme en ex-Yougoslavie. 

       En Irak et au Proche Orient on assiste aujourd'hui à une idéologisation de la religion. Il nous faut tirer profit des expériences de l'Europe qui a connu les mêmes chemins, les mêmes luttes, titrer profit de l'histoire que les idéologues n'aiment jamais !

Noûn.jpg       Quand la religion occupe toute la place, toute la sphère publique et privée, cela abouti à une certaine cécité. À l'hôpital de Mossoul des combattants islamistes ont demandé à des femmes médecins de porter le voile intégrale. Celles-ci ont répondu qu'elles ne pouvaient travailler en portant le voile intégral, pour soigner leurs patients. Elles ont été tuées. Il y a de telles exactions tous les jours en Irak. Ça frôle parfois le ridicule. Par exemple il n'y a plus de coiffeur à Mossoul, car à l'époque du prophète on n'allait pas chez le coiffeur. L'avenir est comme fossilisé, pétrifié par ce mouvement totalitaire, tyrannique, dictatorial. Vous, en Europe, vous savez que les projets qui divisent les peuples finissent assez mal en général.

       Peut-on vraiment penser que ce problème sera résolu en jetant quelques bombes ? Je crois que ceux qui le pensent se trompent. Ce n'est pas un hasard si ce fanatisme se répand. Je crois que c'est un peu comme le virus Ebola en Afrique.

       Les combattants sont jeunes, en moyenne ils ont entre 15 et 21 ans, beaucoup viennent d'Europe, on avance le chiffre de 1000 français, 1000 anglais, des tchétchènes qui ont combattu contre les russes, etc. Ces jeunes ne veulent pas négocier, ils sont contre tout ce qui est occidental, contre tout ce qu'est l'Occident. C'est le sens même du nom de "Boko Haram" au Nigéria.

       Ils prônent une lecture littérale de la Loi de Dieu. Selon eux, la vie de l'homme n'a aucun prix. Comment comprendre qu’au XXIème siècle des jeunes dans la fleur de l'âge, qui ont connu la civilisation, soient prêts à tuer et se faire tuer ainsi ?

       Le meurtre récent d'un français en Algérie (Mgr Mirkis parle ici de Hervé Gourdel, guide de haute montagne tué récemment en Kabylie) est une réponse envoyée à l'Occident. Vous occidentaux n'êtes pas encore conscients de cette maladie.

       On les compare aux kamikazes japonais. Mais les kamikazes quand ils sacrifiaient leur vie en détruisant des bateaux américains, obéissaient à des ordres, ils n'étaient pas volontaires. Là, il s'agit de volontaires. Comme s'ils avaient subi un lavage de cerveau.

       Pour comprendre ce phénomène j'ai recours à l'Évangile quand Jésus parle de possession satanique. Le maître des ténèbres pousse les gens jusqu'au suicide parfois. Si l'on se laisse habiter par les démons, on court à la catastrophe. C'est de cela dont il s'agit : d'une lutte entre le bien et le mal.

       Or, nous ne connaissons pas de théologie du mal, mais une théologie du Bien, de l'Amour et de la Paix. Nous sommes donc désemparés, déboussolés. Dans le Notre Père, quand en Irak nous récitons "Ne nous soumet pas à la tentation, mais délivre nous du mal" cette phrase prend une importance vitale pour nous.

       À Kirkuk, nous sommes à 10 km des forces de l'État islamique, qui est une agression contre notre intelligence, contre notre vie. En Occident l'individu prime souvent sur la communauté laquelle est plus importante en Orient.

       Tous les projets dictatoriaux considèrent la communauté comme un seul bloc. Que ce soit Hitler avec ses défilés géants ou les grandes chorégraphies organisées en Corée du Nord, c'est la même intention.

       Aujourd'hui, les penseurs, les politiques, les militaires, doivent comprendre et aider à guérir cette maladie communautariste qui peut toucher tout le monde, partout. Cette maladie qui fait des hommes des moutons de Panurge.

       Peut-on continuer à imaginer un monde occidental qui vit coupé du reste du monde ? Avec des animaux qui sont parfois ici mieux traités que ne le sont les hommes ailleurs ?

       L'Europe n'a pas connu la guerre depuis 70 ans. Les fruits de cette entente n'ont pas rejailli sur le reste du monde. 

         Aujourd'hui la croix que portent les chrétiens d'Irak est lourde. 

       En Occident, on représente souvent le Christ en croix. Vous parlez de l'horreur de la Crucifixion, vous êtes la "religion du Vendredi saint". Le monde orthodoxe en Europe de l'est, en Grèce et en Russie notamment, insiste beaucoup dans l'iconographie sur la lumière de la Résurrection, sur le dimanche de Pâques. Le Christianisme oriental a toujours vécu dans la persécution, les martyrs, le temps du Samedi saint dans le triduum pascal quand Jésus descend jusque dans les enfers.

       Dans le monde, aujourd'hui, 75% des persécutés pour leur religion sont chrétiens. Faut-il les séparer de leur terre pour les sauver ? Non. On ne veut pas abandonner notre pays, il faut avoir conscience que l'on a le droit de rester dans notre pays, sur notre terre. Il faut nous aider à arrêter cette maladie, qui est aussi une xénophobie. Les chrétiens ont aussi connu des époques malheureuses. Il faut aider les gens à se rapprocher de la vérité. N'exploitez pas ce qui se passe chez nous pour faire le mal chez vous. Dans l'Évangile, quand Jésus parle de "tendre l'autre joue" c'est pour guérir notre prochain. Nous voulons que les hommes de bonne volonté nous aident. Si tu ne fais rien pour aider les autres, n'oublie pas que ton tour peut venir. Que chacun porte sa responsabilité.  

       Quand je suis devenu évêque, j'ai choisi cette devise "petit troupeau n'ai pas peur" (Luc 12-32), inscrite sur mon blason. 

       Les 750 familles chrétiennes de Kirkuk ont chacune reçue et accueillie une famille de réfugiés. Beaucoup fuient vers la Turquie, le Liban, la Jordanie ou l'Europe. Certains attendent un visa. Parfois on leur dit qu'il leur faudra attendre jusqu'à 6 ans !

       L'hiver qui arrive représente beaucoup de difficultés. Ces gens ont tout perdu sauf leur Foi. Ils n'ont pas abjuré et à quel prix ! Ce peuple résiste, aidez nous à exister, à tenir, à porter notre croix. Par vos ONG, par votre gouvernement vous pouvez nous aider.

       Merci à la France qui a demandé la première que le conseil de sécurité de l'ONU se rassemble pour agir. Vous devez nous apprendre, à nous qui pataugeons depuis 10 ans dans une démocratie chancelante. Nos politiciens devraient se mettre à l'école de votre système. 

       Tous les livres saints peuvent être lus de manière littérale et fausse. L'aggiornamento de l'Église catholique est un exemple à imiter par nos frères musulmans.

       Il y a aussi des bâtisseurs chez les musulmans. Mais il suffit d'un Mohamed Merah ou d'un Khaled Kelkal (membre du GIA, poseur de bombes abattu en France) pour qu'on ne les voit plus. Il ne faut pas tomber dans le piège de l'islamophobie. Il faut les aider et les aimer. 

       Dans cette guerre, l'utilisation qui est faite des images, grâce à YouTube et les réseaux sociaux, par les fanatiques, est un moyen de terroriser des gens qui, pourtant, sont loin de là. Cela contribue à s'attaquer à vos âmes, à vous rendre tristes, pessimistes, et tout cela rend inaudible, obsolète le message de Jésus. Nous aussi chrétiens nous pouvons ne pas comprendre et ne pas vivre l'Évangile. Il faut refuser d'avoir peur. Le mal ne vaincra pas ! 


Mgr Yousif Mirkis
Évêque de Kikuk et Soulaimanya, Irak

 

Logo Semeurs d'espérance.jpg





Pour en savoir plus sur les Semeurs d’espérance
et leurs prochaines soirées : http://www.semeurs.org/
Sur Facebook : https://www.facebook.com/groups/Semeursdsperance/
et sur Twitter @semeurs

Pour aider les chrétiens d'Irak, une association présente là bas depuis plusieurs années : http://fraternite-en-irak.org/

Pour aider les chrétiens d'Irak, une association présente là bas depuis plusieurs années : http://fraternite-en-irak.org/

 

Article rattaché : 
Une possession grave de l’âme humaine, de milliers de jeunes : la guerre d'un nouveau genre, Mgr Mirkis & Élodie Chapelle, Radio Notre-Dame,
26/09/2012, retranscription de l'entretien.

 

Les commentaires sont fermés.